Libre Pensée du Pas-de-Calais

Vous êtes ici : Accueil du site > Activités de la Libre Pensée du Pas-de-Calais > Ciné-débats libres penseurs > Cycle "Les religions et la Femme : liaisons dangereuses..." > Water de Deepa Mehta, vendredi 26 janvier 2007
Publié : 4 janvier 2007

Water de Deepa Mehta, vendredi 26 janvier 2007

Dans le cadre de son cycle cinéma "Les religions et la Femme : liaisons dangereuses...", organisé avec le cinéma Alhambra, la Libre Pensée de Calais vous invite à assister à la projection de ce magnifique film ,
WATER
un film de Deepa Mehta
Sélection officielle au Festival international du film de Toronto en 2005,
9 nominations aux Genies Awards 2005 (les Oscars canadiens) dont « Meilleur Film » et « Meilleure Réalisation »

--------

Water, de Deepa Mehta,

au cinéma Alhambra, 2 rue Jean Jaurès à Calais

le vendredi 26 janvier 2007

à 19H30 précises

La projection sera suivie d’un débat avec les spectateurs, animé par un libre penseur

et avec l’aimable participation de Sonja EGGERICKX,
présidente de l’organisation laïque internationale IHEU.

PNG - 28 ko
Le contexte politique actuel en Inde

Bal Thackeray, leader de Shiv Sena, l’un des groupes fondamentalistes hindous de droite les plus puissants d’Inde, aurait un jour déclaré que Deepa Mehta était la personne qu’il haïssait le plus au monde.

Thackeray est un adversaire puissant et dangereux. Après enquête judiciaire, il fut désigné comme le provocateur des foules hindoues frénétiques qui en 1992, brûlèrent des maisons et des magasins Musulmans et tuèrent 1200 personnes à Bombay.

Deepa Mehta en tant que réalisatrice, remet en question les interprétations des Textes Sacrés donnés par les actuels dirigeants hindous, et en particulier ceux en rapport avec la condition des femmes. Cela ne pouvait que susciter la colère de cet homme.

Leur premier affrontement date de 1998, à l’occasion de la sortie du film Fire, le 1er récompensé de sa trilogie sur les éléments. Il fut suivi de Earth en 1999 et enfin de Water en 2005. Les Shiv Sainiks de Thackeray (les membres de Shiv Sena) se livrèrent à des actes de violence lors d’une projection matinale de Fire à Bombay, brisant les vitres, brûlant les affiches... en ayant pris soin d’alerter les médias avant et de constituer un groupe d’action « politiquement correct », mélangeant hommes et femmes. Le lendemain, des théâtres à New Delhi, Pune et Surat furent attaqués de la même manière.

« Est-il juste de montrer de telles choses, alors qu’elles ne font pas parties de la culture Indienne ? », demanda Bal Thackeray lors d’une interview à un magazine. « Cela peut corrompre les esprits faibles. C’est comme un SIDA social » Thackeray faisait référence à la relation homosexuelle entre les deux personnages féminins principaux du film « Fire », un genre de relation qu’il affirme ne pas exister en Inde.

Tous les journaux indiens et d’autres à travers le monde tel que le New York Times ont rapporté ces évènements, et permis ainsi à Thackeray d’atteindre son objectif : être perçu comme le protecteur de la foi Hindoue. La Cour Suprême ordonna que des troupes soient rassemblées pour protéger les théâtres et que des gardes armés soient affectés à la protection de la réalisatrice. Malgré cela, les propriétaires des cinémas furent trop effrayés pour reprogrammer « Fire » qui est ainsi devenu le DVD pirate le plus vendu en Inde.

Le second affrontement entre Mehta et les fondamentalistes hindous commença en l’an 2000 lorsqu’ une bande d’émeutiers attaqua et brûla les plateaux de la production de« Water » et proféra des menaces de mort contre la réalisatrice et les actrices Shabana Azmi et Nandita Das. Ces affrontements furent organisés par le RSS, une faction fondamentaliste hindoue étroitement proche des positions du Shiv Sena, et branche culturelle du BJP, le parti au pouvoir à cette époque à New Delhi.

Le gouvernement indien réprouva publiquement cette atteinte à la liberté d’expression et fournit 300 troupes pour protéger la production et renforcer la protection autour de Mehta. Cela ne découragea pas les opposants au film qui, bien organisés, avaient un espion dans les bureaux de la production et trouvèrent un moyen de mettre les téléphones portables du producteur et de la réalisatrice sur écoute.( !!!)

Durant 2 semaines, la production tînt bon à Bénarès, sollicitant le soutien du gouvernement et des autorités religieuses locales, mais en vain. Des effigies de Deepa Mehta étaient brûlées quotidiennement dans les villes à travers tout le pays, chacun de ces événements étant largement couvert par les médias indiens qui nourrissaient ainsi les objectifs des auteurs des crimes. Finalement, suite à la tentative de suicide d’un contestataire qui avait sauté dans le Gange en signe de protestation, le gouvernement interrompit le tournage pour des raisons de « sécurité publique ».

Durant cette période, des marques de soutien arrivèrent du monde entier : George Lucas prit notamment une page entière de publicité dans Variety pour encourager Deepa à poursuivre le combat. Malheureusement rien de tout cela n’eût d’impact sur les fondamentalistes radicaux ou le gouvernement local. Il fallut presque 5 ans pour relancer la production de « Water », et le film fut finalement tourné au Sri Lanka, sous un faux titre et dans le plus grand secret.

« Water » se déroule dans une maison pour les veuves hindoues, dans une Ville Sainte de l’Inde de 1938 et beaucoup affirment que les conditions de vie des personnages décrites dans le film ne sont plus celles d’aujourd’hui. C’est malheureusement faux, et la volonté des fondamentalistes de droite de cacher partiellement cette réalité, explique les attaques vicieuses dont ont été victimes la production et la réalisatrice. Le film est désormais terminé, mais la bataille avec les fondamentalistes est loin de l’être. Mehta continue de recevoir des appels anonymes d’hommes et de femmes qui lui conseillent « amicalement » de ne pas sortir le film en Occident, où le public ne pourrait pas comprendre la complexité de l’ordre social et religieux qui existe en Inde.

PNG - 38 ko
L’histoire du film

Le film se déroule dans l’Inde coloniale de 1938, au moment où Gandhi arrive au pouvoir.

PNG - 36.5 ko
Chuyia, veuve à 7 ans. Sa famille l’a récemment mariée à un homme riche et plus âgé de leur village dans l’espoir qu’elle emménage chez lui et devienne une parfaite épouse le jour où elle en aura l’âge. Mais son mari tombe malade et meurt, faisant de Chuyia une veuve.

L’histoire commence le jour où Chuyia, âgée de 7 ans , perd son mari (oui, oui vous lisez bien !) et est envoyée dans une maison où les veuves hindous vivent en pénitence. Agées de 18 à 80 ans, ces femmes « paria » à la tête rasée, mendient pour manger et passent leur temps à prier en attendant la mort.

L’arrivée de cette enfant curieuse et innocente va affecter la vie des autres résidentes. Et notamment celle de Kalyani, une belle veuve qui tombe amoureuse de Narayan, un jeune idéaliste, disciple de Gandhi.

PNG - 28.9 ko
Kalyani est belle à couper le souffle. Elle est la seule veuve dont les cheveux ne sont pas rasés, en signe de reconnaissance de la "profession" de prostituée qui lui a été imposée dès son plus jeune âge par la puissante Madhumati, la veuve la plus âgée.

Peu à peu, la présence de Chuyia va ébranler tout ce qu’elles se sont résignées à accepter et les pousser à se révolter contre la tyrannie de ce mode de vie dépassé et controversé.

Une critique de Salman Rushdie

« Water de Deepa Mehta est un film magnifique. Le jeu de toutes les actrices de la Maison des veuves est exceptionnel : intimiste, douloureux, blessé, tendre, brutal. Le lyrisme fluide de la caméra provoque un troublant contraste avec les difficultés arides rencontrées par les personnages. Le film a des choses sérieuses et ambitieuses à dire sur l’écrasement des femmes par des dogmes sociaux et religieux atrophiés. Mais, et c’est tout à son honneur, le film raconte cette histoire de l’intérieur, accentuant ainsi le drame humain de leur existence, et nous touchant droit au cœur." SALMAN RUSHDIE

Fiche technique - Fiche artistique

-> Personnages et comédien(ne)s
Shakuntala...........SEEMA BISWAS
Kalyani................LISA RAY
Narayan..............JOHN ABRAHAM
Chuyia................SARALA

-> Technique

Production
HAMILTON MEHTA PRODUCTIONS Inc

Co-production
TELEFILM CANADA, NOBLE NOMAD PICTURES LTD, ECHO LAKE PRODUCTIONS LLC.

Directeur de la Photographie
Giles NUTTGENS

Directeur Artistique
Dilip MEETHA

Montage
Colin MONIE

Musique
Mychael DANNA

Costumes
Dolly AHLUWALLIA

Produit par David HAMILTON

Ecrit et réalisé par Deepa MEHTA

Durée : 1h57 - Inde/Canada - 2005

SORTIE LE 6 SEPTEMBRE 2006