Libre Pensée du Pas-de-Calais

Vous êtes ici : Accueil du site > Activités de la Libre Pensée du Pas-de-Calais > Actions internationales > Manifestation laïque du 3 avril à Bruxelles
Publié : 9 avril 2005

Manifestation laïque du 3 avril à Bruxelles

Pour la laïcité en Europe, contre le Traité constitutionnel européen, prés d’un millier de laïques, de libres penseurs, d’humanistes et de rationalistes avaient fait le voyage de plusieurs pays d’Europe le dimanche 3 avril 2005 à Bruxelles. Parmi eux il y avait des libres penseurs du Nord et du Pas-de-Calais.

De la Gare du Nord à celle du Midi, dans la bonne humeur et avec la chaleur de la convivialité des passants amassés sur les trottoirs, la manifestation internationale laïque a eu lieu. Les Français côtoyaient les Belges, les Italiens, les Allemands, les Portugais et les Anglais.

Pour la séparation des Eglises et des Etats

C’est sur cette revendication inscrite en anglais et en français sur une banderole portée « à l’espagnole » (sans piquets) que la manifestation s’ouvrait. L’IHEU suivait avec son calicot du congrès international de juillet à l’UNESCO sur le même mot d’ordre « For separation of religion and state ».

La Libre Pensée était derrière, avec ses trois drapeaux traditionnels, le rouge, le noir, le noir et rouge. Une grande banderole était au début de son cortège : « Pour la laïcité en Europe : nous disons NON à la constitution européenne ! ». On reconnaissait des libres penseurs du Nord et du Pas-de-Calais, de Moselle et des Vosges, de Nantes et de Bretagne, de Rhône-Alpes et de Bourgogne, du Jura, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône, du Cantal et de Corrèze. De Bordeaux à l’Ile-de-France, la quasi-totalité des départements français étaient représentés.

Les militants belges étaient aussi bien présents, avec les libres penseurs, des syndicalistes de la FGTB, de la Centrale Générale des Services Publics, du Centre Flamand d’Action Laïque avec leurs magnifiques drapeaux de la torche prométhéenne et des partisans du Non à la constitution.

Les concordats, on n’en veut pas !

C’est un cortège dynamique qui reprenait les mots d’ordre proposés. « De Berlin à Bruxelles : Abrogation du délit de blasphème » ou encore « Non à l’Europe vaticane : séparation des Eglises et de l’Etat ». Un mot d’ordre a bien été apprécié : « Les concordats, on n’en veut pas ! Séparation des Eglises et de l’Etat ! »

C’était bien une manifestation internationale. Deux slogans furent largement repris : « De Paris à Varsovie ! La Démocratie, c’est la laïcité ! Séparation des Eglises et de l’Etat ! ». Le second fut directement emprunté aux syndicalistes libres penseurs de Loire-Atlantique : « Constitution ? Non, Non, Non ! Bolkenstein ? Nein, Nein, Nein ! »

Un meeting laïque

Arrivés à la Gare du Midi, les manifestants ont participé à un véritable meeting laïque international pour le rejet de la constitution européenne et pour la laïcité en Europe. Sous la houlette de Joachim Salamero, Président de la Libre Pensée française, le meeting s’ouvrait. Le président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée devait particulièrement dénoncer le principe de subsidiarité, moteur essentiel du Traité antidémocratique européen.

Roy Brown, Président de l’Union Internationale Humaniste et Laïque (IHEU) a insisté sur la nécessaire lutte pour la laïcité en Europe qui ne pouvait passer que par la généralisation de la séparation des Eglises et des Etats. Etienne Pion, Président du Mouvement Europe et Laïcité (CAEDEL) apportait avec force tout le soutien de son association à l’action convergente des associations qui luttaient pour la promotion du principe de laïcité en Europe, ce qui passait par le refus du Traité constitutionnel européen.

Keith Portéous Wood, Directeur exécutif de la National Secular Society du Royaume-Uni, organisation sœur de la Libre Pensée, citait la déclaration du ministre britannique des Affaires européennes, devant un groupe évangélique, qui indiquait qu’il n’existait aucun autre traité international qui favorisait autant les Eglises et les religions que le Traité Constitutionnel européen.

Daniel Bénichou, vice-président du Comité-Laïcité-République et parlant aussi au nom de l’Union des Républicains Radicaux (U2R), devait dénoncer avec vigueur le contenu des articles 52 et 70 du Traité européen, comme particulièrement antilaïques. Jean-Maurice Dehousse, ancien vice-président du groupe socialiste du Parlement européen, devait expliquer en détail tous le mécanisme antidémocratique et antilaïque qui avait conduit à « l’adoption » de ce projet de Traité constitutionnel. Il indiquait aussi, qu’avant même la ratification finale par les vingt-cinq Etats, les dispositions de ce Traité commençaient déjà à s’appliquer.

Christian Eyschen, au nom de la Libre Pensée française devait conclure ce meeting en déclarant : « Comment ne pas constater que les Eglises, toutes les Eglises appellent à voter oui, car cette constitution défend leurs privilèges antidémocratiques ? Comment ne pas constater que les patronats, tous les patronats appellent à voter oui, car cette constitution défend leurs privilèges économiques ?

Comment ne pas constater que les totalitaires de tous bords, adversaires irréductibles de l’égalité, de la liberté et de la fraternité appellent à voter oui, pour détruire les services publics, garants de l’égalité des citoyens en droits ? Comment ne pas constater que l’on nous parle de Constitution en violant le principe de la Constituante et des constituants ? Ce sont ceux qui se sont érigés en « représentants autodésignés des peuples », élus par personne, agissant pour leur propre compte et intérêts qui appellent à voter oui.

Comment dès lors, s’étonner que nous puissions dire NON à cette constitution et appeler tous les peuples en Europe à la rejeter ? Venant d’un pays où les mots de révolution et de république ont encore un sens, je sais qu’une barricade, cela n’a que deux côtés. Pour sa part, la Libre Pensée française n’est ni neutre, ni agnostique en matière Européenne. Elle a choisi son camp.

C’est NON à l’Europe cléricale, vaticane et religieuse !
C’est NON à l’Europe de l’exploitation !
C’est NON à l’Europe de la destruction des services publics !
C’est NON à l’Europe des totalitarismes et des oppresseurs !
 »