Libre Pensée du Pas-de-Calais http://librepensee62.free.fr/ Libre Pensée du Pas-de-Calais SPIP http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss fr Libre Pensée du Pas-de-Calais webmestre@librepensee62.org Webmestre Libre Pensée 62 Wed, 23 Aug 2017 08:10:28 +0200 7 août 2017 17:09:11 href="http://librepensee62.free.fr/IMG/siteon0.png" Libre Pensée du Pas-de-Calais http://librepensee62.free.fr Libre Pensée du Pas-de-Calais Le sénat détourne les crédits de l'enseignement secondaire public vers l'enseignement technique agricole, essentiellement privé http://librepensee62.free.fr/spip.php?article369 <h2>Dépêche AFP</h2> <p class="spip"><strong class="spip">Le Sénat augmente les crédits de l'enseignement agricole</strong></p> <p class="spip">[ 03/12/08 - 19H13 - AFP ]</p> <p class="spip">La majorité sénatoriale a adopté un amendement augmentant de 51,4 millions d'euros les crédits destinés à l'enseignement technique agricole dans le projet de budget 2009, <strong class="spip">aux dépens de l'enseignement scolaire public du second degré.</strong></p> <p class="spip">Pour abonder cette hausse de moyens pour le technique agricole, 48,4 millions ont été ôtés au budget de l'Education nationale (secondaire) et 3 M au budget du ministère de l'Agriculture.</p> <p class="spip">L'amendement a été présenté lors de l'examen de la mission "enseignement scolaire" du projet de loi de Finances (PLF) par la sénatrice Françoise Ferat (Union centriste), au nom de la commission des Affaires culturelles du Sénat. <strong class="spip">Il a reçu l'appui de l'UMP et a été adopté par 201 voix. Aucune voix ne s'est porté contre.</strong></p> <p class="spip">Le ministre de l'Education Xavier Darcos s'est opposé sans succès à cet amendement, avertissant que pour son budget cela représentait <i class="spip">"18 000 heures par semaine de cours en moins".</i></p> <p class="spip">L'opposition s'est abstenue. Cette somme <i class="spip">"ira pour les 2/3 à l'enseignement privé agricole et pour un tiers à l'enseignement public, je ne suis pas sûr que la majorité sénatoriale aurait voté pour si on avait proposé de faire ce type de transfert vers les ZEP",</i> a déploré Thierry Foucaud (PCF).</p> <p class="spip">L'enseignement privé est majoritaire dans le secteur du technique agricole.</p> <h2>Commentaire Libre Pensée 62</h2> <p class="spip">On admire le sens du titre de l'AFP, faisant croire qu'il s'agit d'une bonne nouvelle, alors qu'il s'agit du pillage des fonds publics destinés à l'école laïque au profit d'intérêts privés, essentiellement confessionnels par ailleurs.</p> <p class="spip">Face à cette spoliation de l'argent public, <i class="spip">"l'opposition s'abstient".</i> Quel courage ! Quel sens de l'engagement en faveur de l'école publique et laïque ! On imagine combien ces sénateurs d'opposition seraient beaucoup plus attentifs aux besoins de l'école publique s'ils étaient aux affaires ! Mais c'est vrai que c'est moins important que de savoir qui sera chef au PS...</p> Fri, 05 Dec 2008 15:00:54 +0100 Webmestre Libre Pensée 62 <h2>Dépêche AFP</h2> <p class="spip"><strong class="spip">Le Sénat augmente les crédits de l'enseignement agricole</strong></p> <p class="spip">[ 03/12/08 - 19H13 - AFP ]</p> <p class="spip">La majorité sénatoriale a adopté un amendement augmentant de 51,4 millions d'euros les crédits destinés à l'enseignement technique agricole dans le projet de budget 2009, <strong class="spip">aux dépens de l'enseignement scolaire public du second degré.</strong></p> <p class="spip">Pour abonder cette hausse de moyens pour le technique agricole, 48,4 millions ont été ôtés au budget de l'Education nationale (secondaire) et 3 M au budget du ministère de l'Agriculture.</p> <p class="spip">L'amendement a été présenté lors de l'examen de la mission "enseignement scolaire" du projet de loi de Finances (PLF) par la sénatrice Françoise Ferat (Union centriste), au nom de la commission des Affaires culturelles du Sénat. <strong class="spip">Il a reçu l'appui de l'UMP et a été adopté par 201 voix. Aucune voix ne s'est porté contre.</strong></p> <p class="spip">Le ministre de l'Education Xavier Darcos s'est opposé sans succès à cet amendement, avertissant que pour son budget cela représentait <i class="spip">"18 000 heures par semaine de cours en moins".</i></p> <p class="spip">L'opposition s'est abstenue. Cette somme <i class="spip">"ira pour les 2/3 à l'enseignement privé agricole et pour un tiers à l'enseignement public, je ne suis pas sûr que la majorité sénatoriale aurait voté pour si on avait proposé de faire ce type de transfert vers les ZEP",</i> a déploré Thierry Foucaud (PCF).</p> <p class="spip">L'enseignement privé est majoritaire dans le secteur du technique agricole.</p> <h2>Commentaire Libre Pensée 62</h2> <p class="spip">On admire le sens du titre de l'AFP, faisant croire qu'il s'agit d'une bonne nouvelle, alors qu'il s'agit du pillage des fonds publics destinés à l'école laïque au profit d'intérêts privés, essentiellement confessionnels par ailleurs.</p> <p class="spip">Face à cette spoliation de l'argent public, <i class="spip">"l'opposition s'abstient".</i> Quel courage ! Quel sens de l'engagement en faveur de l'école publique et laïque ! On imagine combien ces sénateurs d'opposition seraient beaucoup plus attentifs aux besoins de l'école publique s'ils étaient aux affaires ! Mais c'est vrai que c'est moins important que de savoir qui sera chef au PS...</p> La Naissance de l'école communale laïque, républicaine et gratuite à Calais (1878-1889) http://librepensee62.free.fr/spip.php?article364 <p class="spip">Dès août 1878, les républicains saint-pierrois étudient la construction d'une école laïque pour accueillir 200 garçons, 200 filles et 130 enfants en bas âge. Dans les écoles communales, il manque en effet au moins 700 places pour les élèves de 3 à 6 ans et plus de 1200 places dans le primaire pour faire face à l'expansion démographique. En septembre, les élus de Calais votent la laïcisation de l'école de garçons du Courgain : « les familles préféreraient confier leurs enfants aux écoles laïques » et le personnel religieux « est loin de présenter les garanties de savoir qu'offrent les instituteurs laïques. » [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb1" name="nh1" id="nh1" class="spip_note" title='[1] Les citations de cet article sont tirées de documents conservés pour la (...)' >1</a>] En conséquence, le maire François Mussel et ses deux adjoints, Omer Dewavrin et Charles Isaac, favorables aux congrégations, démissionnent, d'autant plus que Calais est une des premières villes de France et du département à laïciser une école communale. Les élections anticipées du printemps 1879 scellent le triomphe républicain. Pierre Darnel devient maire. Le succès de l'école laïque du Courgain, 170 à 197 élèves fréquentent ses quatre classes en septembre 1879, incitent les anticléricaux à proposer, en novembre, « la suppression des écoles congréganistes » à Calais. Protestant contre « les mauvais traitements » infligés aux enfants par les frères, ils exigent la liberté absolue de conscience pour les élèves : « l'instituteur à l'école, le prêtre à l'église » !</p> <p class="spip">La pression anticléricale sur les congréganistes des écoles communales s'intensifie très fortement en 1880. Dès janvier, à Saint-Pierre, une pétition de 118 noms réclame de laïciser l'école de garçons rue de Dunkerque et l'école de filles rue de Saint-Omer. Le 6 février, suite à l'élection du franc-maçon Paul Gustave Van Grutten à la charge de maire, les républicains votent la construction d'un groupe scolaire laïque, notre école Franklin-Stephenson, et d'une école laïque au Petit-Courgain. Une semaine après, une pétition de 338 pères de famille de la Nouvelle-France obtient des élus de « transformer l'école congréganiste de la rue de Marck en école laïque » : dès avril, elle scolarise 207 élèves pour 2 maîtres ! Les élus calaisiens ne sont pas en reste puisqu'en mars ils laïcisent « à l'unanimité » la seconde école de garçons pour la rentrée d'octobre. Votée en principe, la laïcisation des écoles de filles de Calais n'est pourtant pas appliquée car le nombre d'institutrices laïques est insuffisant dans le département et certains élus sont reconnaissants envers les religieuses pour leur action. En avril 1880, les républicains créent à Saint-Pierre la Société du Sou des écoles laïques « pour encourager l'enseignement exclusivement laïque et le propager » afin d'inciter les familles nécessiteuses à confier leurs enfants aux écoles laïcisées. Amplifiant cet élan anticlérical, en août, la municipalité de Saint-Pierre laïcise les écoles communales de garçons restantes et décide de construire rue des Fleurs une nouvelle école de filles et une salle d'asile « dirigées par des laïques ». En septembre, elle acte la laïcisation immédiate des écoles de filles de la route de Boulogne et de la Nouvelle France, puis annonce celle des écoles de la rue Verte et du Petit-Courgain pour la rentrée 1881, anticipant localement les lois Ferry sur la gratuité et la laïcité de l'école publique couplées à l'obligation scolaire .</p> <p class="spip">Cette mutation brutale provoque une réaction des milieux catholiques les plus cléricaux qui regroupent une partie de la bourgeoisie de Calais et quelques familles de gros industriels de Saint-Pierre. En août 1880, ils permettent aux frères des écoles chrétiennes d'ouvrir une école catholique privée à Calais, rue Eustache de Saint-Pierre, puis une autre rue du Vauxhall, à Saint-Pierre, face à l'école communale laïque. Cependant, ces écoles sont payantes et, confrontées à la gratuité de l'école publique, elles connaissent de graves difficultés financières dès 1882, au point que l'école du Vauxhall ferme définitivement ses portes en avril 1884 tandis que celle de Calais semble plus solide.</p> <p class="spip">En août 1881, Van Grutten obtient la laïcisation des salles d'asile [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb2" name="nh2" id="nh2" class="spip_note" title='[2] Ce terme désigne les écoles maternelles.' >2</a>] communales et parachève ainsi l'oeuvre laïque des républicains. La première fête des écoles laïques, organisée place Crévecœur à la fin du mois, célèbre la victoire républicaine sur les congrégations religieuses et leurs alliés politiques. En réaction, en octobre 1881, avec l'aide des religieuses de Saint-Paul de Chartres qui ont quitté les écoles communales, onze militantes catholiques créent le Comité des classes catholiques et gratuites de Saint-Pierre pour soustraire les enfants « à l'influence d'une autre éducation peu favorable aux principes religieux ». Mais en décembre 1881 la population ouvrière de Saint-Pierre, dans une nouvelle pétition, réclame l'ouverture d'une nouvelle école laïque au Fort-Nieulay.</p> <p class="spip">La lutte pour instruire la jeunesse saint-pierroise s'intensifie entre laïques et cléricaux au point qu'en avril 1882 la municipalité crée la Caisse des écoles laïques pour subvenir aux besoins des familles pauvres qui confient leurs enfants à l'école communale et afin de contrer la charité organisée par les militantes catholiques. En effet, leur comité rencontre un certain succès et parvient à créer 9 classes et une salle d'asile en 1883/1884, fréquentées par 458 élèves. Cependant, en 1885, lors de la réunion des deux villes, Van Grutten devient maire du Grand Calais en prônant la laïcisation des écoles de filles de Calais-nord, soulignant la puissance du sentiment anticlérical de la nouvelle ville et la volonté républicaine d'amplifier la scolarisation des jeunes filles.</p> <p class="spip">En 1888, une majorité républicaine est reconduite à la tête de Calais et vote, en octobre, la laïcisation des deux dernières écoles communales de filles tenues par des congréganistes à Calais-nord. Immédiatement, la faction catholique la plus engagée répond en ouvrant, dans le même quartier, deux écoles privées tenues par les sœurs de Saint-Paul de Chartres, rue Berthois et rue des Prêtres. Cette nouvelle extension des écoles catholiques contraint le comité clérical à renoncer à la gratuité de ses écoles et, dès 1889, ces écoles confessionnelles sollicitent une participation financière des familles pour leur fonctionnement. Dans le même temps, le développement de l'école communale laïque se ralentit, même si, sous la pression conjointe des socialistes, menés par Émile Salembier et Alfred Delcluze, et des radicaux francs-maçons, une école de filles avec une classe enfantine, rue Jeanne d'Arc, et une école mixte au Pont du Leu sont créées en 1889. Le surgissement de ses deux nouvelles forces politiques sur la scène politique calaisienne annonce de nouveaux bouleversements scolaires, sociaux et politiques...</p> <p class="spip">Pour la Libre Pensée de Calais<br> Roland Delattre</p> Thu, 04 Dec 2008 16:46:47 +0100 Webmestre Libre Pensée 62 <p class="spip">Dès août 1878, les républicains saint-pierrois étudient la construction d'une école laïque pour accueillir 200 garçons, 200 filles et 130 enfants en bas âge. Dans les écoles communales, il manque en effet au moins 700 places pour les élèves de 3 à 6 ans et plus de 1200 places dans le primaire pour faire face à l'expansion démographique. En septembre, les élus de Calais votent la laïcisation de l'école de garçons du Courgain : « les familles préféreraient confier leurs enfants aux écoles laïques » et le personnel religieux « est loin de présenter les garanties de savoir qu'offrent les instituteurs laïques. » [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb3" name="nh3" id="nh3" class="spip_note" title='[3] Les citations de cet article sont tirées de documents conservés pour la (...)' >3</a>] En conséquence, le maire François Mussel et ses deux adjoints, Omer Dewavrin et Charles Isaac, favorables aux congrégations, démissionnent, d'autant plus que Calais est une des premières villes de France et du département à laïciser une école communale. Les élections anticipées du printemps 1879 scellent le triomphe républicain. Pierre Darnel devient maire. Le succès de l'école laïque du Courgain, 170 à 197 élèves fréquentent ses quatre classes en septembre 1879, incitent les anticléricaux à proposer, en novembre, « la suppression des écoles congréganistes » à Calais. Protestant contre « les mauvais traitements » infligés aux enfants par les frères, ils exigent la liberté absolue de conscience pour les élèves : « l'instituteur à l'école, le prêtre à l'église » !</p> <p class="spip">La pression anticléricale sur les congréganistes des écoles communales s'intensifie très fortement en 1880. Dès janvier, à Saint-Pierre, une pétition de 118 noms réclame de laïciser l'école de garçons rue de Dunkerque et l'école de filles rue de Saint-Omer. Le 6 février, suite à l'élection du franc-maçon Paul Gustave Van Grutten à la charge de maire, les républicains votent la construction d'un groupe scolaire laïque, notre école Franklin-Stephenson, et d'une école laïque au Petit-Courgain. Une semaine après, une pétition de 338 pères de famille de la Nouvelle-France obtient des élus de « transformer l'école congréganiste de la rue de Marck en école laïque » : dès avril, elle scolarise 207 élèves pour 2 maîtres ! Les élus calaisiens ne sont pas en reste puisqu'en mars ils laïcisent « à l'unanimité » la seconde école de garçons pour la rentrée d'octobre. Votée en principe, la laïcisation des écoles de filles de Calais n'est pourtant pas appliquée car le nombre d'institutrices laïques est insuffisant dans le département et certains élus sont reconnaissants envers les religieuses pour leur action. En avril 1880, les républicains créent à Saint-Pierre la Société du Sou des écoles laïques « pour encourager l'enseignement exclusivement laïque et le propager » afin d'inciter les familles nécessiteuses à confier leurs enfants aux écoles laïcisées. Amplifiant cet élan anticlérical, en août, la municipalité de Saint-Pierre laïcise les écoles communales de garçons restantes et décide de construire rue des Fleurs une nouvelle école de filles et une salle d'asile « dirigées par des laïques ». En septembre, elle acte la laïcisation immédiate des écoles de filles de la route de Boulogne et de la Nouvelle France, puis annonce celle des écoles de la rue Verte et du Petit-Courgain pour la rentrée 1881, anticipant localement les lois Ferry sur la gratuité et la laïcité de l'école publique couplées à l'obligation scolaire .</p> <p class="spip">Cette mutation brutale provoque une réaction des milieux catholiques les plus cléricaux qui regroupent une partie de la bourgeoisie de Calais et quelques familles de gros industriels de Saint-Pierre. En août 1880, ils permettent aux frères des écoles chrétiennes d'ouvrir une école catholique privée à Calais, rue Eustache de Saint-Pierre, puis une autre rue du Vauxhall, à Saint-Pierre, face à l'école communale laïque. Cependant, ces écoles sont payantes et, confrontées à la gratuité de l'école publique, elles connaissent de graves difficultés financières dès 1882, au point que l'école du Vauxhall ferme définitivement ses portes en avril 1884 tandis que celle de Calais semble plus solide.</p> <p class="spip">En août 1881, Van Grutten obtient la laïcisation des salles d'asile [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb4" name="nh4" id="nh4" class="spip_note" title='[4] Ce terme désigne les écoles maternelles.' >4</a>] communales et parachève ainsi l'oeuvre laïque des républicains. La première fête des écoles laïques, organisée place Crévecœur à la fin du mois, célèbre la victoire républicaine sur les congrégations religieuses et leurs alliés politiques. En réaction, en octobre 1881, avec l'aide des religieuses de Saint-Paul de Chartres qui ont quitté les écoles communales, onze militantes catholiques créent le Comité des classes catholiques et gratuites de Saint-Pierre pour soustraire les enfants « à l'influence d'une autre éducation peu favorable aux principes religieux ». Mais en décembre 1881 la population ouvrière de Saint-Pierre, dans une nouvelle pétition, réclame l'ouverture d'une nouvelle école laïque au Fort-Nieulay.</p> <p class="spip">La lutte pour instruire la jeunesse saint-pierroise s'intensifie entre laïques et cléricaux au point qu'en avril 1882 la municipalité crée la Caisse des écoles laïques pour subvenir aux besoins des familles pauvres qui confient leurs enfants à l'école communale et afin de contrer la charité organisée par les militantes catholiques. En effet, leur comité rencontre un certain succès et parvient à créer 9 classes et une salle d'asile en 1883/1884, fréquentées par 458 élèves. Cependant, en 1885, lors de la réunion des deux villes, Van Grutten devient maire du Grand Calais en prônant la laïcisation des écoles de filles de Calais-nord, soulignant la puissance du sentiment anticlérical de la nouvelle ville et la volonté républicaine d'amplifier la scolarisation des jeunes filles.</p> <p class="spip">En 1888, une majorité républicaine est reconduite à la tête de Calais et vote, en octobre, la laïcisation des deux dernières écoles communales de filles tenues par des congréganistes à Calais-nord. Immédiatement, la faction catholique la plus engagée répond en ouvrant, dans le même quartier, deux écoles privées tenues par les sœurs de Saint-Paul de Chartres, rue Berthois et rue des Prêtres. Cette nouvelle extension des écoles catholiques contraint le comité clérical à renoncer à la gratuité de ses écoles et, dès 1889, ces écoles confessionnelles sollicitent une participation financière des familles pour leur fonctionnement. Dans le même temps, le développement de l'école communale laïque se ralentit, même si, sous la pression conjointe des socialistes, menés par Émile Salembier et Alfred Delcluze, et des radicaux francs-maçons, une école de filles avec une classe enfantine, rue Jeanne d'Arc, et une école mixte au Pont du Leu sont créées en 1889. Le surgissement de ses deux nouvelles forces politiques sur la scène politique calaisienne annonce de nouveaux bouleversements scolaires, sociaux et politiques...</p> <p class="spip">Pour la Libre Pensée de Calais<br> Roland Delattre</p> Visite de Benoît XVI : Paris en état de saint-siège ? http://librepensee62.free.fr/spip.php?article367 <p class="spip">Le porte-avion Clemenceau étant en désamiantage, le Charles de Gaulle et les sous-marins nucléaires lance-missiles étant pris sur d'autres terrains d'opération ne seront pas de la partie, mais c'est tout juste. Les Mirages et les Rafales peuvent intervenir à tout moment, au cas où. Disons-le nettement, c'est du délire.</p> <p class="spip">Le Figaro poursuit : <i class="spip">« Selon nos informations, la nébuleuse libertaire ainsi que celle des libres-penseurs brocardant les positions papales sont sous étroite surveillance pour éviter des dérapage. Dans le même esprit, les ultras de la cause « gay », tel qu'ACT-UP, sont également dans le collimateur en raison d'appels à des manifestation non contrôlées »</i>. Ce délire sécuritaire préfigure sans doute ce qu'il adviendra bientôt avec le projet du fichier EDVIGE qui fichera tous les Elus, les militants et les adhérents de toutes les associations loi de 1901, des syndicats et des partis politiques comme de dangereux délinquants.</p> <p class="spip">Nous comprenons enfin pourquoi Madame Michèle Alliot-Marie a refusé , à plusieurs reprises, de recevoir la Fédération nationale de la Libre Pensée qui lui demandait d'être entendue à propos de la révision annoncée de la loi de 1905 de Séparation des Eglises et de l'Etat : elle avait peur pour sa sécurité. Elle a, par contre, reçu tous les représentants des religions dont chacun sait qu'ils sont des havres de paix et d'amour comme en témoigne les guerres en Irak, en Asie, au Proche-Orient et dans l'ex-Yougoslavie.</p> <p class="spip">La Fédération nationale de la Libre Pensée rappelle qu'elle n'est pas une <i class="spip">« nébuleuse »</i> mais une association légale, dûment déclarée avec une Commission Administrative Nationale qui n'a rien de clandestine. Elle a des fédérations dans tous les départements. Elle anime aussi une association d'Elus locaux et un intergroupe parlementaire.</p> <p class="spip">Comment ne pas constater que ce dispositif de <i class="spip">« sécurité répressive</i> » tous azimuts ne vise qu'à faire taire tous ceux qui ne plient pas les genoux pour recevoir <i class="spip">« la sainte hostie »</i> papiste. Il apparaît clairement que le gouvernement, faisant soumission au Vatican, entend interdire toute voix discordante dans le concert des louanges qui vont se déverser à flot pour glorifier l'ancien membre des jeunesses hitlériennes qui a reçu la mitre depuis.</p> <p class="spip">ON NE NOUS FERA PAS TAIRE !. Sous l'égide de l'Union Internationale Humaniste et Laïque (IHEU) qui regroupe plus d'une centaine d'associations laïques dans quarante pays et qui a une représentation permanente à l'ONU, l'UNESCO, au Conseil de l'Europe, la Fédération nationale de la Libre Pensée avec une trentaine d'associations des différents continents tiendra</p> <div class="texteencadre-spip spip"> <h2>Un meeting laïque international<br> <p class="spip">Au Gymnase Japy – 2 rue Japy – 75011 Paris (Métro : Voltaire)<br></p> <p class="spip">Le Dimanche 14 septembre 2008 à 13H<br></p> <p class="spip">Contre le financement public des activités cultuelles !<br></p> <p class="spip">Pour la laïcité en Europe !<br></p> <p class="spip">Pour la séparation des États et des religions !<br></p> </h2> </div> <p class="spip"><strong class="spip">Sous la présidence de Marc Blondel, Président de la Libre Pensée</strong>, prendront notamment la parole :</p> <ul class="spip"><li class="spip"> Gabriel Gaudy - Secrétaire général de l'Union Régionale d'Ile-de-France de la CGT-FO, </li><li class="spip"> La Ligue de l'Enseignement,</li><li class="spip"> Sonja Eggerickw - Présidente de l'IHEU,</li><li class="spip"> l'Union rationaliste,</li><li class="spip"> Le Mouvement Laïque du Québec,</li><li class="spip"> Etienne Pion - Secrétaire général du Mouvement Europe et Laïcité (CAEDEL),</li><li class="spip"> le Conseil National des Associations Familiales Laïques (CNAFAL),</li><li class="spip"> Georges Liénard – Secrétaire général de la Fédération Humaniste Européenne (FHE),</li><li class="spip"> l'Union des Athées,</li><li class="spip"> Albert Riba – Président de l'Union des Athées et des Libres Penseurs d'Espagne, </li><li class="spip"> Pierre Galand – Président du Centre d'Action Laïque de Belgique,</li><li class="spip"> Christian Eyschen – Secrétaire général de la Libre Pensée.</li></ul> <p class="spip">N'en déplaise à tous ceux qui veulent remettre en cause la laïcité de l'Etat garantie par la loi de 1905, nous serons très nombreux à Paris le 14 septembre 2008 au gymnase Japy pour dire :</p> <h2> Ni dieu, ni maître ! <p class="spip">A bas la Calotte !</p> <p class="spip">Et vive la Sociale !</p> </h2> Fri, 12 Sep 2008 11:49:52 +0200 Webmestre Libre Pensée 62 <p class="spip">Le porte-avion Clemenceau étant en désamiantage, le Charles de Gaulle et les sous-marins nucléaires lance-missiles étant pris sur d'autres terrains d'opération ne seront pas de la partie, mais c'est tout juste. Les Mirages et les Rafales peuvent intervenir à tout moment, au cas où. Disons-le nettement, c'est du délire.</p> <p class="spip">Le Figaro poursuit : <i class="spip">« Selon nos informations, la nébuleuse libertaire ainsi que celle des libres-penseurs brocardant les positions papales sont sous étroite surveillance pour éviter des dérapage. Dans le même esprit, les ultras de la cause « gay », tel qu'ACT-UP, sont également dans le collimateur en raison d'appels à des manifestation non contrôlées »</i>. Ce délire sécuritaire préfigure sans doute ce qu'il adviendra bientôt avec le projet du fichier EDVIGE qui fichera tous les Elus, les militants et les adhérents de toutes les associations loi de 1901, des syndicats et des partis politiques comme de dangereux délinquants.</p> <p class="spip">Nous comprenons enfin pourquoi Madame Michèle Alliot-Marie a refusé , à plusieurs reprises, de recevoir la Fédération nationale de la Libre Pensée qui lui demandait d'être entendue à propos de la révision annoncée de la loi de 1905 de Séparation des Eglises et de l'Etat : elle avait peur pour sa sécurité. Elle a, par contre, reçu tous les représentants des religions dont chacun sait qu'ils sont des havres de paix et d'amour comme en témoigne les guerres en Irak, en Asie, au Proche-Orient et dans l'ex-Yougoslavie.</p> <p class="spip">La Fédération nationale de la Libre Pensée rappelle qu'elle n'est pas une <i class="spip">« nébuleuse »</i> mais une association légale, dûment déclarée avec une Commission Administrative Nationale qui n'a rien de clandestine. Elle a des fédérations dans tous les départements. Elle anime aussi une association d'Elus locaux et un intergroupe parlementaire.</p> <p class="spip">Comment ne pas constater que ce dispositif de <i class="spip">« sécurité répressive</i> » tous azimuts ne vise qu'à faire taire tous ceux qui ne plient pas les genoux pour recevoir <i class="spip">« la sainte hostie »</i> papiste. Il apparaît clairement que le gouvernement, faisant soumission au Vatican, entend interdire toute voix discordante dans le concert des louanges qui vont se déverser à flot pour glorifier l'ancien membre des jeunesses hitlériennes qui a reçu la mitre depuis.</p> <p class="spip">ON NE NOUS FERA PAS TAIRE !. Sous l'égide de l'Union Internationale Humaniste et Laïque (IHEU) qui regroupe plus d'une centaine d'associations laïques dans quarante pays et qui a une représentation permanente à l'ONU, l'UNESCO, au Conseil de l'Europe, la Fédération nationale de la Libre Pensée avec une trentaine d'associations des différents continents tiendra</p> <div class="texteencadre-spip spip"> <h2>Un meeting laïque international<br> <p class="spip">Au Gymnase Japy – 2 rue Japy – 75011 Paris (Métro : Voltaire)<br></p> <p class="spip">Le Dimanche 14 septembre 2008 à 13H<br></p> <p class="spip">Contre le financement public des activités cultuelles !<br></p> <p class="spip">Pour la laïcité en Europe !<br></p> <p class="spip">Pour la séparation des États et des religions !<br></p> </h2> </div> <p class="spip"><strong class="spip">Sous la présidence de Marc Blondel, Président de la Libre Pensée</strong>, prendront notamment la parole :</p> <ul class="spip"><li class="spip"> Gabriel Gaudy - Secrétaire général de l'Union Régionale d'Ile-de-France de la CGT-FO, </li><li class="spip"> La Ligue de l'Enseignement,</li><li class="spip"> Sonja Eggerickw - Présidente de l'IHEU,</li><li class="spip"> l'Union rationaliste,</li><li class="spip"> Le Mouvement Laïque du Québec,</li><li class="spip"> Etienne Pion - Secrétaire général du Mouvement Europe et Laïcité (CAEDEL),</li><li class="spip"> le Conseil National des Associations Familiales Laïques (CNAFAL),</li><li class="spip"> Georges Liénard – Secrétaire général de la Fédération Humaniste Européenne (FHE),</li><li class="spip"> l'Union des Athées,</li><li class="spip"> Albert Riba – Président de l'Union des Athées et des Libres Penseurs d'Espagne, </li><li class="spip"> Pierre Galand – Président du Centre d'Action Laïque de Belgique,</li><li class="spip"> Christian Eyschen – Secrétaire général de la Libre Pensée.</li></ul> <p class="spip">N'en déplaise à tous ceux qui veulent remettre en cause la laïcité de l'Etat garantie par la loi de 1905, nous serons très nombreux à Paris le 14 septembre 2008 au gymnase Japy pour dire :</p> <h2> Ni dieu, ni maître ! <p class="spip">A bas la Calotte !</p> <p class="spip">Et vive la Sociale !</p> </h2> La République ne reconnaît aucun culte (loi de 1905) : En conséquence, ni le Daïla-Lama ni le Pape ne doivent être reçus officiellement par une quelconque autorité de la République ! http://librepensee62.free.fr/spip.php?article366 <p class="spip">La Libre Pensée est pour la libre circulation des hommes et des idées. En conséquence, les chefs religieux sont libres de voyager, mais pas aux frais de la République et non reconnus par la République. C'est là, le strict respect de la laïcité de l'État républicain.</p> <p class="spip">Par ailleurs, dans le pays des Droits de l'Homme et de la Révolution française, on est en droit de s'interroger publiquement sur les « qualités démocratiques » des chefs religieux que certains encensent.</p> <p class="spip">Rappelons que le Vatican se prétend État (toutefois non reconnu par l'ONU) dans lequel il est interdit d'être non-catholique, d'être syndiqué, de faire grève et dans lequel il n'y a jamais eu d'élections démocratiques. Et que ce curieux « État » mène une campagne acharnée contre les plus élémentaires libertés démocratiques que sont la contraception et l'IVG, sans parler de la lutte criminelle contre le port du préservatif, seul moyen de masse pour enrayer la pandémie du SIDA et que son chef fut adhérant des jeunesses hitlériennes.</p> <p class="spip">Rappelons que le Daïla-lama a été formé par le Waffen SS Heinrich Harrer. Pour juger du caractère « démocratique » du Tibet, laissons-lui la parole dans son ouvrage Sept ans d'aventure au Tibet : « La domination qu'exerce les moines du Tibet est absolue. C'est l'exemple type de la dictature cléricale ». Il est stupéfiant de remarquer que le Dalaï-Lama actuel, en 1994, a voulu réunir à Londres des personnalités occidentales ayant connu un Tibet indépendant. Sur les sept personnalités, il y avait les deux Waffen SS, Harrer l'alpiniste et Beger l'ethnologue d' Auschwitz et un diplomate chilien du nom de Miguel Sorano qui a fait carrière dans le sillage de Kurt Waldheim, en étant proche de Pinochet et des communautés nazies du sud du Chili.</p> <p class="spip">Le Tibet n'est pas un État indépendant, il est chinois depuis le XIIIe siècle, de la même manière que le Vatican n'est que le produit des accords du Latran de 1929 signé par le chef de l'État fasciste italien Benito Mussolini. Le Vatican est un résidu du fascisme italien comme l'État du Tibet est un produit de la guerre froide.</p> <p class="spip">Nul détenteur de l'autorité de la chose publique n'a le droit de violer les principes républicains et, en premier lieu, la laïcité de l'État. C'est ce que rappellera la Libre Pensée lors du meeting laïque international du 14 septembre 2008 à 13H au Gymnase Japy – 2 rue Japy – 75011 Paris (Métro :Voltaire) à l'occasion de la visite de Benoît XVI. Ce meeting est appelé par 25 associations de France, d'Europe et des autres continents.</p> <div class="texteencadre-spip spip"> · CONTRE TOUT FINANCEMENT PUBLIC DE LA VISITE DU PAPE ! <p class="spip">· POUR LA LAÏCITÉ EN EUROPE !</p> <p class="spip">· POUR LA SÉPARATION DES ÉTATS ET DES RELIGIONS !</p> </div> <p class="spip">Respectez la Loi de 1905 ! Respectez notre liberté de conscience !</p> <h3 class="spip"> <p class="spip">TOUS À PARIS 14 SEPTEMBRE 2008 A 13 HEURES !</p> </h3> <p class="spip">Paris, le 15 août 2008</p> Sun, 07 Sep 2008 10:44:16 +0200 Webmestre Libre Pensée 62 <p class="spip">La Libre Pensée est pour la libre circulation des hommes et des idées. En conséquence, les chefs religieux sont libres de voyager, mais pas aux frais de la République et non reconnus par la République. C'est là, le strict respect de la laïcité de l'État républicain.</p> <p class="spip">Par ailleurs, dans le pays des Droits de l'Homme et de la Révolution française, on est en droit de s'interroger publiquement sur les « qualités démocratiques » des chefs religieux que certains encensent.</p> <p class="spip">Rappelons que le Vatican se prétend État (toutefois non reconnu par l'ONU) dans lequel il est interdit d'être non-catholique, d'être syndiqué, de faire grève et dans lequel il n'y a jamais eu d'élections démocratiques. Et que ce curieux « État » mène une campagne acharnée contre les plus élémentaires libertés démocratiques que sont la contraception et l'IVG, sans parler de la lutte criminelle contre le port du préservatif, seul moyen de masse pour enrayer la pandémie du SIDA et que son chef fut adhérant des jeunesses hitlériennes.</p> <p class="spip">Rappelons que le Daïla-lama a été formé par le Waffen SS Heinrich Harrer. Pour juger du caractère « démocratique » du Tibet, laissons-lui la parole dans son ouvrage Sept ans d'aventure au Tibet : « La domination qu'exerce les moines du Tibet est absolue. C'est l'exemple type de la dictature cléricale ». Il est stupéfiant de remarquer que le Dalaï-Lama actuel, en 1994, a voulu réunir à Londres des personnalités occidentales ayant connu un Tibet indépendant. Sur les sept personnalités, il y avait les deux Waffen SS, Harrer l'alpiniste et Beger l'ethnologue d' Auschwitz et un diplomate chilien du nom de Miguel Sorano qui a fait carrière dans le sillage de Kurt Waldheim, en étant proche de Pinochet et des communautés nazies du sud du Chili.</p> <p class="spip">Le Tibet n'est pas un État indépendant, il est chinois depuis le XIIIe siècle, de la même manière que le Vatican n'est que le produit des accords du Latran de 1929 signé par le chef de l'État fasciste italien Benito Mussolini. Le Vatican est un résidu du fascisme italien comme l'État du Tibet est un produit de la guerre froide.</p> <p class="spip">Nul détenteur de l'autorité de la chose publique n'a le droit de violer les principes républicains et, en premier lieu, la laïcité de l'État. C'est ce que rappellera la Libre Pensée lors du meeting laïque international du 14 septembre 2008 à 13H au Gymnase Japy – 2 rue Japy – 75011 Paris (Métro :Voltaire) à l'occasion de la visite de Benoît XVI. Ce meeting est appelé par 25 associations de France, d'Europe et des autres continents.</p> <div class="texteencadre-spip spip"> · CONTRE TOUT FINANCEMENT PUBLIC DE LA VISITE DU PAPE ! <p class="spip">· POUR LA LAÏCITÉ EN EUROPE !</p> <p class="spip">· POUR LA SÉPARATION DES ÉTATS ET DES RELIGIONS !</p> </div> <p class="spip">Respectez la Loi de 1905 ! Respectez notre liberté de conscience !</p> <h3 class="spip"> <p class="spip">TOUS À PARIS 14 SEPTEMBRE 2008 A 13 HEURES !</p> </h3> <p class="spip">Paris, le 15 août 2008</p> Septembre 2008 : Visite du pape Benoît XVI en France ; RESPECTEZ LA LIBERTE DE CONSCIENCE ! http://librepensee62.free.fr/spip.php?article365 <p class="spip">• La religion doit rester une affaire privée<br> • Respect de la loi de séparation de 1905<br> • Contre tout financement public de la visite papale et de toutes les activités religieuses afférentes</p> <div class="texteencadre-spip spip"> <h2> <div class="spip" style="text-align:center;">POUR LA LAÏCITE EN EUROPE !</div> <div class="spip" style="text-align:center;">RASSEMBLEMENT LAÏQUE INTERNATIONAL à PARIS</div> <div class="spip" style="text-align:center;">le 14 SEPTEMBRE 2008 à 13 heures Gymnase Japy</div> <div class="spip" style="text-align:center;">2, rue Japy - 75011 Paris - Métro : Voltaire</div></h2> </div> <p class="spip">Les Libres Penseurs, les Laïques, les Républicains doivent se rassembler !</p> <p class="spip">Madame, Monsieur,</p> <p class="spip">Le pape Benoît XVI a été invité par la Conférence épiscopale des évêques de France à venir à Paris et à Lourdes (il s'agit de célébrer le 150è anniversaire des « apparitions » de Bernadette Soubirous).</p> <p class="spip">Le pape sera reçu par le Président de la République Nicolas Sarkozy. Cela est contraire à la Loi de Séparation : le pape Benoît XVI est un chef religieux. Il a le droit, comme tout individu, de voyager librement. Mais la Démocratie et la Laïcité exigent que, dans la République, ce voyage soit exclusivement financé par les adeptes de cette religion (article 2 de la loi de 1905 : « La République ne recon- naît, ne subventionne ni ne salarie aucun culte »). La religion est et doit rester une affaire privée.</p> <p class="spip">Le chef de l'Eglise catholique s'est rendu aux Etats Unis à la mi-avril. Sa visite – au mépris du 1er amendement de la Constitution américaine (« le Congrès ne fera aucune loi qui établisse une religion ou qui interdise l'exercice de celle-ci… ») – a été largement financée par les fonds publics : 12,5 millions de dollars ont été prélevés pour financer cette visite.</p> <p class="spip">En France, chaque année, 10 milliards d'euros sont détournés pour financer les activités de l'Eglise et de ses œuvres, soit l'équivalent de 20% de l'impôt sur le revenu.</p> <p class="spip">La Libre Pensée s'oppose à tout financement public de la visite du pape : pas un centime d'argent public, de l'Etat, des collectivités territoriales (communes, départements, régions) !</p> <p class="spip">Les élus doivent respecter la liberté de conscience. Ils doivent respecter la loi de 1905. Ils doivent déclarer qu'aucune activité cultuelle, à l'occasion de la visite papale ne sera financée par les fonds publics. Le Président de la République, le Conseil des ministres doivent respecter la Loi de séparation des Eglises et de l'Etat et veiller à ce que le gouvernement ne débourse aucun centime pour ce séjour. Les convictions personnelles de Nicolas Sarkozy ne sauraient être confondues avec ses fonctions de président de la République !</p> <h3 class="spip"> LA REPUBLIQUE DOIT RESTER LAÏQUE !</h3> <p class="spip">Avec le coup de force du Congrès de Versailles, le mini traité de Lisbonne reprend l'article 1 – 52 du projet de constitution de l'Union Européenne dans son article 17 : « Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l'Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises et organisations ». La Libre Pensée ne l'accepte pas ! En effet cet article consacre tous les privilèges anti-démocratiques des Eglises en Europe. Les religions, la catholique en particulier, veulent contrôler tous les rouages de la société (Etat, écoles, universités, recherche…). Benoît XVI l'a déclaré aux Etats Unis : « Il faut résister à toute tendance à considérer la religion comme un fait privé. » Il a affirmé son soutien au gouvernement américain en guerre contre les peuples afghan et irakien.</p> <p class="spip">Le voyage du pape a lieu au moment où tout est fait pour faire imploser la République Une et Indivisible. Il fait suite aux agressions verbales du Président de la République Nicolas Sarkozy et du ministre de l'Intérieur et des Cultes, Mme Alliot-Marie, contre la laïcité. Ce voyage a pour but de réaffirmer la farouche hostilité du Vatican au principe de séparation de l'Etat et des Eglises et de défendre une “Europe chrétienne” contre l'héritage humaniste et universel des Lumières.</p> <h3 class="spip"> LES LAÏQUES, LES REPUBLICAINS DOIVENT FAIRE FRONT !</h3> <p class="spip">La Libre Pensée appelle au rassemblement, à l'unité.</p> <h2> • CONTRE TOUT FINANCEMENT PUBLIC DE LA VISITE DU PAPE !<br> • POUR LA LAÏCITE EN EUROPE !<br> • POUR LA SEPARATION DES ETATS ET DES RELIGIONS !<br> Respectez la Loi de 1905 ! Respectez notre liberté de conscience !<br> TOUS À PARIS 14 SEPTEMBRE 2008 A 13 HEURES !</h2> <p class="spip"><strong class="spip">Soutiennent d'ores et déjà cette initiative</strong> : Union Internationale Humaniste et Laïque (IHEU) – Fédération nationale de la Libre Pensée France) – Ligue française de l'Enseignement (France) – Union Rationaliste (France ) – Mouvement Europe et Laïcité (CAEDEL) – Union des Athées et Libres Penseurs d'Espagne et Union des Athées de Catalogne – National Secular Society (Royaume-Uni) – Fédération Humaniste Européenne - Bund gegen Anpassung (Allemagne) – Grenade Laïque (Espagne) – Union des Athées (France et Belgique) – Conseil National des Associations Familiales Laïques (CNAFAL – France) – Mouvement Laïque Québécois (Canada) – Humanist Association of Canada – Fédération Internationale d'Athées – Europa Laica (Espagne) – Association Polonaise des Rationalistes – Front pour la Culture Laïque (Mexique) – Cullera laïque (Espagne) – Associazione Nazionale del Libero Pensiero Giordano Bruno (Italie) – Council of Australian Humanist Societies (Australie) – Association des Rationalistes et Libres Penseurs (Cameroun) – Centre d'Action Laïque de Bruxelles - Union des Athées et des Libres Penseurs (Espagne).</p> <h2> ADHEREZ A LA LIBRE PENSEE !</h2> Sun, 07 Sep 2008 10:40:16 +0200 Webmestre Libre Pensée 62 <p class="spip">• La religion doit rester une affaire privée<br> • Respect de la loi de séparation de 1905<br> • Contre tout financement public de la visite papale et de toutes les activités religieuses afférentes</p> <div class="texteencadre-spip spip"> <h2> <div class="spip" style="text-align:center;">POUR LA LAÏCITE EN EUROPE !</div> <div class="spip" style="text-align:center;">RASSEMBLEMENT LAÏQUE INTERNATIONAL à PARIS</div> <div class="spip" style="text-align:center;">le 14 SEPTEMBRE 2008 à 13 heures Gymnase Japy</div> <div class="spip" style="text-align:center;">2, rue Japy - 75011 Paris - Métro : Voltaire</div></h2> </div> <p class="spip">Les Libres Penseurs, les Laïques, les Républicains doivent se rassembler !</p> <p class="spip">Madame, Monsieur,</p> <p class="spip">Le pape Benoît XVI a été invité par la Conférence épiscopale des évêques de France à venir à Paris et à Lourdes (il s'agit de célébrer le 150è anniversaire des « apparitions » de Bernadette Soubirous).</p> <p class="spip">Le pape sera reçu par le Président de la République Nicolas Sarkozy. Cela est contraire à la Loi de Séparation : le pape Benoît XVI est un chef religieux. Il a le droit, comme tout individu, de voyager librement. Mais la Démocratie et la Laïcité exigent que, dans la République, ce voyage soit exclusivement financé par les adeptes de cette religion (article 2 de la loi de 1905 : « La République ne recon- naît, ne subventionne ni ne salarie aucun culte »). La religion est et doit rester une affaire privée.</p> <p class="spip">Le chef de l'Eglise catholique s'est rendu aux Etats Unis à la mi-avril. Sa visite – au mépris du 1er amendement de la Constitution américaine (« le Congrès ne fera aucune loi qui établisse une religion ou qui interdise l'exercice de celle-ci… ») – a été largement financée par les fonds publics : 12,5 millions de dollars ont été prélevés pour financer cette visite.</p> <p class="spip">En France, chaque année, 10 milliards d'euros sont détournés pour financer les activités de l'Eglise et de ses œuvres, soit l'équivalent de 20% de l'impôt sur le revenu.</p> <p class="spip">La Libre Pensée s'oppose à tout financement public de la visite du pape : pas un centime d'argent public, de l'Etat, des collectivités territoriales (communes, départements, régions) !</p> <p class="spip">Les élus doivent respecter la liberté de conscience. Ils doivent respecter la loi de 1905. Ils doivent déclarer qu'aucune activité cultuelle, à l'occasion de la visite papale ne sera financée par les fonds publics. Le Président de la République, le Conseil des ministres doivent respecter la Loi de séparation des Eglises et de l'Etat et veiller à ce que le gouvernement ne débourse aucun centime pour ce séjour. Les convictions personnelles de Nicolas Sarkozy ne sauraient être confondues avec ses fonctions de président de la République !</p> <h3 class="spip"> LA REPUBLIQUE DOIT RESTER LAÏQUE !</h3> <p class="spip">Avec le coup de force du Congrès de Versailles, le mini traité de Lisbonne reprend l'article 1 – 52 du projet de constitution de l'Union Européenne dans son article 17 : « Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l'Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises et organisations ». La Libre Pensée ne l'accepte pas ! En effet cet article consacre tous les privilèges anti-démocratiques des Eglises en Europe. Les religions, la catholique en particulier, veulent contrôler tous les rouages de la société (Etat, écoles, universités, recherche…). Benoît XVI l'a déclaré aux Etats Unis : « Il faut résister à toute tendance à considérer la religion comme un fait privé. » Il a affirmé son soutien au gouvernement américain en guerre contre les peuples afghan et irakien.</p> <p class="spip">Le voyage du pape a lieu au moment où tout est fait pour faire imploser la République Une et Indivisible. Il fait suite aux agressions verbales du Président de la République Nicolas Sarkozy et du ministre de l'Intérieur et des Cultes, Mme Alliot-Marie, contre la laïcité. Ce voyage a pour but de réaffirmer la farouche hostilité du Vatican au principe de séparation de l'Etat et des Eglises et de défendre une “Europe chrétienne” contre l'héritage humaniste et universel des Lumières.</p> <h3 class="spip"> LES LAÏQUES, LES REPUBLICAINS DOIVENT FAIRE FRONT !</h3> <p class="spip">La Libre Pensée appelle au rassemblement, à l'unité.</p> <h2> • CONTRE TOUT FINANCEMENT PUBLIC DE LA VISITE DU PAPE !<br> • POUR LA LAÏCITE EN EUROPE !<br> • POUR LA SEPARATION DES ETATS ET DES RELIGIONS !<br> Respectez la Loi de 1905 ! Respectez notre liberté de conscience !<br> TOUS À PARIS 14 SEPTEMBRE 2008 A 13 HEURES !</h2> <p class="spip"><strong class="spip">Soutiennent d'ores et déjà cette initiative</strong> : Union Internationale Humaniste et Laïque (IHEU) – Fédération nationale de la Libre Pensée France) – Ligue française de l'Enseignement (France) – Union Rationaliste (France ) – Mouvement Europe et Laïcité (CAEDEL) – Union des Athées et Libres Penseurs d'Espagne et Union des Athées de Catalogne – National Secular Society (Royaume-Uni) – Fédération Humaniste Européenne - Bund gegen Anpassung (Allemagne) – Grenade Laïque (Espagne) – Union des Athées (France et Belgique) – Conseil National des Associations Familiales Laïques (CNAFAL – France) – Mouvement Laïque Québécois (Canada) – Humanist Association of Canada – Fédération Internationale d'Athées – Europa Laica (Espagne) – Association Polonaise des Rationalistes – Front pour la Culture Laïque (Mexique) – Cullera laïque (Espagne) – Associazione Nazionale del Libero Pensiero Giordano Bruno (Italie) – Council of Australian Humanist Societies (Australie) – Association des Rationalistes et Libres Penseurs (Cameroun) – Centre d'Action Laïque de Bruxelles - Union des Athées et des Libres Penseurs (Espagne).</p> <h2> ADHEREZ A LA LIBRE PENSEE !</h2> Banquet régional contre les interdits religieux et pour la défense de la laïcité républicaine ! http://librepensee62.free.fr/spip.php?article363 <p class="spip">Le grand rassemblement national à Paris (voir modalités ci-dessous) sera relayé localement par le repas régional organisé par le groupe Voltaire de Dunkerque.</p> <p class="spip">Dès 18h30 la Libre Pensée dunkerquoise propose une discussion autour d'un verre sur l'actualité, les attaques à la laïcité et les actions de la Libre Pensée… Débat convivial auquel tous les défenseurs de la laïcité sont invités…</p> <p class="spip">A 20h30 nous poursuivrons par le repas, festif, joyeux, irrespectueux des dogmes et autres fariboles divines, source de bonen chère et d'excès en tous genres, tant en victuailles qu'en liquides.</p> <p class="spip">Vous pouvez ne participer qu'à la discussion ou qu'au repas selon vos possibilités.</p> <h2>Pour le repas, la réservation est obligatoire : le restaurant ouvre le soir à notre demande et ne peut satisfaire qu'une demande ciblée. Remplissez vite le questionnaire ci-dessous et renvoyez-le avant le 14 mars.</h2> <dl class='spip_document_248 spip_documents spip_documents_center' > <dt><a href="http://librepensee62.free.fr/IMG/doc/Repas-menu-inscription_2008.doc" title='Word - 43.5 ko' type="application/msword"><img src='http://librepensee62.free.fr/dist/vignettes/doc.png' width='52' height='52' alt='Word - 43.5 ko' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Inscription au banquet républicain du 21 mars 2008 à Dunkerque</strong></dt> </dl> <p class="spip">Nous vous y attendons nombreux !</p> Thu, 06 Mar 2008 00:24:17 +0100 Webmestre Libre Pensée 62 <p class="spip">Le grand rassemblement national à Paris (voir modalités ci-dessous) sera relayé localement par le repas régional organisé par le groupe Voltaire de Dunkerque.</p> <p class="spip">Dès 18h30 la Libre Pensée dunkerquoise propose une discussion autour d'un verre sur l'actualité, les attaques à la laïcité et les actions de la Libre Pensée… Débat convivial auquel tous les défenseurs de la laïcité sont invités…</p> <p class="spip">A 20h30 nous poursuivrons par le repas, festif, joyeux, irrespectueux des dogmes et autres fariboles divines, source de bonen chère et d'excès en tous genres, tant en victuailles qu'en liquides.</p> <p class="spip">Vous pouvez ne participer qu'à la discussion ou qu'au repas selon vos possibilités.</p> <h2>Pour le repas, la réservation est obligatoire : le restaurant ouvre le soir à notre demande et ne peut satisfaire qu'une demande ciblée. Remplissez vite le questionnaire ci-dessous et renvoyez-le avant le 14 mars.</h2> <dl class='spip_document_248 spip_documents spip_documents_center' > <dt><a href="http://librepensee62.free.fr/IMG/doc/Repas-menu-inscription_2008.doc" title='Word - 43.5 ko' type="application/msword"><img src='http://librepensee62.free.fr/dist/vignettes/doc.png' width='52' height='52' alt='Word - 43.5 ko' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Inscription au banquet républicain du 21 mars 2008 à Dunkerque</strong></dt> </dl> <p class="spip">Nous vous y attendons nombreux !</p> ciné-débat à Calais - islam et laïcité : quelles perspectives ? http://librepensee62.free.fr/spip.php?article362 <a href="http://librepensee62.free.fr/spip.php?article361" class="spip_in">Plus d'infos ici sur notre site : fiche technique, synopsis du film etc.</a> Thu, 06 Mar 2008 00:07:17 +0100 Webmestre Libre Pensée 62 <a href="http://librepensee62.free.fr/spip.php?article361" class="spip_in">Plus d'infos ici sur notre site : fiche technique, synopsis du film etc.</a> <em>L'Oiseau d'argile</em> http://librepensee62.free.fr/spip.php?article361 <h2>L'histoire du film</h2> <p class="spip">Dans le contexte de tensions politiques de la fin des années 60, Anou, un garçon timide de l'Est du Pakistan (l'actuel Bangladesh), est envoyé par son père, musulman orthodoxe, dans une madrasa. Eloigné de sa famille et des festivités hindoues de sa région, Anou lutte pour s'adapter à la rudesse de sa nouvelle vie. Au village, un abîme d'incompréhension se creuse entre ses parents, à l'image de l'opposition grandissante entre les forces modérées et les extrémistes à l'intérieur de la madrasa. Le bouleversement politique saisit le pays, aboutissant à la guerre civile...</p> <h2>Réservation à prix préférentiel</h2> <p class="spip">La Libre Pensée de Calais animera un débat à la suite du film sur le thème <strong class="spip">"islam et laïcité : quelles perspectives ?"</strong> avec la participation de Jocelyn Bézecourt, militant rationaliste, animateur du site <a href="http://www.atheisme.org" class="spip_out" title="A bas la calotte, la kippa, le voile et toute autre forme d'obscurantisme !">atheisme.org</a> et rédacteur du journal <a href="http://www.ripostelaique.com" class="spip_out" title="Un journal laïque, un vrai !">Riposte laïque</a>.</p> <h3 class="spip"><div class="spip" style="text-align:center;">Pour bénéficier du tarif préférentiel à 4,50€ et réserver votre place, appelez la Libre Pensée au 03 21 35 58 50.</div></h3> <h2>Le parcours de Tareque et Catherine Masud</h2> <p class="spip">Source : <a href="http://www.abeilleinfo.com/dossiers/dossier.php?nomdossier=oiseau_arg&rg=5&tit_dos=L'oiseau%20d'Argile" class="spip_out" title="Site abeilleinfo.com">Abeilleinfo.com</a></p> <p class="spip">Tareque Masud est actuellement l'un des représentants les plus actifs de la jeune génération de cinéma au Bangladesh. Avec Catherine Masud, jeune américaine vivant à Dacca, qui est devenue sa femme, il dirige une société de production, Audiovision, et a réalisé plusieurs documentaires et courts métrages. Il a fondé le Short Film Forum, un forum pour jeunes réalisateurs au Bangladesh, et en 1988 il a coordonné le premier Festival International du Court Métrage à Dacca.</p> <p class="spip"><i class="spip">L'OISEAU D'ARGILE</i>, premier long métrage de Tareque, s'inspire largement de son enfance. Né en 1957 au Bengale, dans une famille plutôt modeste de la petite bourgeoisie, son père était professeur d'anglais et musicien avant de devenir musulman orthodoxe. Sa mère avait quatorze ans quand elle l'a épousé. Très jeune, Tareque est envoyé par son père dans une madrasa juste au moment où la classe moyenne citadine est en pleine effervescence politique. A la même époque, sa sœur aînée décède à la suite d'une maladie non soignée et sa mère ne pourra jamais oublier ni pardonner à son père d'avoir interdit le recours à la médecine. La guerre civile éclate et elle opère comme une force libératrice sur Tareque et sa mère. Son père également sortira transformé par les neuf mois de combats, sa foi ébranlée en voyant ce dont ses coreligionnaires ont été capables, les atrocités et le génocide perpétrés au nom de l'Islam.</p> <p class="spip">Tareque ne retournera plus à la madrasa. Il intègre une école classique où il se sentira pendant longtemps "extérieur". Il poursuit ensuite des études d'histoire à l'université, il s'intéresse au cinéma et fera partie de la génération qui ne veut pas se contenter de voir des films (le public bengali est très cinéphile) mais aussi les réaliser. Face à un gouvernement qui menace toujours la censure et un système de diffusion presque inexistant, les cinéastes se voient obligés de trouver d'autres moyens de survie et de s'impliquer complètement dans la distribution : louer la salle, l'écran, le système audio, publier des annonces dans les journaux, écrire soi-même sur les films, faire imprimer les billets et les affiches… C'est ainsi que Tareque et Catherine commencent : ils achètent d'abord leur matériel (projecteurs, écrans) et tournent ensuite dans le pays pour montrer leurs films en plein air.</p> <p class="spip">Aujourd'hui, grâce à la technologie numérique, plus égalitaire et accessible, les choses sont devenues plus faciles, le montage et le mixage sont possibles sur ordinateur. Cela a permis à Tareque et Catherine de tourner en son direct pour la première fois dans un film bengali et d'inaugurer le montage son numérique au Bangladesh. Leur expérience et leur savoir-faire font évoluer tout le système sur place. L'arrivée de techniciens de l'étranger et la formation de techniciens locaux directement sur les tournages (l'équipe de la photographie sur L'OISEAU D'ARGILE, par exemple, était composée d'un Français, d'un Bengali et d'un Indien) permettent une professionnalisation des différents métiers de cinéma. Ces techniciens peuvent maintenant associer leur savoir-faire aux nouvelles technologies.</p> <h2>Fiche technique</h2> <p class="spip">Titre : L'oiseau d'argile<br> Titre Version Original : Matir Moina<br> Réalisateur : Tareque Masud<br> Scénario : Tareque Masud, Catherine Masud<br> Photographie : Sudheer Palsane<br> Avec : Nurul Islam Bablu , Russell Farazi , Jayanto Chattopadhyay , Rokeya Prachy<br> Musique : Moushumi Bhowmik<br> Festival : Quinzaine des réalisateurs<br> Production : MK2 Productions<br> Distribution : MK2 Diffusion<br> Sortie le : 17 mai 2002<br> Durée : 1h 34 mn<br> Pays : Bangladesh<br> Année : 2002<br></p> Thu, 06 Mar 2008 00:06:20 +0100 Webmestre Libre Pensée 62 <h2>L'histoire du film</h2> <p class="spip">Dans le contexte de tensions politiques de la fin des années 60, Anou, un garçon timide de l'Est du Pakistan (l'actuel Bangladesh), est envoyé par son père, musulman orthodoxe, dans une madrasa. Eloigné de sa famille et des festivités hindoues de sa région, Anou lutte pour s'adapter à la rudesse de sa nouvelle vie. Au village, un abîme d'incompréhension se creuse entre ses parents, à l'image de l'opposition grandissante entre les forces modérées et les extrémistes à l'intérieur de la madrasa. Le bouleversement politique saisit le pays, aboutissant à la guerre civile...</p> <h2>Réservation à prix préférentiel</h2> <p class="spip">La Libre Pensée de Calais animera un débat à la suite du film sur le thème <strong class="spip">"islam et laïcité : quelles perspectives ?"</strong> avec la participation de Jocelyn Bézecourt, militant rationaliste, animateur du site <a href="http://www.atheisme.org" class="spip_out" title="A bas la calotte, la kippa, le voile et toute autre forme d'obscurantisme !">atheisme.org</a> et rédacteur du journal <a href="http://www.ripostelaique.com" class="spip_out" title="Un journal laïque, un vrai !">Riposte laïque</a>.</p> <h3 class="spip"><div class="spip" style="text-align:center;">Pour bénéficier du tarif préférentiel à 4,50€ et réserver votre place, appelez la Libre Pensée au 03 21 35 58 50.</div></h3> <h2>Le parcours de Tareque et Catherine Masud</h2> <p class="spip">Source : <a href="http://www.abeilleinfo.com/dossiers/dossier.php?nomdossier=oiseau_arg&rg=5&tit_dos=L'oiseau%20d'Argile" class="spip_out" title="Site abeilleinfo.com">Abeilleinfo.com</a></p> <p class="spip">Tareque Masud est actuellement l'un des représentants les plus actifs de la jeune génération de cinéma au Bangladesh. Avec Catherine Masud, jeune américaine vivant à Dacca, qui est devenue sa femme, il dirige une société de production, Audiovision, et a réalisé plusieurs documentaires et courts métrages. Il a fondé le Short Film Forum, un forum pour jeunes réalisateurs au Bangladesh, et en 1988 il a coordonné le premier Festival International du Court Métrage à Dacca.</p> <p class="spip"><i class="spip">L'OISEAU D'ARGILE</i>, premier long métrage de Tareque, s'inspire largement de son enfance. Né en 1957 au Bengale, dans une famille plutôt modeste de la petite bourgeoisie, son père était professeur d'anglais et musicien avant de devenir musulman orthodoxe. Sa mère avait quatorze ans quand elle l'a épousé. Très jeune, Tareque est envoyé par son père dans une madrasa juste au moment où la classe moyenne citadine est en pleine effervescence politique. A la même époque, sa sœur aînée décède à la suite d'une maladie non soignée et sa mère ne pourra jamais oublier ni pardonner à son père d'avoir interdit le recours à la médecine. La guerre civile éclate et elle opère comme une force libératrice sur Tareque et sa mère. Son père également sortira transformé par les neuf mois de combats, sa foi ébranlée en voyant ce dont ses coreligionnaires ont été capables, les atrocités et le génocide perpétrés au nom de l'Islam.</p> <p class="spip">Tareque ne retournera plus à la madrasa. Il intègre une école classique où il se sentira pendant longtemps "extérieur". Il poursuit ensuite des études d'histoire à l'université, il s'intéresse au cinéma et fera partie de la génération qui ne veut pas se contenter de voir des films (le public bengali est très cinéphile) mais aussi les réaliser. Face à un gouvernement qui menace toujours la censure et un système de diffusion presque inexistant, les cinéastes se voient obligés de trouver d'autres moyens de survie et de s'impliquer complètement dans la distribution : louer la salle, l'écran, le système audio, publier des annonces dans les journaux, écrire soi-même sur les films, faire imprimer les billets et les affiches… C'est ainsi que Tareque et Catherine commencent : ils achètent d'abord leur matériel (projecteurs, écrans) et tournent ensuite dans le pays pour montrer leurs films en plein air.</p> <p class="spip">Aujourd'hui, grâce à la technologie numérique, plus égalitaire et accessible, les choses sont devenues plus faciles, le montage et le mixage sont possibles sur ordinateur. Cela a permis à Tareque et Catherine de tourner en son direct pour la première fois dans un film bengali et d'inaugurer le montage son numérique au Bangladesh. Leur expérience et leur savoir-faire font évoluer tout le système sur place. L'arrivée de techniciens de l'étranger et la formation de techniciens locaux directement sur les tournages (l'équipe de la photographie sur L'OISEAU D'ARGILE, par exemple, était composée d'un Français, d'un Bengali et d'un Indien) permettent une professionnalisation des différents métiers de cinéma. Ces techniciens peuvent maintenant associer leur savoir-faire aux nouvelles technologies.</p> <h2>Fiche technique</h2> <p class="spip">Titre : L'oiseau d'argile<br> Titre Version Original : Matir Moina<br> Réalisateur : Tareque Masud<br> Scénario : Tareque Masud, Catherine Masud<br> Photographie : Sudheer Palsane<br> Avec : Nurul Islam Bablu , Russell Farazi , Jayanto Chattopadhyay , Rokeya Prachy<br> Musique : Moushumi Bhowmik<br> Festival : Quinzaine des réalisateurs<br> Production : MK2 Productions<br> Distribution : MK2 Diffusion<br> Sortie le : 17 mai 2002<br> Durée : 1h 34 mn<br> Pays : Bangladesh<br> Année : 2002<br></p> Lille : La laïcité et le discours du Latran http://librepensee62.free.fr/spip.php?article360 <p class="spip">à l'initiative de "Pour la République Sociale 59/62,</p> <h2> mercredi 13 février 2008<br> conférence de Jean-Luc Mélenchon<br> sur le thème "la Laïcité et le discours du Latran" <br> 18 heures<br> Sciences-Po, 84 rue de Trévise à Lille<br> Métro Porte de Valenciennes</h2> Wed, 13 Feb 2008 15:53:00 +0100 Webmestre Libre Pensée 62 <p class="spip">à l'initiative de "Pour la République Sociale 59/62,</p> <h2> mercredi 13 février 2008<br> conférence de Jean-Luc Mélenchon<br> sur le thème "la Laïcité et le discours du Latran" <br> 18 heures<br> Sciences-Po, 84 rue de Trévise à Lille<br> Métro Porte de Valenciennes</h2> La religion du silence fissurée par les plaintes des élèves http://librepensee62.free.fr/spip.php?article359 <p class="spip">Le scandale est venu de Valéry Malherbe, 40 ans. A Saint-Erembert, cet homme au physique avenant exerçait comme prof de gym. Toute la semaine, il a répondu de viol et agressions sexuelles sur mineurs devant la cour d'assises des Yvelines. Quatre élèves, âgés de 11 à 17 ans, ont porté plainte. D'autres ont raconté des caresses. Malherbe n'a reconnu que deux relations consenties avec deux élèves. La plupart des victimes sont désormais adultes. Ils décrivent cliniquement ce qu'ils ont subi. L'un évoque le <i class="spip">« saccage »</i> de sa vie familiale, un autre sa difficulté d'avoir des relations amoureuses, un troisième <i class="spip">« s'interdit de réussir »</i> comme le remarque sa mère. Malherbe était un sportif accompli aimé par ses élèves. Adoré parfois. Un <i class="spip">« mentor »</i>, dit l'un. Un <i class="spip">« demi-dieu »</i>, pour un autre.</p> <p class="spip"><i class="spip"> <strong class="spip">« Parrain »</strong> </i>. Dieu n'est pas loin dans cette histoire. Un père de famille voit Malherbe comme <i class="spip">« un aumônier bis »</i>. Un ancien séminariste note que <i class="spip">« les parents lui étaient reconnaissants parce que grâce à lui, la messe plaisait aux jeunes »</i>. Il accompagnait les élèves dans leur formation religieuse. <i class="spip">« Je croyais en lui, c'était un père spirituel »</i>, dit un élève. Il confiait des responsabilités aux adolescents dans le cadre des associations qu'il dirigeait. Un collégien précise :<i class="spip">« Tout le monde cherchait son approbation »</i>. On avait peur de lui déplaire. Valéry Malherbe était le <i class="spip">« parrain »</i> de confirmation de Pierrick. Il lui avait offert une croix, comme à tous ses <i class="spip">« filleuls »</i>. Après avoir abusé de lui, Malherbe s'était excusé. L'enfant lui avait répondu : <i class="spip">« C'est aussi de ma faute, je lui ai dit que je voulais qu'il soit [toujours, ndlr] mon parrain de confirmation »</i>. L'évangile selon Malherbe voulait que les garçons n'aient pas de relations sexuelles avant le mariage. Son antienne : <i class="spip">« Pur, mûr, sûr »</i>. La religion planait, même à propos des viols : <i class="spip">« Alan ne fait que recevoir, il donne pas »</i>, a un jour lancé Malherbe aux élèves en évoquant de façon ambiguë une de ses victimes. Pire, <i class="spip">« quand il justifiait ses actes, Malherbe parlait d'amour fraternel »</i>, confie un adolescent. Certains y ont cru.</p> <p class="spip">A Saint-Erembert, la foi altère l'esprit critique. Le collège est cet endroit où <i class="spip">« tout ce qui se fait sous couvert d'action religieuse passe beaucoup mieux »</i>, dit Fabien, ami d'une victime. Franck, que Malherbe a caressé lors d'une séance de cinéma, dira en pleurant à une amie qu'il a fourni là son <i class="spip">« effort de carême »</i>.</p> <p class="spip"><strong class="spip"> <i class="spip">Gravité.</i> </strong> L'ambiance du collège a attisé le silence. C'est<i class="spip">« un cocon »</i>, dit à la barre une fille. <i class="spip">« Un milieu très fort en préjugés, en conventions »</i>, selon Fabien, qui s'est dépeint enfermé dans un groupe d'élèves où règne <i class="spip">« un fort discours misogyne »</i>. Un groupe qui ressemblait à une <i class="spip">« secte »</i>. Des élèves mesuraient mal la gravité des faits, et ont tenté d'organiser une <i class="spip">« réconciliation »</i> entre Malherbe et une de ses victimes. L'un d'eux écrit ceci à son professeur : <i class="spip">« La faute que tu as commise n'est qu'une faiblesse. Je t'aime comme un frère indispensable à ma vie. »</i></p> <p class="spip">Le prof continue ses méfaits, malgré des <i class="spip">« rumeurs »</i> sur son comportement. Les enfants ont du mal à parler, n'osent rien dire à leurs parents. Pierrick, interrogé sur son silence : <i class="spip">« C'est à cause de la honte. Je n'avais pas envie qu'ils puissent imaginer, qu'ils voient leur fils subir »</i>. Puis : <i class="spip">« Je n'ai pas eu le soutien que je voulais à l'époque ».</i> Et les adultes ? Une mère dit qu'elle avait tellement l'habitude que Malherbe se comporte en gamin qu'elle avait oublié qu'il était adulte, et dorme au milieu des enfants. Sabrina, une élève, a recueilli les confidences d'une des victimes : <i class="spip">« Le prof avait tellement d'aura auprès d'eux, on n'aurait jamais cru les enfants »</i>. Augustin, caressé par Malherbe, ne s'y est même pas essayé : <i class="spip">« Je connaissais Saint-Erembert. Je savais que ma parole allait être mise en doute et que ça allait être enterré »</i>.</p> <p class="spip">Quand elles parlent, les victimes et leurs proches le paient cash. En 1999, Véronique, kinésithérapeute, a effectué un signalement sur des gestes déplacés de Malherbe pendant un séjour en Afrique. Sa mère, responsable de l'aumônerie, n'est plus invitée aux mariages où Malherbe <i class="spip">« chantait »</i>. <i class="spip">« Des amis communs nous ont lâchés »</i>, dit-elle. Me Emmanuel Daoud, avocat d'une partie civile, parle même de <i class="spip">« mise au ban »</i>.</p> <p class="spip"><strong class="spip"> <i class="spip">Pétition.</i> </strong> Pour certains, des portes se sont fermées. Les parents qui doutent de Malherbe rencontrent une résistance. En 2002, une mère s'étonne que son fils dorme sur un matelas avec le prof. Elle en fait part à un autre enseignant qui lui conseille de ne pas <i class="spip">« faire de telles histoires ».</i> A Saint-Germain, la sœur d'une victime participe à un groupe où l'on propose de prier pour <i class="spip">« l'innocentation[sic] »</i> de Valéry Malherbe. Elle dit qu'on peut penser autre chose et se fait <i class="spip">« rabrouer »</i>. Son frère reçoit une lettre d'injures. Un autre se fait virer d'une soirée à laquelle il était invité. Au moment de l'incarcération du prof, une mère reçoit des coups de fil de parents qui s'inquiètent des <i class="spip">« conséquences de son témoignage »</i>. Ils lui demandent pourquoi elle <i class="spip">« invente »</i> des choses pareilles. <i class="spip">« Les passions se sont un peu déchaînées dans l'établissement »</i> commente une mère d'élève. Me Edith Valley, partie civile, parle d'unepétition qui a circulé pour défendre le prof incarcéré. Des poèmes et des dessins ont été envoyés par les enfants à la prison. Des parents ont demandé la démission d'un oratorien intervenu pour limoger le directeur, coupable d'avoir laissé faire. Vendredi soir, Valéry Malherbe a été condamné à huit ans d'emprisonement.</p> <h2> Commentaires de la Libre Pensée Pas-de-Calais</h2> <p class="spip">Les habitudes ont la vie dure au sein de certains établissements religieux : dogmatisme, solidarité malsaine, perversions sociales et refus d'affronter ses propres responsabilités. C'est sans doute ce que les défenseurs de l'enseignement catholique appellent le "caractère propre" de leur enseignement. Cela ressemble pourtant plutôt à des traitements dégradants et justement condamnés par les lois de la République.</p> <p class="spip">Non, l'école confessionnelle n'est pas l'école de la République, quoi qu'en dise Monsieur de Robien, ancien ministre de l'Education Nationale. La manipulation mentale, les procèdés sectaires et autres actes inhumains seront toujours vigoureusement combattus par les défenseurs de la laïcité scolaire.</p> <p class="spip">Et si le financement public de ces écoles était conditionné au respect de droits fondamentaux de l'enfant ? Au lieu de cela, il se déverse sans fin, donnant l'impression que la République cautionne ces abus et dérives sectaires et ignobles.</p> Sat, 24 Nov 2007 16:00:02 +0100 Webmestre Libre Pensée 62 <p class="spip">Le scandale est venu de Valéry Malherbe, 40 ans. A Saint-Erembert, cet homme au physique avenant exerçait comme prof de gym. Toute la semaine, il a répondu de viol et agressions sexuelles sur mineurs devant la cour d'assises des Yvelines. Quatre élèves, âgés de 11 à 17 ans, ont porté plainte. D'autres ont raconté des caresses. Malherbe n'a reconnu que deux relations consenties avec deux élèves. La plupart des victimes sont désormais adultes. Ils décrivent cliniquement ce qu'ils ont subi. L'un évoque le <i class="spip">« saccage »</i> de sa vie familiale, un autre sa difficulté d'avoir des relations amoureuses, un troisième <i class="spip">« s'interdit de réussir »</i> comme le remarque sa mère. Malherbe était un sportif accompli aimé par ses élèves. Adoré parfois. Un <i class="spip">« mentor »</i>, dit l'un. Un <i class="spip">« demi-dieu »</i>, pour un autre.</p> <p class="spip"><i class="spip"> <strong class="spip">« Parrain »</strong> </i>. Dieu n'est pas loin dans cette histoire. Un père de famille voit Malherbe comme <i class="spip">« un aumônier bis »</i>. Un ancien séminariste note que <i class="spip">« les parents lui étaient reconnaissants parce que grâce à lui, la messe plaisait aux jeunes »</i>. Il accompagnait les élèves dans leur formation religieuse. <i class="spip">« Je croyais en lui, c'était un père spirituel »</i>, dit un élève. Il confiait des responsabilités aux adolescents dans le cadre des associations qu'il dirigeait. Un collégien précise :<i class="spip">« Tout le monde cherchait son approbation »</i>. On avait peur de lui déplaire. Valéry Malherbe était le <i class="spip">« parrain »</i> de confirmation de Pierrick. Il lui avait offert une croix, comme à tous ses <i class="spip">« filleuls »</i>. Après avoir abusé de lui, Malherbe s'était excusé. L'enfant lui avait répondu : <i class="spip">« C'est aussi de ma faute, je lui ai dit que je voulais qu'il soit [toujours, ndlr] mon parrain de confirmation »</i>. L'évangile selon Malherbe voulait que les garçons n'aient pas de relations sexuelles avant le mariage. Son antienne : <i class="spip">« Pur, mûr, sûr »</i>. La religion planait, même à propos des viols : <i class="spip">« Alan ne fait que recevoir, il donne pas »</i>, a un jour lancé Malherbe aux élèves en évoquant de façon ambiguë une de ses victimes. Pire, <i class="spip">« quand il justifiait ses actes, Malherbe parlait d'amour fraternel »</i>, confie un adolescent. Certains y ont cru.</p> <p class="spip">A Saint-Erembert, la foi altère l'esprit critique. Le collège est cet endroit où <i class="spip">« tout ce qui se fait sous couvert d'action religieuse passe beaucoup mieux »</i>, dit Fabien, ami d'une victime. Franck, que Malherbe a caressé lors d'une séance de cinéma, dira en pleurant à une amie qu'il a fourni là son <i class="spip">« effort de carême »</i>.</p> <p class="spip"><strong class="spip"> <i class="spip">Gravité.</i> </strong> L'ambiance du collège a attisé le silence. C'est<i class="spip">« un cocon »</i>, dit à la barre une fille. <i class="spip">« Un milieu très fort en préjugés, en conventions »</i>, selon Fabien, qui s'est dépeint enfermé dans un groupe d'élèves où règne <i class="spip">« un fort discours misogyne »</i>. Un groupe qui ressemblait à une <i class="spip">« secte »</i>. Des élèves mesuraient mal la gravité des faits, et ont tenté d'organiser une <i class="spip">« réconciliation »</i> entre Malherbe et une de ses victimes. L'un d'eux écrit ceci à son professeur : <i class="spip">« La faute que tu as commise n'est qu'une faiblesse. Je t'aime comme un frère indispensable à ma vie. »</i></p> <p class="spip">Le prof continue ses méfaits, malgré des <i class="spip">« rumeurs »</i> sur son comportement. Les enfants ont du mal à parler, n'osent rien dire à leurs parents. Pierrick, interrogé sur son silence : <i class="spip">« C'est à cause de la honte. Je n'avais pas envie qu'ils puissent imaginer, qu'ils voient leur fils subir »</i>. Puis : <i class="spip">« Je n'ai pas eu le soutien que je voulais à l'époque ».</i> Et les adultes ? Une mère dit qu'elle avait tellement l'habitude que Malherbe se comporte en gamin qu'elle avait oublié qu'il était adulte, et dorme au milieu des enfants. Sabrina, une élève, a recueilli les confidences d'une des victimes : <i class="spip">« Le prof avait tellement d'aura auprès d'eux, on n'aurait jamais cru les enfants »</i>. Augustin, caressé par Malherbe, ne s'y est même pas essayé : <i class="spip">« Je connaissais Saint-Erembert. Je savais que ma parole allait être mise en doute et que ça allait être enterré »</i>.</p> <p class="spip">Quand elles parlent, les victimes et leurs proches le paient cash. En 1999, Véronique, kinésithérapeute, a effectué un signalement sur des gestes déplacés de Malherbe pendant un séjour en Afrique. Sa mère, responsable de l'aumônerie, n'est plus invitée aux mariages où Malherbe <i class="spip">« chantait »</i>. <i class="spip">« Des amis communs nous ont lâchés »</i>, dit-elle. Me Emmanuel Daoud, avocat d'une partie civile, parle même de <i class="spip">« mise au ban »</i>.</p> <p class="spip"><strong class="spip"> <i class="spip">Pétition.</i> </strong> Pour certains, des portes se sont fermées. Les parents qui doutent de Malherbe rencontrent une résistance. En 2002, une mère s'étonne que son fils dorme sur un matelas avec le prof. Elle en fait part à un autre enseignant qui lui conseille de ne pas <i class="spip">« faire de telles histoires ».</i> A Saint-Germain, la sœur d'une victime participe à un groupe où l'on propose de prier pour <i class="spip">« l'innocentation[sic] »</i> de Valéry Malherbe. Elle dit qu'on peut penser autre chose et se fait <i class="spip">« rabrouer »</i>. Son frère reçoit une lettre d'injures. Un autre se fait virer d'une soirée à laquelle il était invité. Au moment de l'incarcération du prof, une mère reçoit des coups de fil de parents qui s'inquiètent des <i class="spip">« conséquences de son témoignage »</i>. Ils lui demandent pourquoi elle <i class="spip">« invente »</i> des choses pareilles. <i class="spip">« Les passions se sont un peu déchaînées dans l'établissement »</i> commente une mère d'élève. Me Edith Valley, partie civile, parle d'unepétition qui a circulé pour défendre le prof incarcéré. Des poèmes et des dessins ont été envoyés par les enfants à la prison. Des parents ont demandé la démission d'un oratorien intervenu pour limoger le directeur, coupable d'avoir laissé faire. Vendredi soir, Valéry Malherbe a été condamné à huit ans d'emprisonement.</p> <h2> Commentaires de la Libre Pensée Pas-de-Calais</h2> <p class="spip">Les habitudes ont la vie dure au sein de certains établissements religieux : dogmatisme, solidarité malsaine, perversions sociales et refus d'affronter ses propres responsabilités. C'est sans doute ce que les défenseurs de l'enseignement catholique appellent le "caractère propre" de leur enseignement. Cela ressemble pourtant plutôt à des traitements dégradants et justement condamnés par les lois de la République.</p> <p class="spip">Non, l'école confessionnelle n'est pas l'école de la République, quoi qu'en dise Monsieur de Robien, ancien ministre de l'Education Nationale. La manipulation mentale, les procèdés sectaires et autres actes inhumains seront toujours vigoureusement combattus par les défenseurs de la laïcité scolaire.</p> <p class="spip">Et si le financement public de ces écoles était conditionné au respect de droits fondamentaux de l'enfant ? Au lieu de cela, il se déverse sans fin, donnant l'impression que la République cautionne ces abus et dérives sectaires et ignobles.</p> 4. Lettre au Maire de Calais sur des revendications laïques http://librepensee62.free.fr/spip.php?article358 <p class="spip">Comité du Calaisis pour la défense de la Laïcité de l'Ecole et des Services Publics 53 rue Condorcet 62100 Calais 03 21 34 53 42 http://www.librepensee62.org</p> <p class="spip">Objet : Propositions en faveur de la laïcité<br> Réf : Contact Monsieur Mascret</p> <p class="spip">Calais, le jeudi 23 août 2007</p> <p class="spip">Monsieur le Député-Maire,</p> <p class="spip">Suite aux rencontres avec Monsieur Mascret, Maire-Adjoint à la famille et la petite enfance nous souhaitons, dans un premier temps, vous informer <u>de pratiques portant atteinte à la laïcité au sein d'une structure municipale d'accueil de la petite enfance</u> : la crèche « Les Canailloux » rue Chantilly.</p> <p class="spip">En effet, en juin dernier, un questionnaire demandait aux parents des enfants les plus âgés, dans quelle école ils les inscriraient en septembre. Quelques jours plus tard, dans chacun des trois services (Pirouette, Ribambelle et l'Ile au trésor), <strong class="spip">une demi-journée de découverte était organisée dans l'école privée catholique Sainte-Agnès</strong>. L'ensemble des parents de la structure en ont été informés par une grande affiche dans le hall d'accueil, faisant ainsi une publicité manifeste pour un établissement confessionnel. A cette occasion, des auxiliaires de puériculture ont dû quitter leur service habituel pour accompagner les quelques enfants concernés. Dans un des services, deux d'entre elles ont accompagné quatre enfants, de sorte que les nombreux enfants accueillis comme d'habitude ont été momentanément privés de l'encadrement attendu, optimal et réglementaire. Cette entorse au règlement avait pour unique raison de f<strong class="spip">avoriser une école confessionnelle en contradiction flagrante avec la laïcité institutionnelle inhérente aux établissements publics</strong>.</p> <p class="spip">Ceci faisait suite à d'autres manquements au respect de la laïcité. Des affiches ont été apposées dans le hall pour faire la promotion de fêtes et d'actions commerciales dans cette même école confessionnelle. Il avait d'ailleurs été demandé à la direction de les enlever. Lors des inscriptions, l'information sur l'existence d'une « passerelle » pour faciliter la transition entre la crèche et l'école est mise en avant : en réalité, cela existe uniquement avec l'école Sainte-Agnès, laissant croire à une longue tradition de collaboration.</p> <p class="spip">Dans un souci d'instaurer une laïcité constructive, <strong class="spip">il nous paraît éminemment souhaitable que ce type de partenariat soit mis en place exclusivement avec les écoles publiques.</strong> Par ailleurs, lors d'entretiens avec Monsieur Mascret puis Monsieur Roland, Maire-Adjoint à l'éducation, <u>nous avons présenté plusieurs projets favorisant le développement de l'école laïque à Calais </u> :</p> <ul class="spip"><li class="spip"> <strong class="spip">mise en place d'accueil, de garderie ou d'études surveillées </strong> le matin à partir de 7h30 environ et jusqu'à 18h30 environ dans les écoles maternelles et primaires de la ville. Cette mesure intéresse de nombreuses familles contraintes de scolariser leurs enfants dans le privé pour bénéficier de ce service. Dans le Calaisis, des communes proposent déjà ce service pour un tarif très attractif d'1€ par jour. Il est évident que ce service amènerait de nombreuses familles à inscrire de nouveau leurs enfants dans les écoles laïques ;</li></ul> <ul class="spip"><li class="spip"> <strong class="spip">création d'un lieu d'accueil,</strong> salle dédiée ou simple aménagement d'un espace couvert, <strong class="spip">pour les parents</strong> qui attendent la sortie de leurs enfants, midi et soir. Cet équipement peut être installé lors de la construction de nouvelles écoles, et, grâce à des aménagements relativement peu coûteux, dans les structures existantes. Cela contribuerait également à valoriser l'accueil au sein de l'école publique ;</li></ul> <ul class="spip"><li class="spip"> <strong class="spip">mise en place de cantines gratuites</strong> dans le but de faire venir ou revenir certaines familles dans l'enseignement public, comme cela existait aux débuts de l'école laïque .</li></ul> <p class="spip">Considérant la laïcité comme un principe général et fondamental présent à toutes les étapes de la vie, nous sommes attachés à son respect lors des obsèques. A cette fin, <strong class="spip">l'ouverture d'une salle municipale permettant d'assurer la tenue d'obsèques civiles</strong> nous semblerait un véritable progrès, nécessaire pour notre commune.</p> <p class="spip">Confiants dans l'intérêt que vous portez tant à nos inquiétudes qu'à nos propositions, nous sommes disposés à vous rencontrer pour en discuter afin de concrétiser ces projets à court, moyen et long termes. Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Maire, Monsieur le Député européen, nos salutations laïques les plus cordiales.</p> <p class="spip">Le Comité</p> Wed, 10 Oct 2007 22:06:16 +0200 Webmestre Libre Pensée 62 <p class="spip">Comité du Calaisis pour la défense de la Laïcité de l'Ecole et des Services Publics 53 rue Condorcet 62100 Calais 03 21 34 53 42 http://www.librepensee62.org</p> <p class="spip">Objet : Propositions en faveur de la laïcité<br> Réf : Contact Monsieur Mascret</p> <p class="spip">Calais, le jeudi 23 août 2007</p> <p class="spip">Monsieur le Député-Maire,</p> <p class="spip">Suite aux rencontres avec Monsieur Mascret, Maire-Adjoint à la famille et la petite enfance nous souhaitons, dans un premier temps, vous informer <u>de pratiques portant atteinte à la laïcité au sein d'une structure municipale d'accueil de la petite enfance</u> : la crèche « Les Canailloux » rue Chantilly.</p> <p class="spip">En effet, en juin dernier, un questionnaire demandait aux parents des enfants les plus âgés, dans quelle école ils les inscriraient en septembre. Quelques jours plus tard, dans chacun des trois services (Pirouette, Ribambelle et l'Ile au trésor), <strong class="spip">une demi-journée de découverte était organisée dans l'école privée catholique Sainte-Agnès</strong>. L'ensemble des parents de la structure en ont été informés par une grande affiche dans le hall d'accueil, faisant ainsi une publicité manifeste pour un établissement confessionnel. A cette occasion, des auxiliaires de puériculture ont dû quitter leur service habituel pour accompagner les quelques enfants concernés. Dans un des services, deux d'entre elles ont accompagné quatre enfants, de sorte que les nombreux enfants accueillis comme d'habitude ont été momentanément privés de l'encadrement attendu, optimal et réglementaire. Cette entorse au règlement avait pour unique raison de f<strong class="spip">avoriser une école confessionnelle en contradiction flagrante avec la laïcité institutionnelle inhérente aux établissements publics</strong>.</p> <p class="spip">Ceci faisait suite à d'autres manquements au respect de la laïcité. Des affiches ont été apposées dans le hall pour faire la promotion de fêtes et d'actions commerciales dans cette même école confessionnelle. Il avait d'ailleurs été demandé à la direction de les enlever. Lors des inscriptions, l'information sur l'existence d'une « passerelle » pour faciliter la transition entre la crèche et l'école est mise en avant : en réalité, cela existe uniquement avec l'école Sainte-Agnès, laissant croire à une longue tradition de collaboration.</p> <p class="spip">Dans un souci d'instaurer une laïcité constructive, <strong class="spip">il nous paraît éminemment souhaitable que ce type de partenariat soit mis en place exclusivement avec les écoles publiques.</strong> Par ailleurs, lors d'entretiens avec Monsieur Mascret puis Monsieur Roland, Maire-Adjoint à l'éducation, <u>nous avons présenté plusieurs projets favorisant le développement de l'école laïque à Calais </u> :</p> <ul class="spip"><li class="spip"> <strong class="spip">mise en place d'accueil, de garderie ou d'études surveillées </strong> le matin à partir de 7h30 environ et jusqu'à 18h30 environ dans les écoles maternelles et primaires de la ville. Cette mesure intéresse de nombreuses familles contraintes de scolariser leurs enfants dans le privé pour bénéficier de ce service. Dans le Calaisis, des communes proposent déjà ce service pour un tarif très attractif d'1€ par jour. Il est évident que ce service amènerait de nombreuses familles à inscrire de nouveau leurs enfants dans les écoles laïques ;</li></ul> <ul class="spip"><li class="spip"> <strong class="spip">création d'un lieu d'accueil,</strong> salle dédiée ou simple aménagement d'un espace couvert, <strong class="spip">pour les parents</strong> qui attendent la sortie de leurs enfants, midi et soir. Cet équipement peut être installé lors de la construction de nouvelles écoles, et, grâce à des aménagements relativement peu coûteux, dans les structures existantes. Cela contribuerait également à valoriser l'accueil au sein de l'école publique ;</li></ul> <ul class="spip"><li class="spip"> <strong class="spip">mise en place de cantines gratuites</strong> dans le but de faire venir ou revenir certaines familles dans l'enseignement public, comme cela existait aux débuts de l'école laïque .</li></ul> <p class="spip">Considérant la laïcité comme un principe général et fondamental présent à toutes les étapes de la vie, nous sommes attachés à son respect lors des obsèques. A cette fin, <strong class="spip">l'ouverture d'une salle municipale permettant d'assurer la tenue d'obsèques civiles</strong> nous semblerait un véritable progrès, nécessaire pour notre commune.</p> <p class="spip">Confiants dans l'intérêt que vous portez tant à nos inquiétudes qu'à nos propositions, nous sommes disposés à vous rencontrer pour en discuter afin de concrétiser ces projets à court, moyen et long termes. Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Maire, Monsieur le Député européen, nos salutations laïques les plus cordiales.</p> <p class="spip">Le Comité</p> Le rapport de Guy Lengagne sur les dangers du créationnisme en Europe pour l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. http://librepensee62.free.fr/spip.php?article357 <h2>Rapport de M. Guy Lengagne (révisé)</h2> <p class="spip">1. <a href="http://assembly.coe.int/MainF.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc06/FDOC11065.htm" class="spip_out">M. McIntosh et dix-huit de nos collègues ont signé une proposition de recommandation intitulée : « Les dangers du créationnisme dans l'éducation ».</a> C'est pour étudier le bien-fondé de cette recommandation que notre assemblée a décidé de confier à la commission de la culture le soin d'élaborer un rapport sur cette importante et difficile question.</p> <p class="spip">2. Le créationnisme étant d'abord une réaction à la théorie de l'évolution, il a paru important de bien définir celle-ci. De plus, le créationnisme le plus orthodoxe nie même le caractère scientifique de la théorie de l'évolution mais prétend de son coté être une science. On ne peut aborder sérieusement cette question sans utiliser un minimum de définitions précises.</p> <p class="spip">3. Ceci a donc m'a obligé à entrer, dans la première partie de mon travail, dans des considérations techniques qui pourront peut-être paraître quelque peu arides…Mais on ne peut pas sérieusement montrer que l'évolution est une véritable science et que le créationnisme, qui est du ressort de la religion, ne peut prétendre au statut de science et dès lors ne peut être enseigné comme tel, sans entrer un peu dans le domaine de la biologie.</p> <h2>L'évolution : une véritable théorie scientifique</h2> <p class="spip">4. Plusieurs théories se sont affrontées à propos des origines de l'Univers, de la Terre et des Espèces. A toutes époques, les Hommes se sont interrogés sur leurs origines et sur l'origine de la Terre. D'où venons-nous ? Les religions disent apporter aux Hommes des réponses et parmi elles, celle qui consiste à penser qu'à l'origine de tout, de l'Univers, de la Terre et des Hommes, il y a un être suprême, un Dieu. Cette croyance en un « Dieu Créateur » tout puissant constitue l'un des principaux fondements des trois principales religions monothéistes, Judaïsme, Christianisme, et Islam.</p> <p class="spip">5. En 1802, William Paley (1743-1805), Archidiacre anglais, établit l'idée de la théologie naturelle. Il écrit qu'un homme qui trouve une montre dans un champ ne peut nier l'existence d'une intelligence supérieure qui a conçu, fabriqué et perdu cet objet. Dieu n'est autre que l'horloger du monde, et l'homme découvre, dans les trésors de la nature, le résultat de son projet. En opposition à la théologie naturelle de William Paley et au récit biblique de la Genèse, diverses controverses vont naître au XIXe siècle.</p> <p class="spip">6. Le premier grand séisme va émerger des travaux de Jean Baptiste Lamarck (1744-1829), biologiste français. Au début du XIXe siècle, J.B. Lamarck présente sa théorie fondamentale du transformisme dans une œuvre intitulée <i class="spip">Philosophie Zoologique</i>. Un demi-siècle plus tard, le 29 novembre 1859, Charles Darwin (1809-1882) publie un ouvrage intitulé <i class="spip">L'origine des Espèces</i>, (Titre original : « On the origin of species by means of natural selection, or the preservation of favoured races in the struggle for life »). Dans cet ouvrage, Charles Darwin avance à son tour l'idée selon laquelle les espèces se transforment. Aujourd'hui, cet ouvrage est considéré comme fondateur de la théorie de l'évolution. Cette théorie, qui se pose en véritable rupture avec les connaissances et les appréhensions de l'époque, soutient que les êtres vivants voient leurs caractéristiques biologiques évoluer dans le temps et que s'opère une véritable sélection naturelle pour la survie des espèces. Par ses travaux et son ouvrage, Charles Darwin propose aux hommes de son époque une hypothèse nouvelle quant à l'évolution des espèces et des Hommes. Les travaux de Charles Darwin marquent la fin de [ l'] accord entre l'histoire naturelle et la tradition chrétienne, ainsi que la naissance de courants antiévolutionnistes [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb5" name="nh5" id="nh5" class="spip_note" title='[5] Jacques Arnoult, Dieu Versus Darwin, Albin Michel, février 2007 (...)' >5</a>].</p> <p class="spip">7. Dès lors, vont s'opposer deux camps : le camp de ceux qui sont convaincus que pour défendre la théologie chrétienne il faut s'opposer à Darwin, et le camp de ceux qui pensent qu'avec la théorie de la sélection naturelle l'humanité allait en finir une fois pour toutes avec les bases théoriques de « l'obscurantisme religieux ».</p> <p class="spip">8. Ainsi, le créationnisme est né en opposition à la théorie de l'évolution de Darwin. Il faut donc, car nous sommes ici dans le domaine de la Science, définir avec précision ce dont nous parlons : Qu'est-ce que l'Evolution ?</p> <h2>L'évolution</h2> <p class="spip">9. Rappelons que les gènes, d'où vient le mot « génétique », sont porteurs des informations relatives aux caractéristiques d'un être vivant, qu'il s'agisse d'une simple bactérie ou d'un être humain. Un gène est un « morceau » d'ADN (Acide Désoxyribonucléique). L'ADN est le support de l'information génétique de tout organisme vivant. On sait d'ailleurs que l'étude de l'ADN, en dehors de la recherche scientifique, est de plus en plus utilisée, par exemple pour prouver ou nier une filiation ou pour élucider certaines affaires criminelles. L'ADN est, on le verra, très largement utile dans la science de l'évolution.</p> <p class="spip">10. Les populations évoluent quand des individus porteurs de certains caractères (par exemple la grande taille) laissent une descendance plus nombreuse que les autres individus. Les caractères hérités des individus ayant une descendance abondante deviennent plus fréquents dans les générations suivantes :</p> <p class="spip">- L'évolution biologique est définie comme une modification au cours du temps des caractères génétiques au sein d'un groupe d'êtres vivants ou d'une population.</p> <p class="spip">- L'adaptation définit les caractères d'un organisme qui améliore ses capacités de survie et de reproduction en totale concordance avec son milieu naturel. Les adaptations sont des produits de la sélection naturelle.</p> <p class="spip">- La biodiversité résulte des séparations répétées d'une espèce en deux nouvelles espèces ou plus (ce que les spécialistes appellent la « spéciation »). Quand une espèce unique se sépare en deux, les deux espèces résultantes partagent de nombreux caractères puisqu'elles proviennent d'un ancêtre commun.</p> <p class="spip">11. L'évolution explique donc comment les organismes s'adaptent à leur environnement (par la sélection naturelle), comment la diversité de la vie est formée (par la spéciation) et pourquoi les organismes différents partagent des caractéristiques (par un ancêtre commun). Dans cet ordre d'idée, il est important de souligner qu'il est erroné d'affirmer que l'homme descend du singe ; l'homme et le singe sont étroitement apparentés, ils ont un ancêtre commun, mais il n'existe pas de descendance directe entre les deux.</p> <p class="spip">12. Les preuves scientifiques de l'évolution sont multiples. Les scientifiques ont montré que l'évolution est une réalité en raison :</p> <p class="spip">- de la validation apportée par les données paléontologiques,</p> <p class="spip">- de nombreux cas de partage entre les organismes de caractéristiques provenant d'un ancêtre commun,</p> <p class="spip">- de la réalité de la dérive des continents,</p> <p class="spip">- des observations directes de changements génétiques dans les populations.</p> <p class="spip">13. Notons que dans la longue chaîne de l'évolution, l'homme n'est en fait que l'un des maillons.</p> <p class="spip">14. Par ailleurs, les avancées et découvertes scientifiques en matière génétique ont permis de démontrer l'existence de mutations génétiques qui se produisent aléatoirement et qui ne sont pas orientées vers un but particulier. C'est la modification des gènes dans la descendance des êtres vivants qui définit l'évolution biologique. Chez les organismes qui connaissent une reproduction sexuée, la variabilité génétique augmente par le biais du crossing-over c'est-à-dire par l'assortiment indépendant des chromosomes et la fécondation. Ces différentes mutations génétiques ainsi que tout autre processus qui réarrangent l'information génétique, concourent à l'évolution des espèces et des populations, et tendent à renforcer la variabilité des individus et des espèces sur la planète. Les modifications génétiques provoquent des différences morphologiques, biochimiques et comportementales. La sélection naturelle et/ou la dérive génétique agissent sur ces différences entre individus ou espèces afin de produire des changements évolutifs.</p> <p class="spip">15. Outre la mise en évidence du processus d'évolution, les scientifiques ont pu mettre en exergue les conséquences de ce processus pour la vie sur terre. Trois caractéristiques principales définissent la vie sur terre : l'adaptation des organismes à leur environnement, la spéciation (séparation répétée d'une espèce en deux nouvelles espèces ou plus) qui contribue à la diversité de la vie sur terre, et l'existence d'ancêtres communs. L'évolution explique ces différentes caractéristiques de la vie sur terre.</p> <p class="spip">16. Les données paléontologiques, tel que l'inventaire des fossiles, fournissent une preuve de l'évolution des espèces et des individus au cours du temps. Les fossiles sont des vestiges préservés d'organismes autrefois vivants. Ils permettent aux biologistes de reconstruire l'histoire de la vie sur terre, et apportent, même si un certain nombre d'incertitudes demeurent, des éléments pertinents pour accréditer l'idée que les espèces ont évolué au cours du temps. La paléontologie confirme également l'existence de nouveaux groupes d'organismes à partir d'organismes existant précédemment.</p> <p class="spip">17. Le fait que des organismes partagent des caractéristiques communes est conforme aux schémas directifs des rapports évolutifs. L'une des propositions principales de l'évolution consiste à dire que les organismes devraient porter en eux-mêmes les preuves d'un passé évolutif. Et il en est bien ainsi. Les similitudes dans les modèles de développement s'expliquent par la descendance d'un ancêtre commun. Les protéines et l'ADN des organismes qui partagent un ancêtre commun sont plus proches que les protéines et l'ADN de ceux qui ne partagent pas d'ancêtre commun récent.</p> <p class="spip">18. Ensuite, la dérive des continents qui résulte de la fragmentation de la Pangée (supercontinent qui a rassemblé la quasi-totalité des terres émergées de la fin du Carbonifère au début du Jurassique), il y a au moins 200 millions d'années, permet également d'apporter des preuves de l'évolution. Les fossiles des organismes qui ont évolué au temps où les continents étaient reliés ont une distribution géographique plus large que les fossiles des organismes qui ont évolué plus récemment. La dérive des continents a eu pour effet de séparer des familles d'organismes vivants, entraînant ainsi le développement indépendant, autonome de leur descendance, concourant à l'apparition de nouvelles espèces et à l'extinction d'autres espèces.</p> <p class="spip">19. Enfin, les scientifiques ont pu observer, que ce soit en laboratoire ou dans la nature, des changements génétiques au cours du temps dans les populations ou les espèces étudiées. Ils ont par ailleurs pu eux-mêmes provoquer des modifications génétiques par croisement d'espèces, c'est ce que l'on appelle la sélection artificielle. Sélection naturelle et sélection artificielle permettent de témoigner de l'évolution.</p> <p class="spip">20. Nous pouvons citer, afin d'illustrer notre propos, quelques exemples mettant en évidence le déroulement de l'évolution :</p> <p class="spip">Les recherches en matière de lutte contre le sida ont apporté de nouveaux éléments témoignant de l'évolution. En effet, après avoir élaboré de nouveaux traitements apparus comme très prometteurs contre le VIH, les chercheurs ont constaté une évolution rapide de ce dernier en vue d'une adaptation constante à son environnement. Le VIH présente un taux de mutation particulièrement élevé, mais ce taux de mutation ne permet pas d'expliquer à lui seul le fait que ce virus évolue en augmentant considérablement sa capacité de résistance aux traitements cliniques. Souvent, un intervalle de 10 ans environ s'écoule entre le moment où un individu est atteint par le virus et le moment où se déclenchent les premiers symptômes du sida. Durant cette période on ne constate pas d'augmentation notable de la concentration du VIH dans le sang. Or, les scientifiques ont montré que le virus produisait, pendant cette même période, des millions de descendants viraux, ce qui implique que d'énormes quantités de virus sont détruites très rapidement après leur production. Le corps héberge donc de nombreuses souches de VIH différentes qui entrent en concurrence et luttent pour leur survie face aux différents traitements cliniques. D'une façon générale, les changements récents du virus du sida témoignent de la capacité de tout organisme à évoluer.</p> <p class="spip">21. La résistance de nombreux insectes aux nouveaux pesticides témoigne de la même manière de leur adaptation à un environnement nouveau dans lequel, seuls les plus résistants survivent. La résistance aux antibiotiques est également très révélatrice. Aujourd'hui de nombreuses espèces de bactéries sont résistantes à toutes sortes d'antibiotiques, parce que, par sélection naturelle, seules les quelques bactéries qui ont résisté se sont multipliées.</p> <p class="spip">22. Il est important de noter que, depuis Darwin, les moyens de vérification des hypothèses formulées se sont multipliés. De la forme des fossiles découverts à l'étude de leur ADN, le recoupement des informations permet d'aboutir à une très grande objectivité.</p> <p class="spip">23. Incontestablement, l'évolution est une véritable science.</p> <p class="spip">24. Comme le note Guillaume Lecointre, professeur de zoologie au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, la science est l'ensemble des opérations produisant de la connaissance objective. Une affirmation sur le monde ne peut être qualifiée d'objective que si elle a été vérifiée par un observateur indépendant. Cette vérification dépend de trois facteurs : le scepticisme, la rationalité et la logique, et enfin le matérialisme méthodologique. Ces différents piliers assurent l'objectivité d'un résultat scientifique.</p> <p class="spip">25. Les recherches scientifiques en matière d'évolution n'ont pas fait exception.</p> <p class="spip">26. A l'heure actuelle, les scientifiques de toutes nations et toutes religions s'accordent ainsi sur la réalité de l'évolution. Ils ne cherchent plus à savoir « si » l'évolution a bien eu lieu, mais « comment » elle a eu lieu. Des interrogations demeurent au sein du milieu scientifique quant à la compréhension de l'ensemble des processus qui concourent à l'évolution, et cela consiste notamment à déceler les mécanismes qui ont présidé à la structuration actuelle de la biodiversité [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb6" name="nh6" id="nh6" class="spip_note" title='[6] Hervé Le Guyader, Biologiste, Professeur à l&#39;Université Paris VI (...)' >6</a>]. Mais, faut-il le rappeler, aucune science n'est achevée et régulièrement de nouvelles découvertes permettent d'avancer pour comprendre le « comment » des choses.</p> <p class="spip">27. En outre, comme le souligne Hervé Le Guyader, la pensée évolutionniste imprègne désormais tous les domaines de la biologie, et, par la dimension historique du processus de l'évolution, elle touche également les sciences de la Terre et de l'univers. En effet, les avancées de la recherche en matière d'évolution ont conduit à élargir le socle de cette théorie, si bien qu'aujourd'hui, l'évolution des populations et parmi elles des hommes, n'est qu'un pan de l'évolution dans sa globalité. La poursuite des recherches en matière d'évolution apporte toujours plus de preuves en faveur de la véracité de la théorie de l'évolution.</p> <p class="spip">28. L'une des découvertes de l'étude de notre planète, de nombreuse fois confirmée, est la datation des grands évènements qui l'ont marquée :</p> <p class="spip">- Le système solaire, donc la terre, s'est formé il y a approximativement 4,6 milliards d'années ;</p> <p class="spip">- la vie est apparue sur Terre il y a au moins 2,5 milliards d'années (sous forme de bactéries unicellulaires) et, il y a 200 millions d'années environ, la Pangée a commencé à se fractionner pour former les continents que nous connaissons aujourd'hui ;</p> <p class="spip">- L'homo sapiens, c'est-à-dire l'homme est apparu lui, il y a 100 000 à 200 000 ans.</p> <p class="spip">On comprend ainsi pourquoi ces découvertes ont interpellé ceux qui donnent une interprétation stricte de la première partie de la Bible, c'est-à-dire la Genèse.</p> <h2> Le créationnisme</h2> <p class="spip">29. Ces différentes découvertes et avancées scientifiques en matière d'évolution ont en effet suscité de vives réactions d'opposition portées par divers mouvements dits « créationnistes », mot qui vient de « création » au sens biblique du terme.</p> <p class="spip">30. Les partisans du créationnisme, pour les plus intransigeants d'entre eux, affirment que le monde a été créé par Dieu en six jours et soutiennent que les théories transformistes ou évolutionnistes s'opposant à la Bible, selon laquelle Dieu aurait créé chaque espèce végétale ou animale de façon individuelle, ne peuvent être que mensongères. La science a tort disent-ils, puisque, au sens le plus strict qui soit, la Bible dit autre chose, ce qui rappelle, notons le en passant le procès d'un certain Galilée.</p> <p class="spip">31. Ce créationnisme strict se subdivise lui-même en deux branches. Une première branche rejette catégoriquement le discours scientifique, et une seconde branche, aussi appelée « créationnisme scientifique » ou « science de la création », considère que le conflit science contre religion n'est qu'illusion.</p> <p class="spip">32. Selon le « créationnisme scientifique », l'auteur de la création, tel que présenté dans la bible, est constamment présent et intervient dans les différents processus qui concourent à l'évolution. Au sein même du créationnisme scientifique, le débat sur l'âge de la terre oppose les Young-Earth Creationists (YEC) aux Old-Earth Creationists (OEC). Les premiers pratiquent une lecture littérale des onze premiers chapitres de la Genèse, les seconds admettent que la création a pu se dérouler sur une période longue et cherchent à concilier les données scientifiques avec le récit de la Genèse.</p> <p class="spip">33. Ensuite, aux cotés de ces différentes tendances qui se réunissent sous le couvert du créationnisme strict, l'on trouve un créationnisme dit progressif qui ne rejette pas totalement l'évolution mais qui défend l'idée que la création implique nécessairement des interventions divines successives.</p> <p class="spip">34. Des affrontements entre créationnistes et ceux qui défendaient les théories de Darwin ont eu lieu tout au long du XIXe et du XXe siècles, notamment aux Etats-Unis. En 1925, lors du premier procès dit « du singe », John Scopes, un enseignant de Dayton en Ohio, fut condamné pour avoir enseigné la théorie de l'évolution à ses élèves. Cependant, grâce aux découvertes et avancées scientifiques, en matière biologique notamment, la théorie de l'évolution va peu à peu s'imposer. En 1968, aux Etats-Unis, la Cour Suprême déclare anticonstitutionnelles les lois anti-évolutionnistes en vigueur dans plusieurs Etats.</p> <p class="spip">35. Le dernier quart du XXe siècle a été marqué par une résurgence non négligeable des thèses créationnistes. Face au revers subi contre les défenseurs de la théorie de l'évolution, les créationnistes ont cherché à s'adapter, si bien que, dans le récit actuel des « néocréationnistes », Dieu et la Bible sont, du moins en apparence, totalement absents. Il n'est en effet plus question de création divine. La mouvance néocréationniste, que représente notamment « lntelligent Design », défend l'hypothèse de l'intervention d'une intelligence dite supérieure. Se présentant comme scientifique, l'Intelligent Design revendique que ses thèses soient enseignées dans les cours de biologie, aux cotés de la théorie de l'évolution.</p> <p class="spip">36. Mais, en 2005, les créationnistes de l'Intelligent Design ont à leur tour subi un revers aux Etats-Unis. En effet, le juge John Jones, de Pennsylvanie, a déclaré que l'enseignement de l'Intelligent Design dans les écoles violait la séparation constitutionnelle entre l'Eglise et l'Etat.</p> <p class="spip">37. Malgré cela, Le créationnisme (ou néocréationnisme) est toujours fortement développé dans le milieu anglo-saxon, principalement aux Etats-Unis et en Australie. L'institut américain de recherche Pew a réalisé en juillet 2005 un sondage montrant que 64 % des Américains étaient favorables à l'enseignement de l'Intelligent Design en plus de la théorie de l'évolution, et 38 % des Américains seraient partisans d'un abandon total de l'enseignement de l'évolution dans les écoles publiques. Le président américain Georges W. Bush adhère au principe du double enseignement de l'Intelligent Design et de la théorie de l'évolution. A l'heure actuelle, 20 Etats américains sur 50, sont concernés par de potentiels aménagements des programmes scolaires en faveur de l'Intelligent Design.</p> <h2> Le créationnisme en Europe</h2> <p class="spip">38. Beaucoup pensent que ce phénomène ne touche que les Etats-Unis et que dès lors, même si on ne peut être insensible à ce qui se passe outre-atlantique, ce n'est pas le rôle du Conseil de l'Europe de se pencher sur cette question. En réalité il n'en est rien et, au contraire, il est urgent de prendre dès maintenant dans nos 47 pays les précautions qui s'imposent.</p> <p class="spip">39. Au côté d'un créationnisme d'obédience chrétienne, l'on trouve désormais un créationnisme d'obédience musulmane. En effet, avec la percée des mouvements islamistes au début des années 1980, les arguments créationnistes d'origine chrétienne sont devenus populaires parmi certains milieux musulmans.</p> <p class="spip">40. Aujourd'hui, des créationnistes de plusieurs confessions cherchent à imposer leurs idées en Europe. On a ainsi pu assister, depuis quelques années, à plusieurs manifestations émanant de ces différents mouvements sur le continent eurasiatique. Les établissements scolaires semblent par ailleurs en être la cible privilégiée. Le début de l'année 2007 a été marqué par une offensive menée par le créationniste turc, musulman, Harun Yahya qui a fait parvenir à de nombreux établissements scolaires français, belges, espagnols et suisses son dernier et très luxueux ouvrage intitulé L'Atlas de la Création, ouvrage qui prétend dénoncer « l'imposture » de la théorie de l'Evolution. En France, le ministère de l'Education nationale, après avoir pris l'avis de spécialistes, a immédiatement réagi en demandant expressément le retrait de cet ouvrage des centres de documentation des établissements scolaires touchés car aucune des qualités de rigueur exigées pour l'enseignement n'était présente dans ce livre.</p> <p class="spip">41. L'attaque des créationnistes se fait sur deux fronts : soit ils nient totalement la scientificité de l'évolution, soit ils tentent de placer l'incertitude au cœur du débat qui les oppose aux défenseurs de la théorie de l'évolution. Pour cela, ils s'appuient sur le fait que la science de l'évolution, comme toute science n'est pas « fermée », c'est à dire qu'elle remet en cause certains éléments ou en précise d'autres (sans que cela remette en question les fondements sur lesquels elle repose).</p> <p class="spip">42. Pour les créationnistes de toutes tendances, la part d'incertitude qui entoure malgré tout la réflexion scientifique relative à la création et à l'évolution est trop importante pour accorder un crédit suffisant à cette théorie. Faut-il leur rappeler qu'il en est ainsi de toute science ? Il n'est qu'à citer l'exemple de l'atome considéré comme insécable, puis partagé en noyau et électrons avant la découverte des quarks. Ces découvertes scientifiques n'ont pour autant jamais remis en cause les fondements de la théorie atomique ! Une théorie scientifique produit de nouvelles connaissances qu'elle s'efforce d'interpréter selon ses paradigmes dominants, ce qui oblige la théorie à évoluer pour prendre en compte toutes ces nouvelles données [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb7" name="nh7" id="nh7" class="spip_note" title='[7] Pascal Picq, Lucy et l&#39;Obscurantisme, Odile Jacob, avril 2007, p. (...)' >7</a>]. Seulement, réinterroger et faire évoluer une théorie ne signifie pas remettre en cause le principe fondateur de cette théorie. Il en est de même pour la théorie de l'évolution.</p> <p class="spip">43. Si les plus radicaux des créationnistes sont partisans d'un négationnisme brut en ce sens qu'ils nient complètement les avancées et les découvertes scientifiques attenantes à l'évolution des espèces, d'autres mouvements créationnistes se proclament scientifiques. Cette affirmation semble tout à fait contradictoire. Le créationnisme dit scientifique est en effet la volonté de fonder scientifiquement le récit des textes sacrés. Or, comme le souligne Guillaume Lecointre, comme la construction d'un mythe n'a rien à voir avec la construction d'une affirmation scientifique, les énoncés produits par l'un et l'autre n'ont que très peu de chance de se recouper. D'autres mouvements encore, promeuvent l'idée qu'il y a bien eu évolution mais que cette évolution est le fruit d'une volonté transcendante, d'un « dessein intelligent ».</p> <p class="spip">44. Face à ces affirmations et autres revendications de scientificité émanant de mouvements créationnistes divers, il est légitime de se demander : Comment les créationnistes prétendent-ils prouver scientifiquement ce qu'ils avancent ? La scientificité d'une affirmation dépend pour une grande part de la capacité à en vérifier l'objectivité par la reproduction d'expériences ou d'observations. Comme nous allons le montrer, le caractère scientifique des thèses alternatives présentées par les créationnistes peut sérieusement être mis en doute, voire totalement réfuté.</p> <p class="spip">45. Alors que les sciences de l'évolution ont considérablement évolué depuis Charles Darwin, les créationnistes eux, n'ont pas avancé dans leur triste registre d'arguties [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb8" name="nh8" id="nh8" class="spip_note" title='[8] Pascal Picq, op. cit., p. 98.' >8</a>]. L'évolution n'a pas cessé « d'évoluer ! » depuis sa théorisation par Charles Darwin. La Science est un ensemble de connaissances en perpétuelle construction et reconstruction. La démarche scientifique consiste à toujours réinterroger ses modèles qui restent vrais tant qu'ils n'ont pas été réfutés. L'argumentaire créationniste n'a lui jamais évolué, ne se fonde sur aucune démonstration scientifique. Ils présentent des faits sans théorie ou un argumentaire théorique sans faits venants approuver ou réfuter cet argumentaire. Le créationnisme apparaît plus dogmatique que scientifique.</p> <p class="spip">46. Guillaume Lecointre a montré qu'ils prenaient d'abord quelque liberté à l'égard des règles scientifiques élémentaires. Une première entorse s'opère vis-à-vis du scepticisme. Dans toute expérience créationniste, la foi imprime une idée préconçue du résultat attendu. La foi ne permet pas d'accepter objectivement le résultat d'une expérience scientifique si celui-ci ne correspond pas aux croyances auxquelles on s'attache. Il semble donc incompatible d'associer foi et science. La seconde entorse relevée est celle qui se rapporte au fait que même si les créationnistes semblent respecter la logique, celle-ci se fonde sur de fausses prémisses, voire sur une sélection tendancieuse des faits. Enfin de nombreuses entorses à la méthode et à l'expérimentation peuvent être relevées. Comme le souligne G. Lecointre, le créationnisme scientifique est par définition aux antipodes de la science en ce sens qu'il nie la nécessité du recours […] aux réalités matérielles […] pour établir des vérités. Or, rappelons-le, la détermination de connaissances ne peut être rendue possible sans démonstration scientifique, sans en avoir vérifié l'objectivité, la scientificité, par la reproduction d'expériences et/ou d'observations. Les créationnistes formulent un certain nombre d'affirmations scientifiquement non testables et donc non prouvables. Il est donc aisé de se rendre compte de l'imposture des créationnistes qui se proclament scientifiques. Imposture d'autant plus grande que, conscients de leur impossibilité à prouver scientifiquement ce que prône leur dogme, certains créationnistes vont même jusqu'à fabriquer des faits et des fausses preuves. Ainsi, au-delà des interprétations aberrantes que proposent certains créationnistes, il apparaît que d'autres n'hésitent pas à fabriquer des « pseudo »-preuves afin de tenter de démontrer la scientificité de leurs propos.</p> <p class="spip">47. Ainsi, le prédicateur turc Harun Yahya semble lui user conjointement de ces deux procédés. Dans ses nombreux ouvrages anti-darwinistes, Harun Yahya tente de démontrer l'absurdité et la non scientificité de la théorie de l'évolution qui n'est pour lui qu'une des plus grandes « supercheries de Satan ». Or, la démonstration pseudo-scientifique qu'il opère dans son ouvrage intitulé <i class="spip">L'Atlas de la Création,</i> ne peut en aucun cas être considérée comme scientifique. L'auteur tente en effet de prouver la non scientificité de la théorie de l'évolution en mettant en cause les preuves de l'évolution. Harun Yahya ne rend compte d'aucun questionnement préalable. De plus, ne faisant que comparer des photos de fossiles à des photos d'espèces actuelles, il n'apporte aucune preuve scientifique à ses propos. Mieux même, comme nous l'a fait remarquer à titre d'exemple Pascal Picq, on voit page 60 de l'ouvrage une superbe photo d'un fossile d'une perche avec en légende l'affirmation que cette perche n'a pas évolué depuis des millions d'années. Or ceci est faux, l'étude détaillée du fossile et des perches actuelles montre qu'au contraire elles ont beaucoup évolué. Hélas le livre d'Harun Yahya est rempli de contrevérités de ce type. L'ensemble de l'argumentaire contenu dans cet ouvrage, ne se fonde sur aucune démonstration scientifique. L'ouvrage d'Harun Yahya apparaît davantage comme un traité de théologie primitif que comme une réfutation scientifique de la théorie de l'évolution. On peut noter que ce dernier dit avoir le soutien de grands scientifiques. Encore faudrait-il qu'il s'agisse de spécialiste de la biologie de l'évolution !</p> <p class="spip">48. Des critiques similaires peuvent être formulées vis-à-vis du caractère « pseudo »-scientifique de l'Intelligent Design. Les défenseurs de l'Intelligent Design présentent la théorie darwinienne de l'évolution, non pas comme une théorie scientifique mais comme une idéologie ou une « philosophie naturelle ». Dès lors ils considèrent qu'elle ne peut être enseignée en tant que « science » dans les écoles ou alors il faut aussi,disent-ils, en parallèle, enseigner l'Intelligent Design. L'insertion dans les programmes scolaires des thèses de l'Intelligent Design présentées comme scientifiques du fait de l'occultation totale de la Bible et de Dieu, tend alors à être légitimée. Or, comme l'a montré G. Lecointre, l'Intelligent Design constitue une anti-science : on peut appeler anti-science toute entreprise de fraude scientifique caractérisée, d'imposture intellectuelle ou d'opération de communication brouillant la nature, les objectifs et le champ de légitimité de la science. Le mouvement de l'Intelligent Design relèverait de l'antiscience pour plusieurs raisons. Tout d'abord, la nature de la science est faussée. Ensuite, les objectifs de la science sont faussés. Les écrits des principaux ténors de ce mouvement démontrent que leurs motivations et leurs objectifs ne sont pas scientifiques mais religieux.</p> <p class="spip">49. L'intelligent Design annihile toute dynamique de recherche, il identifie des difficultés ou des incertitudes, inhérentes à toute science, et saute immédiatement à la conclusion que la seule façon de les résoudre est de recourir à une « cause intelligente » sans chercher d'autres explications. Aussi, vouloir l'enseigner dans les cours de science n'est pas admissible. Il ne suffit pas en effet de se présenter comme une thèse alternative pour faire son entrée dans les programmes scolaires scientifiques. Pour se prétendre Science, il faut ne recourir qu'à des causes naturelles dans ses explications, or l'Intelligent Design ne fait appel qu'à des causes surnaturelles.</p> <p class="spip">50. Par ailleurs, la non publication des travaux réalisés par les différents mouvements créationnistes n'est que la traduction de leur non acceptation par la communauté scientifique. Harun Yahya possède, lui, sa propre maison d'édition, ce qui lui permet de publier en masse ses ouvrages. Mais sans cela, ses travaux n'auraient probablement jamais pu être autant diffusés. Enfin il faut signaler que s'il y a unanimité chez les scientifiques spécialistes de l'évolution, il n'existe pas de consensus autour d'une théorie créationniste en particulier. Chacun des nombreux mouvements créationnistes est persuadé de détenir la vérité. Le manque de reconnaissance des thèses alternatives par la communauté internationale témoigne du fait que les mouvements créationnistes restent, quoiqu'ils en disent, marginaux et ne peuvent donc être considérés avec suffisamment de sérieux pour faire leur entrée dans les programmes scolaires.</p> <p class="spip">51. L'enseignement de thèses alternatives en tant que sciences, ne peut donc être acceptable. Un tel enseignement représenterait en soi un danger, et ferait prendre le risque de voir se développer une multitude de thèses toutes aussi absurdes les unes que les autres et ne ferait que semer le trouble chez les élèves ou les étudiants.</p> <p class="spip">52. Dans cet ordre d'idée, au nom du principe d'ouverture à des théories alternatives prôné par les créationnistes scientifiques, et afin de montrer l'incohérence de l'enseignement des thèses créationnistes aux cotés de la théorie de l'évolution, un mouvement s'est ironiquement développé aux Etats-Unis. Ce mouvement dit du « Pastafarisme » défend la théorie du Monstre en Spaghettis Volant. Le Pastafarisme est une parodie de religion créée en réaction à la décision du Comité d'Education de l'Etat du Kansas de permettre l'enseignement de l'Intelligent Design dans les cours de science au même titre que la théorie de l'évolution. Selon le Pastafarisme, un être invisible et omniscient appelé le « Monstre en Spaghettis Volant » a créé l'univers en un jour. Les défenseurs du Pastafarisme revendiquent, tout comme l'Intelligent Design, une place dans les programmes scolaires. Comble de l'ironie, cette pseudo-religion fait des émules et le culte tend à se répandre…</p> <h2> Créationnisme et éducation : Les principales manifestations créationnistes en Europe, états des lieux et réactions des milieux scientifiques et religieux</h2> <p class="spip"><strong class="spip"> En Turquie :</strong></p> <p class="spip">53. La Turquie, un des rares pays musulmans officiellement laïc depuis l'instauration d'une république par Moustafa Kemal Ataturk en 1923, apparaît comme l'un des principaux berceaux du créationnisme scientifique islamique. Comme l'a souligné Jacques Arnoult [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb9" name="nh9" id="nh9" class="spip_note" title='[9] Jacques Arnoult, op. cit., p.135' >9</a>], La Turquie apparaît comme l'un des centres les plus actifs et les plus structurés de ce courant fondamentaliste.</p> <p class="spip">54. Le prédicateur islamiste turc Harun Yahya, de son vrai nom Adnan Oktar, se trouve être l'une des figures les plus emblématiques de ce mouvement. Agé d'une cinquantaine d'années, Harun Yahya publie des ouvrages sur la création ou la religion depuis une vingtaine d'années, il possède par ailleurs sa propre maison d'édition, Global, dont le siège se trouve à Istanbul. En 1991, Adnan Oktar a créé le BAV, Bilim Arastirma Vakfi, (Fondation pour la Recherche et la Science). Le BAV a été très actif depuis sa création pour tenter de faire disparaître de l'enseignement turc toute idée d'évolution, il publie et organise en outre de nombreuses conférences sur le créationnisme dans les principales villes turques. Il semblerait que le BAV soit proche de l'ICR, Institut for Creation Research, américain.</p> <p class="spip">55. Le dernier ouvrage d'Harun Yahya est paru en décembre 2006 et s'intitule <i class="spip">L'Atlas de la Création</i>. Ce très gros livre constitue le premier volume d'une série de sept ouvrages. Il tente de réfuter en 772 pages très richement illustrées le darwinisme et la théorie de l'évolution. La conclusion de cet ouvrage est claire : « la création est un fait » et « l'évolution une imposture ». De plus, l'auteur dénonce de façon virulente « les liens occultes existant entre le darwinisme et les sanglantes idéologies telles que le fascisme et le communisme ». Harun Yahya a depuis le début de l'année 2007 lancé une offensive qui vise à la diffusion massive de son dernier ouvrage en Europe et dans le Monde.</p> <p class="spip">56. Par ailleurs, à noter que les thèses créationnistes apparaissent déjà dans certains manuels scolaires turcs, et 75 % des lycéens turcs ne croient pas à la théorie de l'évolution. Cependant, des mouvements de contestation se sont formés en Turquie. Une commission a été créée en 1998 pour répondre aux critiques et aux attaques créationnistes à l'encontre des idées évolutionnistes et pour tenter de prévenir l'opinion publique. La TÜBA, l'académie des sciences, et le TÜBITAK, le conseil national pour la recherche scientifique et technique, ont aussi pris position en faveur de l'évolution.</p> <p class="spip"><strong class="spip"> En France :</strong></p> <p class="spip">57. L'offensive d'Harun Yahya : Au début de l'année 2007, le créationniste turc Harun Yahya, a fait parvenir dans de très nombreux établissements scolaires français et centres de documentation, son ouvrage intitulé « L'Atlas de la Création ». En réponse, le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, a demandé aux recteurs d'académies de veiller à ce que ce livre « qui ne correspond pas au contenu des programmes établis par le ministère, ne figure pas dans les centres de documentation et d'information des établissements scolaires ». Hervé Le Guyader, professeur de biologie de l'évolution à l'Université Paris VI, a été chargé par l'Inspection générale de l'Education nationale d'analyser de façon détaillée cet atlas. Hervé Le Guyader juge ce livre « beaucoup plus dangereux que les initiatives créationnistes précédentes, souvent d'origine anglo-saxone ». Selon lui, le luxe de l'ouvrage et la méthode employée par l'auteur peuvent « s'avérer redoutablement efficace pour un public non averti ». La teneur scientifique de ce livre lui semble par ailleurs « d'un pauvreté affligeante ». <i class="spip">L'Atlas de la Création</i> a également été envoyé à de nombreux journalistes.</p> <p class="spip">58. L'UIP Université Interdisciplinaire de Paris : L'UIP, association loi 1901, a été créée en 1995 sur les cendres de l'Université Européenne de Paris, fondée en 1989 pour succéder à l'Université Populaire de Paris. Soutenue à ses débuts par des entreprises prestigieuses, elle a progressivement été abandonnée par ses sponsors en raison des soupçons de néocréationnisme qui pesaient sur elle. L'UIP travaille activement à l'introduction de la spiritualité dans les sciences et dans la société. Elle serait par ailleurs très proche de la mouvance américaine de l'Intelligent Design. La diffusion sur ARTE en octobre 2005 du documentaire de Thomas Johnson, Homo sapiens, une nouvelle histoire de l'Homme a par ailleurs été très controversée en France. En effet, ce documentaire semble s'être très largement inspiré des travaux d' Anne Dambricourt-Malassé, chargée de recherche au CNRS, rattachée au muséum d'histoire naturelle de Paris, et alors membre du conseil scientifique de l'UIP. Le documentaire a été accusé de véhiculer un message néocréationniste et de servir la cause de l'UIP.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Suisse :</strong></p> <p class="spip">59. Manifestation d'Harun Yahya en Suisse Romande : En Mars 2007, de très nombreuses écoles de la Suisse romande ont également reçu l'ouvrage d'Harun Yahya, l<i class="spip">'Atlas de la Création.</i> Georges Schürch, directeur général des Cycles d'Orientation Genevois a relaté que le livreur chargé de la distribution de cet ouvrage en Suisse romande lui aurait confié avoir un millier d'exemplaires à distribuer. Georges Schürch a, à cette occasion, rappelé que tout nouvel ouvrage ne peut être autorisé pour l'enseignement sans examen préalable.</p> <p class="spip">60. Jacqueline Horneffer, secrétaire adjointe de l'instruction publique de Genève a demandé aux établissements scolaires de refuser la livraison de cet ouvrage, ce qu'ils ont fait. Selon elle, « le livre ne correspond pas aux théories scientifiques actuelles et ne respecte pas la séparation entre l'enseignement laïc et confessionnel ». En Suisse, l'<i class="spip">Atlas de la Création</i> a également été envoyé à des journalistes et des scientifiques.</p> <p class="spip">61. Le Centre Biblique Européen : Les créationnistes sont également représentés en Suisse par le Centre Biblique Européen et son animateur Daniel Mathez. Le Centre Biblique Européen est une maison d'édition créationniste qui a déjà publié une quinzaine d'ouvrages.</p> <p class="spip">62. Le Groupuscule ProGenesis : Le groupuscule créationniste suisse ProGenesis œuvre pour la réhabilitation du livre de la Genèse, son but est d'imposer le créationnisme face à l'évolutionnisme, et ce par des moyens médiatiques ou ludiques. Dans cet ordre d'idée, ProGenesis a mis en place un projet nommé Genesis-Land. Il s'agit d'un parc de loisirs qui pourrait être construit dans le nord-est de la Suisse et qui aurait pour objectif de « diffuser le message chrétien comme un contrepoids à la théorie omniprésente de l'évolution de Darwin ».</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Belgique :</strong></p> <p class="spip">63. Tentative d'infiltration créationniste dans les écoles belges : Après la France, et parallèlement à l'offensive menée en Suisse, Harun Yahya a lancé la diffusion de son <i class="spip">Atlas de la Création</i> en Belgique en Mars 2007. Dans une circulaire datée du 22 mars 2007, la ministre chargée de l'enseignement obligatoire et de la promotion sociale, Marie Arena, met en garde « l'ensemble des équipes éducatives contre les valeurs véhiculées dans ce document ». La ministre « compte sur la vigilance de chacun [...] pour veiller à ce qu'il ne constitue en rien un outil pédagogique à destination des élèves ».</p> <p class="spip">64. Mobilisation du monde universitaire bruxellois : Depuis le début de l'année 2007, des universitaires belges rattachés à l'ULB, Université Libre de Bruxelles, ont donné une série de conférences ayant pour thème central le questionnement suivant : Dieu ou Darwin ? Parmi ces différents travaux, l'on trouve une étude menée par Laurence Perbal, universitaire, portant sur « l'évaluation de l'opinion des étudiants de l'enseignement secondaire et supérieur de Bruxelles vis-à-vis des concepts d'évolution ». Cette étude montre notamment « qu'une grande partie des individus interrogés semble considérer que la théorie darwinienne de l'évolution ne concerne que l'aspect physique de l'homme et non pas son âme ou sa conscience ». Par ailleurs, « une grande partie des étudiants déclare n'avoir jamais entendu parler de la théorie néodarwinienne de l'évolution bien qu'elle soit au programme du cours de biologie de la dernière année des études secondaires ».</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Pologne :</strong></p> <p class="spip">65. La théorie de l'évolution et le « darwinisme » ont été publiquement remis en cause à l'automne 2006 par le vice-ministre polonais de l'Education et député de Lodz, Miroslow Orzechowski, rattaché à la Ligue des familles polonaises (LPR, parti d'extrême droite ultracatholique). Il a déclaré que « la théorie de l'évolution est un mensonge, une erreur qu'on a légalisé comme une vérité courante ». Il a ajouté qu'« il ne faut pas enseigner les mensonges, tout comme il ne faut pas enseigner le mal à la place du bien et la laideur à la place de la beauté ». Enfin, selon lui, la théorie évolutionniste n'est « qu'une histoire à caractère littéraire qui pourrait servir de trame à un film de science fiction ». Peu avant cela, au début du mois d'octobre 2006, Maciej Giertych, eurodéputé LPR, père du ministre polonais de l'Education Roman Giertych, avait demandé le retrait de la théorie de Darwin des programmes scolaires, prétextant qu'elle n'est pas « soutenue par des preuves ».</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Russie :</strong></p> <p class="spip">66. En février 2007, en Russie, le ministère de l'Education et de la Science s'est vu attaqué par une jeune fille de 16 ans et son père n'acceptant pas que les manuels scolaires de biologie ne proposent qu'une théorie, celle de l'évolution, incompatible avec leurs croyances. Les plaignants ont alors été soutenus par des membres de l'église orthodoxe de Russie. Il semble qu'à l'heure actuelle, en Russie, l'enseignement de la théorie de l'évolution soit de plus en plus remis en cause par des élèves et leurs parents qui souhaitent pouvoir avoir accès à un enseignement plus proche de leurs convictions religieuses et personnelles. Le père Tchapline, vice-président du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, déplore le caractère idéologique de la théorie de l'évolution, seule théorie enseignée dans les écoles russes depuis l'époque soviétique. Le père Tchapline plaide en effet pour le droit des élèves et de leurs parents à avoir un enseignement qui ne va pas à l'encontre de leur foi. Ce droit, rappelle-t-il, est garanti par la législation internationale.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Italie :</strong></p> <p class="spip">67. Letizia Moratti, alors ministre italienne de l'Enseignement et de la Recherche de Silvio Berlusconi, a proposé en février 2004, dans le cadre d'une réforme de l'éducation et notamment des programmes scolaires, un décret visant à abolir l'enseignement de la théorie de l'évolution dans l'enseignement primaire et secondaire. On ne trouvait plus, dans les programmes scolaires, les cours portant sur la théorie de l'évolution. Les communautés scientifiques et journalistiques italiennes se sont alors mobilisées. En avril 2004, une commission a été chargée de réfléchir à la question. En février 2005, le rapport de cette commission a été rendu, celui-ci rappelle que l'étude de l'évolution est essentielle pour une vision globale de la vie, ainsi que l'importance des sciences naturelles dans la culture moderne. Par ailleurs, le rapport souligne que l'enseignement des théories darwiniennes permet de prévenir le racisme et l'eugénisme. Depuis lors, aucun nouveau décret n'a été publié. La réforme des programmes scolaires serait toujours en cours, mais ne devrait pas permettre la suppression des théories darwinienne de l'enseignement.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Grèce :</strong></p> <p class="spip">68. La théorie de l'évolution, sans être bannie des programmes scolaires, est souvent reléguée en fin de programme, en fin d'année scolaire. En conséquence, la théorie de l'évolution est rarement étudiée dans le secondaire par manque de temps.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Angleterre :</strong></p> <p class="spip">69. En Angleterre, des créationnistes donnent des conférences dans les écoles publiques et les universités. A l'été 2006, l'Angleterre a accueilli pendant trois jours le plus grand colloque international des créationnistes. Le syndicat enseignant le plus important en Grande Bretagne, The National Union of Teachers (NUT), a tiré la sonnette d'alarme et réclame une législation pour faire obstacle à l'influence croissante des groupes religieux dans le système éducatif britannique. Selon le NUT, donner plus de pouvoir aux groupes religieux se fera probablement au détriment de la cohésion sociale et interculturelle. La Royal Society, ainsi que l'Archevêque de Canterburry, ont pris position contre l'enseignement du créationnisme dans les établissements scolaires britanniques. Diverses organisations, comme le British Centre for Science Education, dénoncent des tentatives d'introduction d'un enseignement créationniste dans les écoles.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Serbie :</strong></p> <p class="spip">70. En 2004, la ministre de l'Education, Liliana Colic, a été contrainte de démissionner de son poste après avoir ordonné aux écoles d'abandonner l'enseignement de la théorie Darwinienne de l'évolution, si les thèses créationnistes n'étaient pas également présentes dans les programmes scolaires. L'Académie des sciences et des arts ainsi qu'une quarantaine d'associations ont alors dénoncé ce danger qu'ils qualifiaient de dérive théocratique.</p> <p class="spip"><strong class="spip">Aux Pays-Bas :</strong></p> <p class="spip">71. En 2005, la ministre néerlandaise de l'Education de l'époque, Maria Van der Hoeven, a suscité le trouble en proposant l'organisation d'un débat sur l'enseignement des théories de l'évolution dans les écoles de son pays. Pourtant, six ans auparavant, une trêve avait été conclue entre les différents partis politiques de façon à ce que l'évolution figure au programme de tous les établissements scolaires des Pays-Bas, y compris ceux d'appartenance confessionnelle que l'Etat finance, sans exercer pour autant un contrôle idéologique. Lors d'une interview, Maria Van der Hoeven a estimé que les théories de Charles Darwin n'étaient pas complètes et que de nouveaux éléments avaient été mis en évidence depuis, notamment par les tenants de l'Intelligent Design. Cependant, la ministre a annoncé qu'elle n'entendait pas introduire les thèses créationnistes dans les programmes scolaires, souhaitant seulement confronter ses partisans à ceux de l'évolution. L'initiative de la ministre Van der Hoeven n'a reçu qu'un très faible écho, y compris dans son propre parti, l'appel chrétien démocrate (CDA). Le D66, parti de centre gauche, allié du CDA, est totalement opposé au fait de placer sur un pied d'égalité le créationnisme et l'évolution. Le VVD, parti libéral de droite, est du même avis.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Suède :</strong></p> <p class="spip">72. La Suède a ouvert le premier musée créationniste à Uméa en 1996.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Allemagne :</strong></p> <p class="spip">73. Dans une ville universitaire de la Hesse, en Allemagne, le créationnisme semble déjà s'être propagé dans les établissements scolaires. Les professeurs de science de la vie et de la terre d'un lycée privé reconnu par l'Etat, apprennent aux élèves qu'un créateur est à l'origine des différents « types principaux » d'animaux. Alertés, des parents d'élèves ont interpellé le ministère de l'Education du Land mais ce dernier a estimé qu'il n'y avait pas d'infraction directe aux programmes scolaires, et a déclaré ne pas être compétent sur ces questions. Certains parents ont alors retiré leurs enfants de cet établissement.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Espagne :</strong></p> <p class="spip">74. Un mois après la France, l'<i class="spip">Atlas de la création</i> de M. Yahya a été reçu par des professeurs de la faculté de biologie de l'université de Barcelone et par la bibliothèque de la même université.</p> <h2>Positionnement des autorités religieuses</h2> <p class="spip"><strong class="spip">La position du Vatican et des mouvements religieux chrétiens</strong></p> <p class="spip">75. Pendant longtemps, l'Eglise catholique s'est opposée au transformisme puis à l'évolutionnisme. Cependant, cette opposition de l'Eglise catholique doit être appréhendée au regard du cadre plus global de méfiance qui régnait à l'époque vis-à-vis de la science et, compte tenu du climat international de l'époque autour du socialisme qui était considéré comme une conséquence de l'évolutionnisme ! Ainsi pendant longtemps, des affrontements eurent lieu entre les révolutionnaires positivistes et les catholiques de la restauration monarchique. L'Eglise catholique s'est montrée clairement créationniste pendant très longtemps. Après le concile de Vatican II, l'Eglise catholique a été plus discrète, presque en retrait sur la question, jusqu'à ce qu'en 1996, le 23 octobre, le Pape Jean-Paul II reconnut que les théories de Darwin étaient « plus qu'une hypothèse ». Au sein de l'Eglise catholique les débats concernant l'évolutionnisme restent cependant d'actualité. Plusieurs mouvements défendent encore le créationnisme comme un dogme. En juillet 2005, Christoph Schönborn, Archevêque de Vienne, publiait dans le New York Times une tribune affirmant que les déclarations du Pape Jean-Paul II ne pouvaient pas être interprétées comme étant une reconnaissance de l'évolutionnisme. Par ailleurs, l'Archevêque reprenait des arguments mis en avant par les défenseurs de l'Intelligent Design. Cependant, il est important de noter que la majorité des catholiques contemporains acceptent désormais la neutralité de la science.</p> <p class="spip">76. Dans la lignée de son prédécesseur, le Pape Benoît XVI salue aujourd'hui le rôle des sciences dans l'évolution de l'humanité, les sciences naturelles ont ouvert de grandes dimensions à la raison qui étaient jusqu'alors fermées, et nous ont ainsi transmis de nouvelles connaissances. Au début du mois de septembre 2006, le Pape Benoît XVI a réuni, à Castel Gandolfo, un groupe d'anciens étudiants et collègues afin de discuter, dans le cadre d'un séminaire, du débat qui oppose l'évolutionnisme au créationnisme. Le Pape Benoît XVI a fait paraître les conclusions de ce séminaire dans un ouvrage paru mi-avril 2007 en allemand et intitulé « Schöpfung und Evolution », Création et Evolution. Le Pape ne soutient pas la thèse du créationnisme, la position créationniste est basée sur une interprétation de la bible que l'église catholique ne partage pas. Le Pape rejette à la fois un créationnisme qui exclut catégoriquement la science, et une théorie de l'évolution qui dissimule ses propres faiblesses et ne veut pas voir les questions qui se posent au-delà des capacités méthodologiques de la science naturelle. La théorie de l'évolution est considérée trop envahissante par l'Eglise catholique qui semble surtout s'inquiéter de l'influence du darwinisme social et des théories évolutionnistes en matière d'économie et d'éthique médicale.</p> <p class="spip">77. En Suisse, le Conseil des Eglises Chrétiennes du canton de Vaud a déclaré ne pas se reconnaître dans le discours et les agissements du mouvement du Centre Biblique Européen dirigé par Daniel Mathez.</p> <p class="spip"><strong class="spip">Réactions des organisations musulmanes</strong></p> <p class="spip">78. Du côté des organisations musulmanes, on dénonce le prosélytisme caricatural pratiqué par Harun Yahya. Interrogé suite à l'envoi massif aux établissements scolaires français du livre de Harun Yahya, l'<i class="spip">Atlas de la Création</i>, Dalil Boubakeur, président du Conseil Français du Culte Musulman, a répondu que la théorie de l'évolution « n'est pas contraire au Coran ». De plus, il juge « pernicieuse » l'initiative d'Harun Yahya : « il essaie de démontrer que les espèces sont restées fixes, avec des photos à l'appui, mais il n'explique pas les disparitions de certaines espèces ni l'apparition d'autres espèces ». Dalil Boubakeur se dit « convaincu que l'évolution est un fait scientifique ». Il ajoute que certains versets du Coran évoquent explicitement « une évolution cyclique » de l'homme. Le sociologue Malek Chebel, interrogé par le journal « le Monde » en février 2007 note que « l'islam n'a jamais eu peur de la Science » , « l'islam n'a pas a avoir peur du Darwinisme », « l'islam ne craint pas le récit des évolutions et des mutations de l'espèce humaine ». Malek Chebel rappelle que le Coran traite de la création de l'être humain par Dieu mais non des mutations des espèces. Selon lui « l'Atlas de la création est le fruit d'une organisation de type sectaire, proche de l'extrême droite turque, qui assène des « vérités » sur papier glacé qui n'ont rien à voir avec l'Islam ». Il s'attend enfin à « des confrontations sur cette question, à l'avenir, entre islam intégriste et l'islam des Lumières ». Pour l'association suisse des musulmans pour la Laïcité, fondé par Ali Benouari, « la religion n'a pas à contester la science ».</p> <p class="spip"><strong class="spip">Positionnement de la communauté scientifique internationale</strong></p> <p class="spip">79. Le 21 juin 2006, une déclaration de l'InterAcademy Panel (IAP), portant sur l'enseignement de l'évolution, a été signée par les académies des sciences de 67 Etats, dont 27 Etats membres du Conseil de l'Europe Les différentes académies des sciences demandent instamment aux autorités décisionnelles, aux enseignants et aux parents d'apprendre aux enfants les méthodes et les découvertes de la science et de développer chez eux une bonne compréhension des sciences de la nature. Une connaissance du monde dans lequel nous vivons renforce le désir d'aller au devant des besoins de l'humanité et de protéger notre planète. La communauté scientifique reconnaît qu'il subsiste encore bien des questions ouvertes sur les détails précis des changements évolutifs, mais refuse de voir remis en cause un certain nombre de ses résultats de recherche.</p> <h2>Conclusion : La négation de l'évolution est particulièrement préjudiciable pour la formation des enfants</h2> <p class="spip">80. Interdire l'apprentissage de théories essentielles, telle que l'évolution, va totalement à l'encontre de l'intérêt pédagogique des enfants. L'éducation se doit, en effet, d'être un moyen de donner aux enfants, aux adolescents et aux adultes la possibilité de devenir des citoyens responsables et des acteurs majeurs de la transformation des sociétés. Or, adopter une posture négationniste vis-à-vis de thèses scientifiquement prouvées constitue un frein à l'éducation et au développement intellectuel et personnel de milliers d'enfants. La Science est un acteur prépondérant qui participe très largement et activement à ce processus d'évolution et de transformation des sociétés.</p> <p class="spip">81. Le savoir qu'elle confère ne peut pas être arbitrairement attaqué. Les thèses créationnistes, par la négation de faits pourtant avérés, participent non pas à la transformation des sociétés mais à son archaïsation. Les créationnistes sont en fait partisans d'un profond retour en arrière, ce qui à long terme peut s'avérer particulièrement préjudiciable pour l'ensemble de nos sociétés. L'enjeu est donc considérable.</p> <p class="spip">82. Nous l'avons vu, l'évolution ne peut être réduite à la seule évolution des hommes et des populations. L'évolution imprègne désormais la science dans sa globalité et constitue l'un de ses principes fondamentaux. Aussi, il paraît légitime de s'interroger sur les conséquences qu'une négation de l'évolution pourrait avoir sur le développement de nos sociétés. Comment, par exemple, faire progresser la recherche médicale en vue de parvenir à lutter efficacement contre le développement de maladies infectieuses telles que le sida si l'on nie tout principe d'évolution ? Fondamentalement, l'évolution imprègne toute la recherche médicale. Or, peut-on envisager de vivre dans un monde dépourvu de médecine ? Cela paraît aberrant mais faire disparaître l'évolution de l'enseignement, comme le préconisent les créationnistes, pourrait avoir pour conséquence d'amoindrir considérablement la recherche en matière médicale, si ce n'est la faire disparaître.</p> <p class="spip">83. Par ailleurs, la démarche des créationnistes « scientifiques » pour affirmer et défendre leurs thèses représente en elle-même un outil particulièrement dangereux de manipulation mentale. En effet, présenter une thèse comme étant une théorie scientifique sans en apporter la preuve peut être assimilé à une tentative de manipulation des esprits à des fins a fortiori peu vertueuses. Comme l'a écrit Charles Otis Whitman, zoologiste américain (1842-1910), « une théorie sans faits est une fantaisie, mais des faits sans théorie ne sont que chaos ». Par conséquent, comme le note G. Lecointre, tout manipulateur habile a recours aux seuls « faits ».</p> <p class="spip">84. Harun Yahya, en ne présentant que des faits sans théorie ni preuve, abuse de la crédulité des personnes qui l'écoutent ou qui le lisent. De plus, comme le souligne Jacques Arnoult [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb10" name="nh10" id="nh10" class="spip_note" title='[10] Jacques Arnoult, op. cit., p. 142.' >10</a>], de la même manière que l'ICR américain, le BAV et Harun Yahya en Turquie recourent à des références partielles, voire erronées pour développer ses argumentaires créationnistes. Ses auteurs n'hésitent pas à citer des articles de revues qui défendent l'évolution, mais ils parviennent à en retourner la signification en tronquant les citations. Cela s'apparente ni plus ni moins à de la manipulation intellectuelle, ce qui est particulièrement préjudiciable.</p> <p class="spip">85. Harun Yahya réfute la théorie de l'évolution en se rapportant systématiquement au Coran. Or, comme l'a souligné Malek Chebel, le Coran ne traite directement pas de l'évolution, il ne traite que de la Création.</p> <p class="spip">86. La science de l'évolution, comme toute science, ne prétend pas répondre au « pourquoi », elle s'efforce simplement de traiter du « Comment ».</p> <p class="spip">87. Certains intégristes du créationnisme s'attaquent au « Darwinisme » et au Matérialisme en les accusant d'être la « réelle source idéologique du terrorisme », « le darwinisme est la base de plusieurs idéologies violentes qui ont a amené le désastre à l'espèce humaine durant le XXe siècle ». Faut-il rappeler que les hommes n'ont pas attendu la publication en 1859 de l'œuvre de Darwin, <i class="spip">L'origine des espèces</i>, pour s'adonner à de multiples massacres ? Combien de morts au nom des guerres de religions ? L'utilisation de la religion comme la référence faite au darwinisme social par certains régimes dictatoriaux, ne suffit pas et ne peut en rien remettre en cause la théorie de l'évolution ou la religion ! Le darwinisme social est une idéologie qui prétend en effet s'inspirer de Darwin, mais elle n'a rien à voir avec la théorie darwinienne de l'évolution [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb11" name="nh11" id="nh11" class="spip_note" title='[11] Pascal Picq, op. cit., p. 152-153.' >11</a>]. De plus, on ne peut imputer à Darwin et sa théorie de l'évolution tous les maux de la terre, il n'est pas responsable des dérives posthumes de sa théorie. Présenter Darwin comme le père du terrorisme est proprement scandaleux, et cela peut venir semer le doute et la perplexité dans de nombreux esprits novices.</p> <p class="spip">88. Enfin on constate, notamment aux Etats-Unis, un certain nombre de dérives inhérentes au négationnisme pratiqué à l'encontre de l'évolution et au prosélytisme adjacent. Un film documentaire de Heidi Ewing et Rachel Grady, <i class="spip">Jesus Camp,</i> sorti aux Etats-Unis à l'automne 2006 et diffusé depuis en Europe, témoigne de ces dérives. Ce documentaire présente une femme pasteur pentecôtiste, favorable au créationnisme, Becky Fisher, qui a ouvert, dans une forêt du Dakota du Nord, un camp de vacances ouvertement voué à endoctriner les enfants. Devant la caméra, elle explique que, de 7 à 9 ans, on peut faire croire n'importe quoi à un être humain, et que cela restera gravé à jamais dans son cerveau. Becky Fisher aurait trouvé son modèle du côté des fondamentalistes musulmans. Ce documentaire révèle toute la violence, le fanatisme, et l'efficacité avec laquelle les mouvements créationnistes les plus radicaux parviennent à manipuler des êtres humains.</p> <p class="spip">89. Les créationnistes prétendent que l'évolution n'est qu'une interprétation du monde parmi d'autres, or il n'en est rien. La scientificité de l'évolution demeure à l'heure actuelle irréfutable. Mais, il faut encore le rappeler, la science de l'évolution ne prétend pas donner une explication au « pourquoi » des choses. Elle tente d'expliquer comment les choses se passent ou se sont passées. La théorie de l'évolution constitue un corpus de connaissances fondamentales pour l'avenir de nos démocraties que l'on ne peut remettre en cause arbitrairement.</p> <p class="spip">90. Il est important de rappeler que le concept d'évolution a eu un effet profond sur les sciences en général, la philosophie, la religion, et sur beaucoup d'autres aspects de la société humaine (l'agriculture par exemple). L'évolution a également fait son entrée en psychologie. La psychologie évolutionniste est un courant dont l'objectif est d'expliquer les mécanismes de la pensée humaine à partir de la théorie de l'évolution biologique. Elle repose sur l'hypothèse fondamentale que le cerveau, tout comme les autres organes, est le produit de l'évolution et constitue donc une adaptation à des contraintes environnementales précises auxquelles ont du faire face les ancêtres des hominidés.</p> <p class="spip">91. Aujourd'hui, avec le créationnisme, nous sommes en présence d'une montée en puissance de modes de pensée qui, pour mieux imposer certains dogmes religieux, s'attaquent au cœur même des connaissances que nous avons patiemment accumulées sur la nature, l'évolution, nos origines, notre place dans l'univers. Cela constitue incontestablement une grave atteinte aux droits de l'Homme.</p> <p class="spip">92. Le risque est grand que ne s'introduise dans l'esprit de nos enfants une grave confusion entre le registre des convictions, des croyances, des idéaux et le plan de la Science au profit d'un « tout se vaut », d'apparence peut être sympathique et tolérant, mais funeste en réalité [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb12" name="nh12" id="nh12" class="spip_note" title='[12] Pascal Picq, op. cit., p. 10-12.' >12</a>].</p> <p class="spip">93. Le créationnisme présente de multiples facettes contradictoires. L'Intelligent Design, dernière version plus nuancée du créationnisme, ne nie pas totalement la théorie de l'évolution. Cependant, au moulin de la science, le courant de l'Intelligence Design n'a jusqu'à présent guère apporté d'eau [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb13" name="nh13" id="nh13" class="spip_note" title='[13] Jacques Arnoult, op. cit., p. 256.' >13</a>]. Présenté de façon plus subtile, l'Intelligent Design n'en est pas moins dangereux.</p> <p class="spip">94. L'enseignement de l'évolution en tant que théorie scientifique fondamentale est essentiel pour l'avenir de nos sociétés et de nos démocraties. A ce titre, l'évolution doit figurer de façon centrale dans les programmes généraux d'enseignement, et notamment au cœur des programmes scientifiques. Si nous empêchons nos étudiants d'accéder à la connaissance scientifique, nous courons le risque qu'ils ne puissent pas rivaliser efficacement face à d'autres étudiants évoluant dans des Etats où la Science occupe une place privilégiée.</p> <p class="spip">95. L'évolution ne se réduit pas à la seule évolution de l'homme et des populations. Sa négation pourrait avoir de graves conséquences pour le développement de nos sociétés. En effet, comment faire progresser la recherche médicale en vue de parvenir à lutter efficacement contre le développement de maladies infectieuses si l'on nie tout principe d'évolution ? Comment avoir pleinement conscience des risques qu'implique le recul significatif de la biodiversité et le changement climatique si l'on ne comprend pas les mécanismes de l'évolution ? Du médecin qui, par l'abus de prescription d'antibiotiques, favorise l'apparition de bactéries résistantes, à l'agriculteur qui utilise inconsidérément des pesticides entraînant ainsi la mutation d'insectes sur lesquels les produits utilisés n'ont plus d'effet, l'évolution est partout présente.</p> <p class="spip">96. Notre modernité se construit sur une longue histoire qui passe notamment par le développement des sciences et des techniques. Cependant, la démarche scientifique reste encore mal comprise ce qui risque de profiter au développement de toutes formes d'intégrismes et d'extrémismes, c'est à dire aux atteintes les plus virulentes menées contre les droits de l'Homme. Le refus de toute science constitue certainement l'une des menaces les plus redoutables qui planent au dessus des droits de l'homme et du citoyen.</p> <p class="spip">97. L'enseignement de théories alternatives ne peut être envisageable que si celles-ci présentent suffisamment de garanties quant à la scientificité et à la véracité des thèses avancées.</p> <p class="spip">98. A l'heure actuelle, les thèses alternatives présentées par les créationnistes ne peuvent pas prétendre bénéficier de ces garanties. C'est pourquoi, il n'est pas concevable d'en permettre l'enseignement au sein des disciplines scientifiques, aux côtés ou en lieu et place de la théorie de l'évolution.</p> <p class="spip">99. Les thèses créationnistes pourraient cependant être présentées dans un cadre éducatif autre que celui des disciplines scientifiques. L'importance de l'enseignement du fait culturel et religieux a déjà été soulevée par le Conseil de l'Europe. Les thèses créationnistes, comme toutes approches théologiques, pourraient, dans le respect de la liberté d'expression et des croyances de chacun, être exposées dans le cadre d'un apprentissage renforcé du fait culturel et religieux.</p> <p class="spip">100. Par ailleurs, il est nécessaire de s'interroger sur les causes d'une telle remise en cause de la théorie de l'évolution. En effet, si la théorie de l'évolution se prête à de multiples agressions, cela peut, peut-être, s'expliquer par la faiblesse de son enseignement, notamment du point de vue épistémologique.</p> <p class="spip">101. Cette réflexion nous amène à conclure qu'un meilleur enseignement ou un enseignement plus adapté des sciences et notamment de l'évolution pourrait permettre de lutter efficacement contre la diffusion de pseudo-théories alternatives telles que les thèses créationnistes. Dans le rapport sur la désaffection des étudiants pour les études scientifiques, cette importance d'un enseignement scientifique de qualité et mieux adapté aux réalités quotidienne de la vie avait été mis en évidence.</p> <p class="spip">102. La Science est une irremplaçable école de rigueur, elle est sans doute le dernier rempart contre la montée des intégrismes. Elle ne prétend pas au « pourquoi des choses » mais cherche à comprendre le « comment ».</p> <p class="spip">103. Jacques Arnoult [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb14" name="nh14" id="nh14" class="spip_note" title='[14] Jacques Arnoult, op. cit, p. 272-273.' >14</a>], chercheur scientifique mais aussi moine dominicain écrivait : « Je réserve l'attitude croyante à la religion, aux relations humaines, voire à l'intelligence, mais pas à la Science. La Science est affaire de raison, d'observation et d'hypothèse, de théorie et de test ; elle a ses règles et ses domaines d'application ».</p> <p class="spip">104. L'étude approfondie de l'influence grandissante des créationnistes montre que les discussions entre créationnisme et évolutionnisme vont bien au-delà de querelles d'intellectuels. Si nous n'y prenons garde, les valeurs qui sont l'essence même du Conseil de l'Europe, risquent d'être directement menacées par les intégristes du créationnisme. Il est du rôle des parlementaires du Conseil de réagir avant qu'il ne soit trop tard.</p> <p class="spip">105. Afin de réaliser ce rapport, j'ai principalement consulté les différents travaux : de Jacques Arnoult, Chercheur au CNES Centre National d'Etudes Spatiales- France ; Hervé Le Guyader, Professeur de Biologie Evolutive à l'Université Paris VI - Pierre et Marie Curie ; Pascal Picq, Paléoanthropologue au Collège de France ; auteurs avec lesquels j'ai eu de très enrichissants entretiens ; et Guillaume Lecointre, Professeur au Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Je me suis également référé à l'ouvrage collectif intitulé <i class="spip">Découvrir la biologie,</i> de Michael Cain, Hans Damman, Robert Lue et Carol Kaesuk Yoon, paru aux éditions DeBoeck. <i class="spip">Schöpfung und Evolution</i> aux éditions Sankt Ulrich Verlag qui est un compte rendu d'un colloque qui s'est tenu en septembre 2006 à Castel Gandolfo sous la présidence du Pape Benoit XVI. Sur le créationnisme vu par ses partisans, en plus du livre de Harun Yayha déjà signalé, de nombreux articles trouvés sur l'Internet.</p> <p class="spip">* * *</p> <h2>Commission chargée du rapport : Commission de la culture, de la science et de l'éducation</h2> <p class="spip">Renvoi en commission : <a href="http://assembly.coe.int/MainF.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc06/FDOC11065.htm" class="spip_out">Doc. 11065</a>, Renvoi n° 3287 du 22 janvier 2007, renvoi à la commission par l'Assemblée le 25 juin 2007</p> <p class="spip">Projet de résolution adopté à l'unanimité par la commission le 14 septembre 2007</p> <p class="spip"><strong class="spip">Membres de la Commission :</strong> M. Jacques <strong class="spip">Legendre</strong> (Président), Baronne Hooper, (Remplaçant : <strong class="spip">Lord Russell-Johnston</strong>), M. Wolfgang Wodarg, Mme Anne <strong class="spip">Brasseur</strong>, (Vice-Présidents), M. Hans Ager, M. Kornél Almássy, mme Donka Banović, M. Lars Barfoed, M. Rony Bargetze, M. Lars Bartos, Mme Marie-Louise Bemelmans-Videc, M. Radu Mircea Berceanu, M. Levan Berdzenishvili, Mme Oksana Bilozir, Mme Guofinna Bjarnadóttir, Mme Maria Luisia Boccia, Mme Margherita Boniver, M. Ioannis Bougas, M. Osman Coşkunoğlu, M. Vlad Cubreacov, M. Ivica <strong class="spip">Dačić</strong>, Mme Maria Damanaki, M. Joseph Debono Grech, M. Stepan Demirchyan, M. Ferdinand Devinski, Mme Åse Gunhild Woie <strong class="spip">Duesund</strong>, M. Detlef Dzembritzki, Mme Anke Eymer, M. Relu Fenechiu, Mme Blanca Fernández-Capel, Mme Maria Emelina Fernández-Soriano, M. Axel Fischer, M. José Freire Antunes, (Remplaçant : M. José Luis Arnaut), M. Eamon Gilmore, M. Stefan Glǎvan, M. Luc Goutry, M. Vladimir Grachev, M. Andreas Gross, M. Jean-Pol Henry, M. Rafael Huseynov, M. Fazail Ibrahimli, Mme Halide İncekara, Mme Evguenia Jivkova, M. Morgan <strong class="spip">Johansson,</strong> M. Ali Rashid Khalil, M. József Kozma, M. Jean-Pierre Kucheida, (Remplaçant : M. Jean-Marie <strong class="spip">Geveaux</strong>), M. Markku Laukkanen, M. Guy <strong class="spip">Lengagne</strong>, Mme Jagoda Majska-Martinčević, Mme Milica Marković, M. Tomasz Markowski, M. Andrew <strong class="spip">McIntosh,</strong> M. Ivan Melnikov, Mme Maria Manuela <strong class="spip">Melo,</strong> Mme Assunta Meloni, M. Paskal Milo, Mme Christine Muttonen, Mme Miroslava Nĕmcová, M. Edward <strong class="spip">O'Hara,</strong> M. Kent Olsson, M. Andrey Pantev, Mme Antigoni Pericleous Papadopoulos, M. Azis <strong class="spip">Pollozhani</strong>, Mme Majda Potrata, M. Lluis Maria <strong class="spip">de Puig</strong>, M. Zbigniew Rau, Mme Anta Rugāte, M. Indrek Saar, M. André <strong class="spip">Schneider,</strong> M. Urs Schweitzer, M. Vitaliy Shybko, Mme Geraldine Smith, Mme Albertina Soliani, M. Yury Solonin, M. Christophe Spiliotis-Saquet (Remplaçant : M. Bernard Marquet), M. Valeriy Sudarenkov, M. Petro Symonenko, M. Mehmet Tekelioğlu, M. Ed van Thijn, M. Piotr Wach, M. Emanuelis Zingeris</p> <p class="spip">N.B : Les noms des membres qui ont pris part à la réunion sont imprimés en caractères gras</p> <p class="spip">Chef du Secrétariat : M. Grayson</p> <p class="spip">Secrétaires de la commission : M. Ary, M. Dossow</p> Tue, 09 Oct 2007 22:42:58 +0200 Webmestre Libre Pensée 62 <h2>Rapport de M. Guy Lengagne (révisé)</h2> <p class="spip">1. <a href="http://assembly.coe.int/MainF.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc06/FDOC11065.htm" class="spip_out">M. McIntosh et dix-huit de nos collègues ont signé une proposition de recommandation intitulée : « Les dangers du créationnisme dans l'éducation ».</a> C'est pour étudier le bien-fondé de cette recommandation que notre assemblée a décidé de confier à la commission de la culture le soin d'élaborer un rapport sur cette importante et difficile question.</p> <p class="spip">2. Le créationnisme étant d'abord une réaction à la théorie de l'évolution, il a paru important de bien définir celle-ci. De plus, le créationnisme le plus orthodoxe nie même le caractère scientifique de la théorie de l'évolution mais prétend de son coté être une science. On ne peut aborder sérieusement cette question sans utiliser un minimum de définitions précises.</p> <p class="spip">3. Ceci a donc m'a obligé à entrer, dans la première partie de mon travail, dans des considérations techniques qui pourront peut-être paraître quelque peu arides…Mais on ne peut pas sérieusement montrer que l'évolution est une véritable science et que le créationnisme, qui est du ressort de la religion, ne peut prétendre au statut de science et dès lors ne peut être enseigné comme tel, sans entrer un peu dans le domaine de la biologie.</p> <h2>L'évolution : une véritable théorie scientifique</h2> <p class="spip">4. Plusieurs théories se sont affrontées à propos des origines de l'Univers, de la Terre et des Espèces. A toutes époques, les Hommes se sont interrogés sur leurs origines et sur l'origine de la Terre. D'où venons-nous ? Les religions disent apporter aux Hommes des réponses et parmi elles, celle qui consiste à penser qu'à l'origine de tout, de l'Univers, de la Terre et des Hommes, il y a un être suprême, un Dieu. Cette croyance en un « Dieu Créateur » tout puissant constitue l'un des principaux fondements des trois principales religions monothéistes, Judaïsme, Christianisme, et Islam.</p> <p class="spip">5. En 1802, William Paley (1743-1805), Archidiacre anglais, établit l'idée de la théologie naturelle. Il écrit qu'un homme qui trouve une montre dans un champ ne peut nier l'existence d'une intelligence supérieure qui a conçu, fabriqué et perdu cet objet. Dieu n'est autre que l'horloger du monde, et l'homme découvre, dans les trésors de la nature, le résultat de son projet. En opposition à la théologie naturelle de William Paley et au récit biblique de la Genèse, diverses controverses vont naître au XIXe siècle.</p> <p class="spip">6. Le premier grand séisme va émerger des travaux de Jean Baptiste Lamarck (1744-1829), biologiste français. Au début du XIXe siècle, J.B. Lamarck présente sa théorie fondamentale du transformisme dans une œuvre intitulée <i class="spip">Philosophie Zoologique</i>. Un demi-siècle plus tard, le 29 novembre 1859, Charles Darwin (1809-1882) publie un ouvrage intitulé <i class="spip">L'origine des Espèces</i>, (Titre original : « On the origin of species by means of natural selection, or the preservation of favoured races in the struggle for life »). Dans cet ouvrage, Charles Darwin avance à son tour l'idée selon laquelle les espèces se transforment. Aujourd'hui, cet ouvrage est considéré comme fondateur de la théorie de l'évolution. Cette théorie, qui se pose en véritable rupture avec les connaissances et les appréhensions de l'époque, soutient que les êtres vivants voient leurs caractéristiques biologiques évoluer dans le temps et que s'opère une véritable sélection naturelle pour la survie des espèces. Par ses travaux et son ouvrage, Charles Darwin propose aux hommes de son époque une hypothèse nouvelle quant à l'évolution des espèces et des Hommes. Les travaux de Charles Darwin marquent la fin de [ l'] accord entre l'histoire naturelle et la tradition chrétienne, ainsi que la naissance de courants antiévolutionnistes [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb15" name="nh15" id="nh15" class="spip_note" title='[15] Jacques Arnoult, Dieu Versus Darwin, Albin Michel, février 2007 (...)' >15</a>].</p> <p class="spip">7. Dès lors, vont s'opposer deux camps : le camp de ceux qui sont convaincus que pour défendre la théologie chrétienne il faut s'opposer à Darwin, et le camp de ceux qui pensent qu'avec la théorie de la sélection naturelle l'humanité allait en finir une fois pour toutes avec les bases théoriques de « l'obscurantisme religieux ».</p> <p class="spip">8. Ainsi, le créationnisme est né en opposition à la théorie de l'évolution de Darwin. Il faut donc, car nous sommes ici dans le domaine de la Science, définir avec précision ce dont nous parlons : Qu'est-ce que l'Evolution ?</p> <h2>L'évolution</h2> <p class="spip">9. Rappelons que les gènes, d'où vient le mot « génétique », sont porteurs des informations relatives aux caractéristiques d'un être vivant, qu'il s'agisse d'une simple bactérie ou d'un être humain. Un gène est un « morceau » d'ADN (Acide Désoxyribonucléique). L'ADN est le support de l'information génétique de tout organisme vivant. On sait d'ailleurs que l'étude de l'ADN, en dehors de la recherche scientifique, est de plus en plus utilisée, par exemple pour prouver ou nier une filiation ou pour élucider certaines affaires criminelles. L'ADN est, on le verra, très largement utile dans la science de l'évolution.</p> <p class="spip">10. Les populations évoluent quand des individus porteurs de certains caractères (par exemple la grande taille) laissent une descendance plus nombreuse que les autres individus. Les caractères hérités des individus ayant une descendance abondante deviennent plus fréquents dans les générations suivantes :</p> <p class="spip">- L'évolution biologique est définie comme une modification au cours du temps des caractères génétiques au sein d'un groupe d'êtres vivants ou d'une population.</p> <p class="spip">- L'adaptation définit les caractères d'un organisme qui améliore ses capacités de survie et de reproduction en totale concordance avec son milieu naturel. Les adaptations sont des produits de la sélection naturelle.</p> <p class="spip">- La biodiversité résulte des séparations répétées d'une espèce en deux nouvelles espèces ou plus (ce que les spécialistes appellent la « spéciation »). Quand une espèce unique se sépare en deux, les deux espèces résultantes partagent de nombreux caractères puisqu'elles proviennent d'un ancêtre commun.</p> <p class="spip">11. L'évolution explique donc comment les organismes s'adaptent à leur environnement (par la sélection naturelle), comment la diversité de la vie est formée (par la spéciation) et pourquoi les organismes différents partagent des caractéristiques (par un ancêtre commun). Dans cet ordre d'idée, il est important de souligner qu'il est erroné d'affirmer que l'homme descend du singe ; l'homme et le singe sont étroitement apparentés, ils ont un ancêtre commun, mais il n'existe pas de descendance directe entre les deux.</p> <p class="spip">12. Les preuves scientifiques de l'évolution sont multiples. Les scientifiques ont montré que l'évolution est une réalité en raison :</p> <p class="spip">- de la validation apportée par les données paléontologiques,</p> <p class="spip">- de nombreux cas de partage entre les organismes de caractéristiques provenant d'un ancêtre commun,</p> <p class="spip">- de la réalité de la dérive des continents,</p> <p class="spip">- des observations directes de changements génétiques dans les populations.</p> <p class="spip">13. Notons que dans la longue chaîne de l'évolution, l'homme n'est en fait que l'un des maillons.</p> <p class="spip">14. Par ailleurs, les avancées et découvertes scientifiques en matière génétique ont permis de démontrer l'existence de mutations génétiques qui se produisent aléatoirement et qui ne sont pas orientées vers un but particulier. C'est la modification des gènes dans la descendance des êtres vivants qui définit l'évolution biologique. Chez les organismes qui connaissent une reproduction sexuée, la variabilité génétique augmente par le biais du crossing-over c'est-à-dire par l'assortiment indépendant des chromosomes et la fécondation. Ces différentes mutations génétiques ainsi que tout autre processus qui réarrangent l'information génétique, concourent à l'évolution des espèces et des populations, et tendent à renforcer la variabilité des individus et des espèces sur la planète. Les modifications génétiques provoquent des différences morphologiques, biochimiques et comportementales. La sélection naturelle et/ou la dérive génétique agissent sur ces différences entre individus ou espèces afin de produire des changements évolutifs.</p> <p class="spip">15. Outre la mise en évidence du processus d'évolution, les scientifiques ont pu mettre en exergue les conséquences de ce processus pour la vie sur terre. Trois caractéristiques principales définissent la vie sur terre : l'adaptation des organismes à leur environnement, la spéciation (séparation répétée d'une espèce en deux nouvelles espèces ou plus) qui contribue à la diversité de la vie sur terre, et l'existence d'ancêtres communs. L'évolution explique ces différentes caractéristiques de la vie sur terre.</p> <p class="spip">16. Les données paléontologiques, tel que l'inventaire des fossiles, fournissent une preuve de l'évolution des espèces et des individus au cours du temps. Les fossiles sont des vestiges préservés d'organismes autrefois vivants. Ils permettent aux biologistes de reconstruire l'histoire de la vie sur terre, et apportent, même si un certain nombre d'incertitudes demeurent, des éléments pertinents pour accréditer l'idée que les espèces ont évolué au cours du temps. La paléontologie confirme également l'existence de nouveaux groupes d'organismes à partir d'organismes existant précédemment.</p> <p class="spip">17. Le fait que des organismes partagent des caractéristiques communes est conforme aux schémas directifs des rapports évolutifs. L'une des propositions principales de l'évolution consiste à dire que les organismes devraient porter en eux-mêmes les preuves d'un passé évolutif. Et il en est bien ainsi. Les similitudes dans les modèles de développement s'expliquent par la descendance d'un ancêtre commun. Les protéines et l'ADN des organismes qui partagent un ancêtre commun sont plus proches que les protéines et l'ADN de ceux qui ne partagent pas d'ancêtre commun récent.</p> <p class="spip">18. Ensuite, la dérive des continents qui résulte de la fragmentation de la Pangée (supercontinent qui a rassemblé la quasi-totalité des terres émergées de la fin du Carbonifère au début du Jurassique), il y a au moins 200 millions d'années, permet également d'apporter des preuves de l'évolution. Les fossiles des organismes qui ont évolué au temps où les continents étaient reliés ont une distribution géographique plus large que les fossiles des organismes qui ont évolué plus récemment. La dérive des continents a eu pour effet de séparer des familles d'organismes vivants, entraînant ainsi le développement indépendant, autonome de leur descendance, concourant à l'apparition de nouvelles espèces et à l'extinction d'autres espèces.</p> <p class="spip">19. Enfin, les scientifiques ont pu observer, que ce soit en laboratoire ou dans la nature, des changements génétiques au cours du temps dans les populations ou les espèces étudiées. Ils ont par ailleurs pu eux-mêmes provoquer des modifications génétiques par croisement d'espèces, c'est ce que l'on appelle la sélection artificielle. Sélection naturelle et sélection artificielle permettent de témoigner de l'évolution.</p> <p class="spip">20. Nous pouvons citer, afin d'illustrer notre propos, quelques exemples mettant en évidence le déroulement de l'évolution :</p> <p class="spip">Les recherches en matière de lutte contre le sida ont apporté de nouveaux éléments témoignant de l'évolution. En effet, après avoir élaboré de nouveaux traitements apparus comme très prometteurs contre le VIH, les chercheurs ont constaté une évolution rapide de ce dernier en vue d'une adaptation constante à son environnement. Le VIH présente un taux de mutation particulièrement élevé, mais ce taux de mutation ne permet pas d'expliquer à lui seul le fait que ce virus évolue en augmentant considérablement sa capacité de résistance aux traitements cliniques. Souvent, un intervalle de 10 ans environ s'écoule entre le moment où un individu est atteint par le virus et le moment où se déclenchent les premiers symptômes du sida. Durant cette période on ne constate pas d'augmentation notable de la concentration du VIH dans le sang. Or, les scientifiques ont montré que le virus produisait, pendant cette même période, des millions de descendants viraux, ce qui implique que d'énormes quantités de virus sont détruites très rapidement après leur production. Le corps héberge donc de nombreuses souches de VIH différentes qui entrent en concurrence et luttent pour leur survie face aux différents traitements cliniques. D'une façon générale, les changements récents du virus du sida témoignent de la capacité de tout organisme à évoluer.</p> <p class="spip">21. La résistance de nombreux insectes aux nouveaux pesticides témoigne de la même manière de leur adaptation à un environnement nouveau dans lequel, seuls les plus résistants survivent. La résistance aux antibiotiques est également très révélatrice. Aujourd'hui de nombreuses espèces de bactéries sont résistantes à toutes sortes d'antibiotiques, parce que, par sélection naturelle, seules les quelques bactéries qui ont résisté se sont multipliées.</p> <p class="spip">22. Il est important de noter que, depuis Darwin, les moyens de vérification des hypothèses formulées se sont multipliés. De la forme des fossiles découverts à l'étude de leur ADN, le recoupement des informations permet d'aboutir à une très grande objectivité.</p> <p class="spip">23. Incontestablement, l'évolution est une véritable science.</p> <p class="spip">24. Comme le note Guillaume Lecointre, professeur de zoologie au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, la science est l'ensemble des opérations produisant de la connaissance objective. Une affirmation sur le monde ne peut être qualifiée d'objective que si elle a été vérifiée par un observateur indépendant. Cette vérification dépend de trois facteurs : le scepticisme, la rationalité et la logique, et enfin le matérialisme méthodologique. Ces différents piliers assurent l'objectivité d'un résultat scientifique.</p> <p class="spip">25. Les recherches scientifiques en matière d'évolution n'ont pas fait exception.</p> <p class="spip">26. A l'heure actuelle, les scientifiques de toutes nations et toutes religions s'accordent ainsi sur la réalité de l'évolution. Ils ne cherchent plus à savoir « si » l'évolution a bien eu lieu, mais « comment » elle a eu lieu. Des interrogations demeurent au sein du milieu scientifique quant à la compréhension de l'ensemble des processus qui concourent à l'évolution, et cela consiste notamment à déceler les mécanismes qui ont présidé à la structuration actuelle de la biodiversité [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb16" name="nh16" id="nh16" class="spip_note" title='[16] Hervé Le Guyader, Biologiste, Professeur à l&#39;Université Paris VI (...)' >16</a>]. Mais, faut-il le rappeler, aucune science n'est achevée et régulièrement de nouvelles découvertes permettent d'avancer pour comprendre le « comment » des choses.</p> <p class="spip">27. En outre, comme le souligne Hervé Le Guyader, la pensée évolutionniste imprègne désormais tous les domaines de la biologie, et, par la dimension historique du processus de l'évolution, elle touche également les sciences de la Terre et de l'univers. En effet, les avancées de la recherche en matière d'évolution ont conduit à élargir le socle de cette théorie, si bien qu'aujourd'hui, l'évolution des populations et parmi elles des hommes, n'est qu'un pan de l'évolution dans sa globalité. La poursuite des recherches en matière d'évolution apporte toujours plus de preuves en faveur de la véracité de la théorie de l'évolution.</p> <p class="spip">28. L'une des découvertes de l'étude de notre planète, de nombreuse fois confirmée, est la datation des grands évènements qui l'ont marquée :</p> <p class="spip">- Le système solaire, donc la terre, s'est formé il y a approximativement 4,6 milliards d'années ;</p> <p class="spip">- la vie est apparue sur Terre il y a au moins 2,5 milliards d'années (sous forme de bactéries unicellulaires) et, il y a 200 millions d'années environ, la Pangée a commencé à se fractionner pour former les continents que nous connaissons aujourd'hui ;</p> <p class="spip">- L'homo sapiens, c'est-à-dire l'homme est apparu lui, il y a 100 000 à 200 000 ans.</p> <p class="spip">On comprend ainsi pourquoi ces découvertes ont interpellé ceux qui donnent une interprétation stricte de la première partie de la Bible, c'est-à-dire la Genèse.</p> <h2> Le créationnisme</h2> <p class="spip">29. Ces différentes découvertes et avancées scientifiques en matière d'évolution ont en effet suscité de vives réactions d'opposition portées par divers mouvements dits « créationnistes », mot qui vient de « création » au sens biblique du terme.</p> <p class="spip">30. Les partisans du créationnisme, pour les plus intransigeants d'entre eux, affirment que le monde a été créé par Dieu en six jours et soutiennent que les théories transformistes ou évolutionnistes s'opposant à la Bible, selon laquelle Dieu aurait créé chaque espèce végétale ou animale de façon individuelle, ne peuvent être que mensongères. La science a tort disent-ils, puisque, au sens le plus strict qui soit, la Bible dit autre chose, ce qui rappelle, notons le en passant le procès d'un certain Galilée.</p> <p class="spip">31. Ce créationnisme strict se subdivise lui-même en deux branches. Une première branche rejette catégoriquement le discours scientifique, et une seconde branche, aussi appelée « créationnisme scientifique » ou « science de la création », considère que le conflit science contre religion n'est qu'illusion.</p> <p class="spip">32. Selon le « créationnisme scientifique », l'auteur de la création, tel que présenté dans la bible, est constamment présent et intervient dans les différents processus qui concourent à l'évolution. Au sein même du créationnisme scientifique, le débat sur l'âge de la terre oppose les Young-Earth Creationists (YEC) aux Old-Earth Creationists (OEC). Les premiers pratiquent une lecture littérale des onze premiers chapitres de la Genèse, les seconds admettent que la création a pu se dérouler sur une période longue et cherchent à concilier les données scientifiques avec le récit de la Genèse.</p> <p class="spip">33. Ensuite, aux cotés de ces différentes tendances qui se réunissent sous le couvert du créationnisme strict, l'on trouve un créationnisme dit progressif qui ne rejette pas totalement l'évolution mais qui défend l'idée que la création implique nécessairement des interventions divines successives.</p> <p class="spip">34. Des affrontements entre créationnistes et ceux qui défendaient les théories de Darwin ont eu lieu tout au long du XIXe et du XXe siècles, notamment aux Etats-Unis. En 1925, lors du premier procès dit « du singe », John Scopes, un enseignant de Dayton en Ohio, fut condamné pour avoir enseigné la théorie de l'évolution à ses élèves. Cependant, grâce aux découvertes et avancées scientifiques, en matière biologique notamment, la théorie de l'évolution va peu à peu s'imposer. En 1968, aux Etats-Unis, la Cour Suprême déclare anticonstitutionnelles les lois anti-évolutionnistes en vigueur dans plusieurs Etats.</p> <p class="spip">35. Le dernier quart du XXe siècle a été marqué par une résurgence non négligeable des thèses créationnistes. Face au revers subi contre les défenseurs de la théorie de l'évolution, les créationnistes ont cherché à s'adapter, si bien que, dans le récit actuel des « néocréationnistes », Dieu et la Bible sont, du moins en apparence, totalement absents. Il n'est en effet plus question de création divine. La mouvance néocréationniste, que représente notamment « lntelligent Design », défend l'hypothèse de l'intervention d'une intelligence dite supérieure. Se présentant comme scientifique, l'Intelligent Design revendique que ses thèses soient enseignées dans les cours de biologie, aux cotés de la théorie de l'évolution.</p> <p class="spip">36. Mais, en 2005, les créationnistes de l'Intelligent Design ont à leur tour subi un revers aux Etats-Unis. En effet, le juge John Jones, de Pennsylvanie, a déclaré que l'enseignement de l'Intelligent Design dans les écoles violait la séparation constitutionnelle entre l'Eglise et l'Etat.</p> <p class="spip">37. Malgré cela, Le créationnisme (ou néocréationnisme) est toujours fortement développé dans le milieu anglo-saxon, principalement aux Etats-Unis et en Australie. L'institut américain de recherche Pew a réalisé en juillet 2005 un sondage montrant que 64 % des Américains étaient favorables à l'enseignement de l'Intelligent Design en plus de la théorie de l'évolution, et 38 % des Américains seraient partisans d'un abandon total de l'enseignement de l'évolution dans les écoles publiques. Le président américain Georges W. Bush adhère au principe du double enseignement de l'Intelligent Design et de la théorie de l'évolution. A l'heure actuelle, 20 Etats américains sur 50, sont concernés par de potentiels aménagements des programmes scolaires en faveur de l'Intelligent Design.</p> <h2> Le créationnisme en Europe</h2> <p class="spip">38. Beaucoup pensent que ce phénomène ne touche que les Etats-Unis et que dès lors, même si on ne peut être insensible à ce qui se passe outre-atlantique, ce n'est pas le rôle du Conseil de l'Europe de se pencher sur cette question. En réalité il n'en est rien et, au contraire, il est urgent de prendre dès maintenant dans nos 47 pays les précautions qui s'imposent.</p> <p class="spip">39. Au côté d'un créationnisme d'obédience chrétienne, l'on trouve désormais un créationnisme d'obédience musulmane. En effet, avec la percée des mouvements islamistes au début des années 1980, les arguments créationnistes d'origine chrétienne sont devenus populaires parmi certains milieux musulmans.</p> <p class="spip">40. Aujourd'hui, des créationnistes de plusieurs confessions cherchent à imposer leurs idées en Europe. On a ainsi pu assister, depuis quelques années, à plusieurs manifestations émanant de ces différents mouvements sur le continent eurasiatique. Les établissements scolaires semblent par ailleurs en être la cible privilégiée. Le début de l'année 2007 a été marqué par une offensive menée par le créationniste turc, musulman, Harun Yahya qui a fait parvenir à de nombreux établissements scolaires français, belges, espagnols et suisses son dernier et très luxueux ouvrage intitulé L'Atlas de la Création, ouvrage qui prétend dénoncer « l'imposture » de la théorie de l'Evolution. En France, le ministère de l'Education nationale, après avoir pris l'avis de spécialistes, a immédiatement réagi en demandant expressément le retrait de cet ouvrage des centres de documentation des établissements scolaires touchés car aucune des qualités de rigueur exigées pour l'enseignement n'était présente dans ce livre.</p> <p class="spip">41. L'attaque des créationnistes se fait sur deux fronts : soit ils nient totalement la scientificité de l'évolution, soit ils tentent de placer l'incertitude au cœur du débat qui les oppose aux défenseurs de la théorie de l'évolution. Pour cela, ils s'appuient sur le fait que la science de l'évolution, comme toute science n'est pas « fermée », c'est à dire qu'elle remet en cause certains éléments ou en précise d'autres (sans que cela remette en question les fondements sur lesquels elle repose).</p> <p class="spip">42. Pour les créationnistes de toutes tendances, la part d'incertitude qui entoure malgré tout la réflexion scientifique relative à la création et à l'évolution est trop importante pour accorder un crédit suffisant à cette théorie. Faut-il leur rappeler qu'il en est ainsi de toute science ? Il n'est qu'à citer l'exemple de l'atome considéré comme insécable, puis partagé en noyau et électrons avant la découverte des quarks. Ces découvertes scientifiques n'ont pour autant jamais remis en cause les fondements de la théorie atomique ! Une théorie scientifique produit de nouvelles connaissances qu'elle s'efforce d'interpréter selon ses paradigmes dominants, ce qui oblige la théorie à évoluer pour prendre en compte toutes ces nouvelles données [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb17" name="nh17" id="nh17" class="spip_note" title='[17] Pascal Picq, Lucy et l&#39;Obscurantisme, Odile Jacob, avril 2007, (...)' >17</a>]. Seulement, réinterroger et faire évoluer une théorie ne signifie pas remettre en cause le principe fondateur de cette théorie. Il en est de même pour la théorie de l'évolution.</p> <p class="spip">43. Si les plus radicaux des créationnistes sont partisans d'un négationnisme brut en ce sens qu'ils nient complètement les avancées et les découvertes scientifiques attenantes à l'évolution des espèces, d'autres mouvements créationnistes se proclament scientifiques. Cette affirmation semble tout à fait contradictoire. Le créationnisme dit scientifique est en effet la volonté de fonder scientifiquement le récit des textes sacrés. Or, comme le souligne Guillaume Lecointre, comme la construction d'un mythe n'a rien à voir avec la construction d'une affirmation scientifique, les énoncés produits par l'un et l'autre n'ont que très peu de chance de se recouper. D'autres mouvements encore, promeuvent l'idée qu'il y a bien eu évolution mais que cette évolution est le fruit d'une volonté transcendante, d'un « dessein intelligent ».</p> <p class="spip">44. Face à ces affirmations et autres revendications de scientificité émanant de mouvements créationnistes divers, il est légitime de se demander : Comment les créationnistes prétendent-ils prouver scientifiquement ce qu'ils avancent ? La scientificité d'une affirmation dépend pour une grande part de la capacité à en vérifier l'objectivité par la reproduction d'expériences ou d'observations. Comme nous allons le montrer, le caractère scientifique des thèses alternatives présentées par les créationnistes peut sérieusement être mis en doute, voire totalement réfuté.</p> <p class="spip">45. Alors que les sciences de l'évolution ont considérablement évolué depuis Charles Darwin, les créationnistes eux, n'ont pas avancé dans leur triste registre d'arguties [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb18" name="nh18" id="nh18" class="spip_note" title='[18] Pascal Picq, op. cit., p. 98.' >18</a>]. L'évolution n'a pas cessé « d'évoluer ! » depuis sa théorisation par Charles Darwin. La Science est un ensemble de connaissances en perpétuelle construction et reconstruction. La démarche scientifique consiste à toujours réinterroger ses modèles qui restent vrais tant qu'ils n'ont pas été réfutés. L'argumentaire créationniste n'a lui jamais évolué, ne se fonde sur aucune démonstration scientifique. Ils présentent des faits sans théorie ou un argumentaire théorique sans faits venants approuver ou réfuter cet argumentaire. Le créationnisme apparaît plus dogmatique que scientifique.</p> <p class="spip">46. Guillaume Lecointre a montré qu'ils prenaient d'abord quelque liberté à l'égard des règles scientifiques élémentaires. Une première entorse s'opère vis-à-vis du scepticisme. Dans toute expérience créationniste, la foi imprime une idée préconçue du résultat attendu. La foi ne permet pas d'accepter objectivement le résultat d'une expérience scientifique si celui-ci ne correspond pas aux croyances auxquelles on s'attache. Il semble donc incompatible d'associer foi et science. La seconde entorse relevée est celle qui se rapporte au fait que même si les créationnistes semblent respecter la logique, celle-ci se fonde sur de fausses prémisses, voire sur une sélection tendancieuse des faits. Enfin de nombreuses entorses à la méthode et à l'expérimentation peuvent être relevées. Comme le souligne G. Lecointre, le créationnisme scientifique est par définition aux antipodes de la science en ce sens qu'il nie la nécessité du recours […] aux réalités matérielles […] pour établir des vérités. Or, rappelons-le, la détermination de connaissances ne peut être rendue possible sans démonstration scientifique, sans en avoir vérifié l'objectivité, la scientificité, par la reproduction d'expériences et/ou d'observations. Les créationnistes formulent un certain nombre d'affirmations scientifiquement non testables et donc non prouvables. Il est donc aisé de se rendre compte de l'imposture des créationnistes qui se proclament scientifiques. Imposture d'autant plus grande que, conscients de leur impossibilité à prouver scientifiquement ce que prône leur dogme, certains créationnistes vont même jusqu'à fabriquer des faits et des fausses preuves. Ainsi, au-delà des interprétations aberrantes que proposent certains créationnistes, il apparaît que d'autres n'hésitent pas à fabriquer des « pseudo »-preuves afin de tenter de démontrer la scientificité de leurs propos.</p> <p class="spip">47. Ainsi, le prédicateur turc Harun Yahya semble lui user conjointement de ces deux procédés. Dans ses nombreux ouvrages anti-darwinistes, Harun Yahya tente de démontrer l'absurdité et la non scientificité de la théorie de l'évolution qui n'est pour lui qu'une des plus grandes « supercheries de Satan ». Or, la démonstration pseudo-scientifique qu'il opère dans son ouvrage intitulé <i class="spip">L'Atlas de la Création,</i> ne peut en aucun cas être considérée comme scientifique. L'auteur tente en effet de prouver la non scientificité de la théorie de l'évolution en mettant en cause les preuves de l'évolution. Harun Yahya ne rend compte d'aucun questionnement préalable. De plus, ne faisant que comparer des photos de fossiles à des photos d'espèces actuelles, il n'apporte aucune preuve scientifique à ses propos. Mieux même, comme nous l'a fait remarquer à titre d'exemple Pascal Picq, on voit page 60 de l'ouvrage une superbe photo d'un fossile d'une perche avec en légende l'affirmation que cette perche n'a pas évolué depuis des millions d'années. Or ceci est faux, l'étude détaillée du fossile et des perches actuelles montre qu'au contraire elles ont beaucoup évolué. Hélas le livre d'Harun Yahya est rempli de contrevérités de ce type. L'ensemble de l'argumentaire contenu dans cet ouvrage, ne se fonde sur aucune démonstration scientifique. L'ouvrage d'Harun Yahya apparaît davantage comme un traité de théologie primitif que comme une réfutation scientifique de la théorie de l'évolution. On peut noter que ce dernier dit avoir le soutien de grands scientifiques. Encore faudrait-il qu'il s'agisse de spécialiste de la biologie de l'évolution !</p> <p class="spip">48. Des critiques similaires peuvent être formulées vis-à-vis du caractère « pseudo »-scientifique de l'Intelligent Design. Les défenseurs de l'Intelligent Design présentent la théorie darwinienne de l'évolution, non pas comme une théorie scientifique mais comme une idéologie ou une « philosophie naturelle ». Dès lors ils considèrent qu'elle ne peut être enseignée en tant que « science » dans les écoles ou alors il faut aussi,disent-ils, en parallèle, enseigner l'Intelligent Design. L'insertion dans les programmes scolaires des thèses de l'Intelligent Design présentées comme scientifiques du fait de l'occultation totale de la Bible et de Dieu, tend alors à être légitimée. Or, comme l'a montré G. Lecointre, l'Intelligent Design constitue une anti-science : on peut appeler anti-science toute entreprise de fraude scientifique caractérisée, d'imposture intellectuelle ou d'opération de communication brouillant la nature, les objectifs et le champ de légitimité de la science. Le mouvement de l'Intelligent Design relèverait de l'antiscience pour plusieurs raisons. Tout d'abord, la nature de la science est faussée. Ensuite, les objectifs de la science sont faussés. Les écrits des principaux ténors de ce mouvement démontrent que leurs motivations et leurs objectifs ne sont pas scientifiques mais religieux.</p> <p class="spip">49. L'intelligent Design annihile toute dynamique de recherche, il identifie des difficultés ou des incertitudes, inhérentes à toute science, et saute immédiatement à la conclusion que la seule façon de les résoudre est de recourir à une « cause intelligente » sans chercher d'autres explications. Aussi, vouloir l'enseigner dans les cours de science n'est pas admissible. Il ne suffit pas en effet de se présenter comme une thèse alternative pour faire son entrée dans les programmes scolaires scientifiques. Pour se prétendre Science, il faut ne recourir qu'à des causes naturelles dans ses explications, or l'Intelligent Design ne fait appel qu'à des causes surnaturelles.</p> <p class="spip">50. Par ailleurs, la non publication des travaux réalisés par les différents mouvements créationnistes n'est que la traduction de leur non acceptation par la communauté scientifique. Harun Yahya possède, lui, sa propre maison d'édition, ce qui lui permet de publier en masse ses ouvrages. Mais sans cela, ses travaux n'auraient probablement jamais pu être autant diffusés. Enfin il faut signaler que s'il y a unanimité chez les scientifiques spécialistes de l'évolution, il n'existe pas de consensus autour d'une théorie créationniste en particulier. Chacun des nombreux mouvements créationnistes est persuadé de détenir la vérité. Le manque de reconnaissance des thèses alternatives par la communauté internationale témoigne du fait que les mouvements créationnistes restent, quoiqu'ils en disent, marginaux et ne peuvent donc être considérés avec suffisamment de sérieux pour faire leur entrée dans les programmes scolaires.</p> <p class="spip">51. L'enseignement de thèses alternatives en tant que sciences, ne peut donc être acceptable. Un tel enseignement représenterait en soi un danger, et ferait prendre le risque de voir se développer une multitude de thèses toutes aussi absurdes les unes que les autres et ne ferait que semer le trouble chez les élèves ou les étudiants.</p> <p class="spip">52. Dans cet ordre d'idée, au nom du principe d'ouverture à des théories alternatives prôné par les créationnistes scientifiques, et afin de montrer l'incohérence de l'enseignement des thèses créationnistes aux cotés de la théorie de l'évolution, un mouvement s'est ironiquement développé aux Etats-Unis. Ce mouvement dit du « Pastafarisme » défend la théorie du Monstre en Spaghettis Volant. Le Pastafarisme est une parodie de religion créée en réaction à la décision du Comité d'Education de l'Etat du Kansas de permettre l'enseignement de l'Intelligent Design dans les cours de science au même titre que la théorie de l'évolution. Selon le Pastafarisme, un être invisible et omniscient appelé le « Monstre en Spaghettis Volant » a créé l'univers en un jour. Les défenseurs du Pastafarisme revendiquent, tout comme l'Intelligent Design, une place dans les programmes scolaires. Comble de l'ironie, cette pseudo-religion fait des émules et le culte tend à se répandre…</p> <h2> Créationnisme et éducation : Les principales manifestations créationnistes en Europe, états des lieux et réactions des milieux scientifiques et religieux</h2> <p class="spip"><strong class="spip"> En Turquie :</strong></p> <p class="spip">53. La Turquie, un des rares pays musulmans officiellement laïc depuis l'instauration d'une république par Moustafa Kemal Ataturk en 1923, apparaît comme l'un des principaux berceaux du créationnisme scientifique islamique. Comme l'a souligné Jacques Arnoult [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb19" name="nh19" id="nh19" class="spip_note" title='[19] Jacques Arnoult, op. cit., p.135' >19</a>], La Turquie apparaît comme l'un des centres les plus actifs et les plus structurés de ce courant fondamentaliste.</p> <p class="spip">54. Le prédicateur islamiste turc Harun Yahya, de son vrai nom Adnan Oktar, se trouve être l'une des figures les plus emblématiques de ce mouvement. Agé d'une cinquantaine d'années, Harun Yahya publie des ouvrages sur la création ou la religion depuis une vingtaine d'années, il possède par ailleurs sa propre maison d'édition, Global, dont le siège se trouve à Istanbul. En 1991, Adnan Oktar a créé le BAV, Bilim Arastirma Vakfi, (Fondation pour la Recherche et la Science). Le BAV a été très actif depuis sa création pour tenter de faire disparaître de l'enseignement turc toute idée d'évolution, il publie et organise en outre de nombreuses conférences sur le créationnisme dans les principales villes turques. Il semblerait que le BAV soit proche de l'ICR, Institut for Creation Research, américain.</p> <p class="spip">55. Le dernier ouvrage d'Harun Yahya est paru en décembre 2006 et s'intitule <i class="spip">L'Atlas de la Création</i>. Ce très gros livre constitue le premier volume d'une série de sept ouvrages. Il tente de réfuter en 772 pages très richement illustrées le darwinisme et la théorie de l'évolution. La conclusion de cet ouvrage est claire : « la création est un fait » et « l'évolution une imposture ». De plus, l'auteur dénonce de façon virulente « les liens occultes existant entre le darwinisme et les sanglantes idéologies telles que le fascisme et le communisme ». Harun Yahya a depuis le début de l'année 2007 lancé une offensive qui vise à la diffusion massive de son dernier ouvrage en Europe et dans le Monde.</p> <p class="spip">56. Par ailleurs, à noter que les thèses créationnistes apparaissent déjà dans certains manuels scolaires turcs, et 75 % des lycéens turcs ne croient pas à la théorie de l'évolution. Cependant, des mouvements de contestation se sont formés en Turquie. Une commission a été créée en 1998 pour répondre aux critiques et aux attaques créationnistes à l'encontre des idées évolutionnistes et pour tenter de prévenir l'opinion publique. La TÜBA, l'académie des sciences, et le TÜBITAK, le conseil national pour la recherche scientifique et technique, ont aussi pris position en faveur de l'évolution.</p> <p class="spip"><strong class="spip"> En France :</strong></p> <p class="spip">57. L'offensive d'Harun Yahya : Au début de l'année 2007, le créationniste turc Harun Yahya, a fait parvenir dans de très nombreux établissements scolaires français et centres de documentation, son ouvrage intitulé « L'Atlas de la Création ». En réponse, le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, a demandé aux recteurs d'académies de veiller à ce que ce livre « qui ne correspond pas au contenu des programmes établis par le ministère, ne figure pas dans les centres de documentation et d'information des établissements scolaires ». Hervé Le Guyader, professeur de biologie de l'évolution à l'Université Paris VI, a été chargé par l'Inspection générale de l'Education nationale d'analyser de façon détaillée cet atlas. Hervé Le Guyader juge ce livre « beaucoup plus dangereux que les initiatives créationnistes précédentes, souvent d'origine anglo-saxone ». Selon lui, le luxe de l'ouvrage et la méthode employée par l'auteur peuvent « s'avérer redoutablement efficace pour un public non averti ». La teneur scientifique de ce livre lui semble par ailleurs « d'un pauvreté affligeante ». <i class="spip">L'Atlas de la Création</i> a également été envoyé à de nombreux journalistes.</p> <p class="spip">58. L'UIP Université Interdisciplinaire de Paris : L'UIP, association loi 1901, a été créée en 1995 sur les cendres de l'Université Européenne de Paris, fondée en 1989 pour succéder à l'Université Populaire de Paris. Soutenue à ses débuts par des entreprises prestigieuses, elle a progressivement été abandonnée par ses sponsors en raison des soupçons de néocréationnisme qui pesaient sur elle. L'UIP travaille activement à l'introduction de la spiritualité dans les sciences et dans la société. Elle serait par ailleurs très proche de la mouvance américaine de l'Intelligent Design. La diffusion sur ARTE en octobre 2005 du documentaire de Thomas Johnson, Homo sapiens, une nouvelle histoire de l'Homme a par ailleurs été très controversée en France. En effet, ce documentaire semble s'être très largement inspiré des travaux d' Anne Dambricourt-Malassé, chargée de recherche au CNRS, rattachée au muséum d'histoire naturelle de Paris, et alors membre du conseil scientifique de l'UIP. Le documentaire a été accusé de véhiculer un message néocréationniste et de servir la cause de l'UIP.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Suisse :</strong></p> <p class="spip">59. Manifestation d'Harun Yahya en Suisse Romande : En Mars 2007, de très nombreuses écoles de la Suisse romande ont également reçu l'ouvrage d'Harun Yahya, l<i class="spip">'Atlas de la Création.</i> Georges Schürch, directeur général des Cycles d'Orientation Genevois a relaté que le livreur chargé de la distribution de cet ouvrage en Suisse romande lui aurait confié avoir un millier d'exemplaires à distribuer. Georges Schürch a, à cette occasion, rappelé que tout nouvel ouvrage ne peut être autorisé pour l'enseignement sans examen préalable.</p> <p class="spip">60. Jacqueline Horneffer, secrétaire adjointe de l'instruction publique de Genève a demandé aux établissements scolaires de refuser la livraison de cet ouvrage, ce qu'ils ont fait. Selon elle, « le livre ne correspond pas aux théories scientifiques actuelles et ne respecte pas la séparation entre l'enseignement laïc et confessionnel ». En Suisse, l'<i class="spip">Atlas de la Création</i> a également été envoyé à des journalistes et des scientifiques.</p> <p class="spip">61. Le Centre Biblique Européen : Les créationnistes sont également représentés en Suisse par le Centre Biblique Européen et son animateur Daniel Mathez. Le Centre Biblique Européen est une maison d'édition créationniste qui a déjà publié une quinzaine d'ouvrages.</p> <p class="spip">62. Le Groupuscule ProGenesis : Le groupuscule créationniste suisse ProGenesis œuvre pour la réhabilitation du livre de la Genèse, son but est d'imposer le créationnisme face à l'évolutionnisme, et ce par des moyens médiatiques ou ludiques. Dans cet ordre d'idée, ProGenesis a mis en place un projet nommé Genesis-Land. Il s'agit d'un parc de loisirs qui pourrait être construit dans le nord-est de la Suisse et qui aurait pour objectif de « diffuser le message chrétien comme un contrepoids à la théorie omniprésente de l'évolution de Darwin ».</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Belgique :</strong></p> <p class="spip">63. Tentative d'infiltration créationniste dans les écoles belges : Après la France, et parallèlement à l'offensive menée en Suisse, Harun Yahya a lancé la diffusion de son <i class="spip">Atlas de la Création</i> en Belgique en Mars 2007. Dans une circulaire datée du 22 mars 2007, la ministre chargée de l'enseignement obligatoire et de la promotion sociale, Marie Arena, met en garde « l'ensemble des équipes éducatives contre les valeurs véhiculées dans ce document ». La ministre « compte sur la vigilance de chacun [...] pour veiller à ce qu'il ne constitue en rien un outil pédagogique à destination des élèves ».</p> <p class="spip">64. Mobilisation du monde universitaire bruxellois : Depuis le début de l'année 2007, des universitaires belges rattachés à l'ULB, Université Libre de Bruxelles, ont donné une série de conférences ayant pour thème central le questionnement suivant : Dieu ou Darwin ? Parmi ces différents travaux, l'on trouve une étude menée par Laurence Perbal, universitaire, portant sur « l'évaluation de l'opinion des étudiants de l'enseignement secondaire et supérieur de Bruxelles vis-à-vis des concepts d'évolution ». Cette étude montre notamment « qu'une grande partie des individus interrogés semble considérer que la théorie darwinienne de l'évolution ne concerne que l'aspect physique de l'homme et non pas son âme ou sa conscience ». Par ailleurs, « une grande partie des étudiants déclare n'avoir jamais entendu parler de la théorie néodarwinienne de l'évolution bien qu'elle soit au programme du cours de biologie de la dernière année des études secondaires ».</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Pologne :</strong></p> <p class="spip">65. La théorie de l'évolution et le « darwinisme » ont été publiquement remis en cause à l'automne 2006 par le vice-ministre polonais de l'Education et député de Lodz, Miroslow Orzechowski, rattaché à la Ligue des familles polonaises (LPR, parti d'extrême droite ultracatholique). Il a déclaré que « la théorie de l'évolution est un mensonge, une erreur qu'on a légalisé comme une vérité courante ». Il a ajouté qu'« il ne faut pas enseigner les mensonges, tout comme il ne faut pas enseigner le mal à la place du bien et la laideur à la place de la beauté ». Enfin, selon lui, la théorie évolutionniste n'est « qu'une histoire à caractère littéraire qui pourrait servir de trame à un film de science fiction ». Peu avant cela, au début du mois d'octobre 2006, Maciej Giertych, eurodéputé LPR, père du ministre polonais de l'Education Roman Giertych, avait demandé le retrait de la théorie de Darwin des programmes scolaires, prétextant qu'elle n'est pas « soutenue par des preuves ».</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Russie :</strong></p> <p class="spip">66. En février 2007, en Russie, le ministère de l'Education et de la Science s'est vu attaqué par une jeune fille de 16 ans et son père n'acceptant pas que les manuels scolaires de biologie ne proposent qu'une théorie, celle de l'évolution, incompatible avec leurs croyances. Les plaignants ont alors été soutenus par des membres de l'église orthodoxe de Russie. Il semble qu'à l'heure actuelle, en Russie, l'enseignement de la théorie de l'évolution soit de plus en plus remis en cause par des élèves et leurs parents qui souhaitent pouvoir avoir accès à un enseignement plus proche de leurs convictions religieuses et personnelles. Le père Tchapline, vice-président du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, déplore le caractère idéologique de la théorie de l'évolution, seule théorie enseignée dans les écoles russes depuis l'époque soviétique. Le père Tchapline plaide en effet pour le droit des élèves et de leurs parents à avoir un enseignement qui ne va pas à l'encontre de leur foi. Ce droit, rappelle-t-il, est garanti par la législation internationale.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Italie :</strong></p> <p class="spip">67. Letizia Moratti, alors ministre italienne de l'Enseignement et de la Recherche de Silvio Berlusconi, a proposé en février 2004, dans le cadre d'une réforme de l'éducation et notamment des programmes scolaires, un décret visant à abolir l'enseignement de la théorie de l'évolution dans l'enseignement primaire et secondaire. On ne trouvait plus, dans les programmes scolaires, les cours portant sur la théorie de l'évolution. Les communautés scientifiques et journalistiques italiennes se sont alors mobilisées. En avril 2004, une commission a été chargée de réfléchir à la question. En février 2005, le rapport de cette commission a été rendu, celui-ci rappelle que l'étude de l'évolution est essentielle pour une vision globale de la vie, ainsi que l'importance des sciences naturelles dans la culture moderne. Par ailleurs, le rapport souligne que l'enseignement des théories darwiniennes permet de prévenir le racisme et l'eugénisme. Depuis lors, aucun nouveau décret n'a été publié. La réforme des programmes scolaires serait toujours en cours, mais ne devrait pas permettre la suppression des théories darwinienne de l'enseignement.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Grèce :</strong></p> <p class="spip">68. La théorie de l'évolution, sans être bannie des programmes scolaires, est souvent reléguée en fin de programme, en fin d'année scolaire. En conséquence, la théorie de l'évolution est rarement étudiée dans le secondaire par manque de temps.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Angleterre :</strong></p> <p class="spip">69. En Angleterre, des créationnistes donnent des conférences dans les écoles publiques et les universités. A l'été 2006, l'Angleterre a accueilli pendant trois jours le plus grand colloque international des créationnistes. Le syndicat enseignant le plus important en Grande Bretagne, The National Union of Teachers (NUT), a tiré la sonnette d'alarme et réclame une législation pour faire obstacle à l'influence croissante des groupes religieux dans le système éducatif britannique. Selon le NUT, donner plus de pouvoir aux groupes religieux se fera probablement au détriment de la cohésion sociale et interculturelle. La Royal Society, ainsi que l'Archevêque de Canterburry, ont pris position contre l'enseignement du créationnisme dans les établissements scolaires britanniques. Diverses organisations, comme le British Centre for Science Education, dénoncent des tentatives d'introduction d'un enseignement créationniste dans les écoles.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Serbie :</strong></p> <p class="spip">70. En 2004, la ministre de l'Education, Liliana Colic, a été contrainte de démissionner de son poste après avoir ordonné aux écoles d'abandonner l'enseignement de la théorie Darwinienne de l'évolution, si les thèses créationnistes n'étaient pas également présentes dans les programmes scolaires. L'Académie des sciences et des arts ainsi qu'une quarantaine d'associations ont alors dénoncé ce danger qu'ils qualifiaient de dérive théocratique.</p> <p class="spip"><strong class="spip">Aux Pays-Bas :</strong></p> <p class="spip">71. En 2005, la ministre néerlandaise de l'Education de l'époque, Maria Van der Hoeven, a suscité le trouble en proposant l'organisation d'un débat sur l'enseignement des théories de l'évolution dans les écoles de son pays. Pourtant, six ans auparavant, une trêve avait été conclue entre les différents partis politiques de façon à ce que l'évolution figure au programme de tous les établissements scolaires des Pays-Bas, y compris ceux d'appartenance confessionnelle que l'Etat finance, sans exercer pour autant un contrôle idéologique. Lors d'une interview, Maria Van der Hoeven a estimé que les théories de Charles Darwin n'étaient pas complètes et que de nouveaux éléments avaient été mis en évidence depuis, notamment par les tenants de l'Intelligent Design. Cependant, la ministre a annoncé qu'elle n'entendait pas introduire les thèses créationnistes dans les programmes scolaires, souhaitant seulement confronter ses partisans à ceux de l'évolution. L'initiative de la ministre Van der Hoeven n'a reçu qu'un très faible écho, y compris dans son propre parti, l'appel chrétien démocrate (CDA). Le D66, parti de centre gauche, allié du CDA, est totalement opposé au fait de placer sur un pied d'égalité le créationnisme et l'évolution. Le VVD, parti libéral de droite, est du même avis.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Suède :</strong></p> <p class="spip">72. La Suède a ouvert le premier musée créationniste à Uméa en 1996.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Allemagne :</strong></p> <p class="spip">73. Dans une ville universitaire de la Hesse, en Allemagne, le créationnisme semble déjà s'être propagé dans les établissements scolaires. Les professeurs de science de la vie et de la terre d'un lycée privé reconnu par l'Etat, apprennent aux élèves qu'un créateur est à l'origine des différents « types principaux » d'animaux. Alertés, des parents d'élèves ont interpellé le ministère de l'Education du Land mais ce dernier a estimé qu'il n'y avait pas d'infraction directe aux programmes scolaires, et a déclaré ne pas être compétent sur ces questions. Certains parents ont alors retiré leurs enfants de cet établissement.</p> <p class="spip"><strong class="spip">En Espagne :</strong></p> <p class="spip">74. Un mois après la France, l'<i class="spip">Atlas de la création</i> de M. Yahya a été reçu par des professeurs de la faculté de biologie de l'université de Barcelone et par la bibliothèque de la même université.</p> <h2>Positionnement des autorités religieuses</h2> <p class="spip"><strong class="spip">La position du Vatican et des mouvements religieux chrétiens</strong></p> <p class="spip">75. Pendant longtemps, l'Eglise catholique s'est opposée au transformisme puis à l'évolutionnisme. Cependant, cette opposition de l'Eglise catholique doit être appréhendée au regard du cadre plus global de méfiance qui régnait à l'époque vis-à-vis de la science et, compte tenu du climat international de l'époque autour du socialisme qui était considéré comme une conséquence de l'évolutionnisme ! Ainsi pendant longtemps, des affrontements eurent lieu entre les révolutionnaires positivistes et les catholiques de la restauration monarchique. L'Eglise catholique s'est montrée clairement créationniste pendant très longtemps. Après le concile de Vatican II, l'Eglise catholique a été plus discrète, presque en retrait sur la question, jusqu'à ce qu'en 1996, le 23 octobre, le Pape Jean-Paul II reconnut que les théories de Darwin étaient « plus qu'une hypothèse ». Au sein de l'Eglise catholique les débats concernant l'évolutionnisme restent cependant d'actualité. Plusieurs mouvements défendent encore le créationnisme comme un dogme. En juillet 2005, Christoph Schönborn, Archevêque de Vienne, publiait dans le New York Times une tribune affirmant que les déclarations du Pape Jean-Paul II ne pouvaient pas être interprétées comme étant une reconnaissance de l'évolutionnisme. Par ailleurs, l'Archevêque reprenait des arguments mis en avant par les défenseurs de l'Intelligent Design. Cependant, il est important de noter que la majorité des catholiques contemporains acceptent désormais la neutralité de la science.</p> <p class="spip">76. Dans la lignée de son prédécesseur, le Pape Benoît XVI salue aujourd'hui le rôle des sciences dans l'évolution de l'humanité, les sciences naturelles ont ouvert de grandes dimensions à la raison qui étaient jusqu'alors fermées, et nous ont ainsi transmis de nouvelles connaissances. Au début du mois de septembre 2006, le Pape Benoît XVI a réuni, à Castel Gandolfo, un groupe d'anciens étudiants et collègues afin de discuter, dans le cadre d'un séminaire, du débat qui oppose l'évolutionnisme au créationnisme. Le Pape Benoît XVI a fait paraître les conclusions de ce séminaire dans un ouvrage paru mi-avril 2007 en allemand et intitulé « Schöpfung und Evolution », Création et Evolution. Le Pape ne soutient pas la thèse du créationnisme, la position créationniste est basée sur une interprétation de la bible que l'église catholique ne partage pas. Le Pape rejette à la fois un créationnisme qui exclut catégoriquement la science, et une théorie de l'évolution qui dissimule ses propres faiblesses et ne veut pas voir les questions qui se posent au-delà des capacités méthodologiques de la science naturelle. La théorie de l'évolution est considérée trop envahissante par l'Eglise catholique qui semble surtout s'inquiéter de l'influence du darwinisme social et des théories évolutionnistes en matière d'économie et d'éthique médicale.</p> <p class="spip">77. En Suisse, le Conseil des Eglises Chrétiennes du canton de Vaud a déclaré ne pas se reconnaître dans le discours et les agissements du mouvement du Centre Biblique Européen dirigé par Daniel Mathez.</p> <p class="spip"><strong class="spip">Réactions des organisations musulmanes</strong></p> <p class="spip">78. Du côté des organisations musulmanes, on dénonce le prosélytisme caricatural pratiqué par Harun Yahya. Interrogé suite à l'envoi massif aux établissements scolaires français du livre de Harun Yahya, l'<i class="spip">Atlas de la Création</i>, Dalil Boubakeur, président du Conseil Français du Culte Musulman, a répondu que la théorie de l'évolution « n'est pas contraire au Coran ». De plus, il juge « pernicieuse » l'initiative d'Harun Yahya : « il essaie de démontrer que les espèces sont restées fixes, avec des photos à l'appui, mais il n'explique pas les disparitions de certaines espèces ni l'apparition d'autres espèces ». Dalil Boubakeur se dit « convaincu que l'évolution est un fait scientifique ». Il ajoute que certains versets du Coran évoquent explicitement « une évolution cyclique » de l'homme. Le sociologue Malek Chebel, interrogé par le journal « le Monde » en février 2007 note que « l'islam n'a jamais eu peur de la Science » , « l'islam n'a pas a avoir peur du Darwinisme », « l'islam ne craint pas le récit des évolutions et des mutations de l'espèce humaine ». Malek Chebel rappelle que le Coran traite de la création de l'être humain par Dieu mais non des mutations des espèces. Selon lui « l'Atlas de la création est le fruit d'une organisation de type sectaire, proche de l'extrême droite turque, qui assène des « vérités » sur papier glacé qui n'ont rien à voir avec l'Islam ». Il s'attend enfin à « des confrontations sur cette question, à l'avenir, entre islam intégriste et l'islam des Lumières ». Pour l'association suisse des musulmans pour la Laïcité, fondé par Ali Benouari, « la religion n'a pas à contester la science ».</p> <p class="spip"><strong class="spip">Positionnement de la communauté scientifique internationale</strong></p> <p class="spip">79. Le 21 juin 2006, une déclaration de l'InterAcademy Panel (IAP), portant sur l'enseignement de l'évolution, a été signée par les académies des sciences de 67 Etats, dont 27 Etats membres du Conseil de l'Europe Les différentes académies des sciences demandent instamment aux autorités décisionnelles, aux enseignants et aux parents d'apprendre aux enfants les méthodes et les découvertes de la science et de développer chez eux une bonne compréhension des sciences de la nature. Une connaissance du monde dans lequel nous vivons renforce le désir d'aller au devant des besoins de l'humanité et de protéger notre planète. La communauté scientifique reconnaît qu'il subsiste encore bien des questions ouvertes sur les détails précis des changements évolutifs, mais refuse de voir remis en cause un certain nombre de ses résultats de recherche.</p> <h2>Conclusion : La négation de l'évolution est particulièrement préjudiciable pour la formation des enfants</h2> <p class="spip">80. Interdire l'apprentissage de théories essentielles, telle que l'évolution, va totalement à l'encontre de l'intérêt pédagogique des enfants. L'éducation se doit, en effet, d'être un moyen de donner aux enfants, aux adolescents et aux adultes la possibilité de devenir des citoyens responsables et des acteurs majeurs de la transformation des sociétés. Or, adopter une posture négationniste vis-à-vis de thèses scientifiquement prouvées constitue un frein à l'éducation et au développement intellectuel et personnel de milliers d'enfants. La Science est un acteur prépondérant qui participe très largement et activement à ce processus d'évolution et de transformation des sociétés.</p> <p class="spip">81. Le savoir qu'elle confère ne peut pas être arbitrairement attaqué. Les thèses créationnistes, par la négation de faits pourtant avérés, participent non pas à la transformation des sociétés mais à son archaïsation. Les créationnistes sont en fait partisans d'un profond retour en arrière, ce qui à long terme peut s'avérer particulièrement préjudiciable pour l'ensemble de nos sociétés. L'enjeu est donc considérable.</p> <p class="spip">82. Nous l'avons vu, l'évolution ne peut être réduite à la seule évolution des hommes et des populations. L'évolution imprègne désormais la science dans sa globalité et constitue l'un de ses principes fondamentaux. Aussi, il paraît légitime de s'interroger sur les conséquences qu'une négation de l'évolution pourrait avoir sur le développement de nos sociétés. Comment, par exemple, faire progresser la recherche médicale en vue de parvenir à lutter efficacement contre le développement de maladies infectieuses telles que le sida si l'on nie tout principe d'évolution ? Fondamentalement, l'évolution imprègne toute la recherche médicale. Or, peut-on envisager de vivre dans un monde dépourvu de médecine ? Cela paraît aberrant mais faire disparaître l'évolution de l'enseignement, comme le préconisent les créationnistes, pourrait avoir pour conséquence d'amoindrir considérablement la recherche en matière médicale, si ce n'est la faire disparaître.</p> <p class="spip">83. Par ailleurs, la démarche des créationnistes « scientifiques » pour affirmer et défendre leurs thèses représente en elle-même un outil particulièrement dangereux de manipulation mentale. En effet, présenter une thèse comme étant une théorie scientifique sans en apporter la preuve peut être assimilé à une tentative de manipulation des esprits à des fins a fortiori peu vertueuses. Comme l'a écrit Charles Otis Whitman, zoologiste américain (1842-1910), « une théorie sans faits est une fantaisie, mais des faits sans théorie ne sont que chaos ». Par conséquent, comme le note G. Lecointre, tout manipulateur habile a recours aux seuls « faits ».</p> <p class="spip">84. Harun Yahya, en ne présentant que des faits sans théorie ni preuve, abuse de la crédulité des personnes qui l'écoutent ou qui le lisent. De plus, comme le souligne Jacques Arnoult [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb20" name="nh20" id="nh20" class="spip_note" title='[20] Jacques Arnoult, op. cit., p. 142.' >20</a>], de la même manière que l'ICR américain, le BAV et Harun Yahya en Turquie recourent à des références partielles, voire erronées pour développer ses argumentaires créationnistes. Ses auteurs n'hésitent pas à citer des articles de revues qui défendent l'évolution, mais ils parviennent à en retourner la signification en tronquant les citations. Cela s'apparente ni plus ni moins à de la manipulation intellectuelle, ce qui est particulièrement préjudiciable.</p> <p class="spip">85. Harun Yahya réfute la théorie de l'évolution en se rapportant systématiquement au Coran. Or, comme l'a souligné Malek Chebel, le Coran ne traite directement pas de l'évolution, il ne traite que de la Création.</p> <p class="spip">86. La science de l'évolution, comme toute science, ne prétend pas répondre au « pourquoi », elle s'efforce simplement de traiter du « Comment ».</p> <p class="spip">87. Certains intégristes du créationnisme s'attaquent au « Darwinisme » et au Matérialisme en les accusant d'être la « réelle source idéologique du terrorisme », « le darwinisme est la base de plusieurs idéologies violentes qui ont a amené le désastre à l'espèce humaine durant le XXe siècle ». Faut-il rappeler que les hommes n'ont pas attendu la publication en 1859 de l'œuvre de Darwin, <i class="spip">L'origine des espèces</i>, pour s'adonner à de multiples massacres ? Combien de morts au nom des guerres de religions ? L'utilisation de la religion comme la référence faite au darwinisme social par certains régimes dictatoriaux, ne suffit pas et ne peut en rien remettre en cause la théorie de l'évolution ou la religion ! Le darwinisme social est une idéologie qui prétend en effet s'inspirer de Darwin, mais elle n'a rien à voir avec la théorie darwinienne de l'évolution [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb21" name="nh21" id="nh21" class="spip_note" title='[21] Pascal Picq, op. cit., p. 152-153.' >21</a>]. De plus, on ne peut imputer à Darwin et sa théorie de l'évolution tous les maux de la terre, il n'est pas responsable des dérives posthumes de sa théorie. Présenter Darwin comme le père du terrorisme est proprement scandaleux, et cela peut venir semer le doute et la perplexité dans de nombreux esprits novices.</p> <p class="spip">88. Enfin on constate, notamment aux Etats-Unis, un certain nombre de dérives inhérentes au négationnisme pratiqué à l'encontre de l'évolution et au prosélytisme adjacent. Un film documentaire de Heidi Ewing et Rachel Grady, <i class="spip">Jesus Camp,</i> sorti aux Etats-Unis à l'automne 2006 et diffusé depuis en Europe, témoigne de ces dérives. Ce documentaire présente une femme pasteur pentecôtiste, favorable au créationnisme, Becky Fisher, qui a ouvert, dans une forêt du Dakota du Nord, un camp de vacances ouvertement voué à endoctriner les enfants. Devant la caméra, elle explique que, de 7 à 9 ans, on peut faire croire n'importe quoi à un être humain, et que cela restera gravé à jamais dans son cerveau. Becky Fisher aurait trouvé son modèle du côté des fondamentalistes musulmans. Ce documentaire révèle toute la violence, le fanatisme, et l'efficacité avec laquelle les mouvements créationnistes les plus radicaux parviennent à manipuler des êtres humains.</p> <p class="spip">89. Les créationnistes prétendent que l'évolution n'est qu'une interprétation du monde parmi d'autres, or il n'en est rien. La scientificité de l'évolution demeure à l'heure actuelle irréfutable. Mais, il faut encore le rappeler, la science de l'évolution ne prétend pas donner une explication au « pourquoi » des choses. Elle tente d'expliquer comment les choses se passent ou se sont passées. La théorie de l'évolution constitue un corpus de connaissances fondamentales pour l'avenir de nos démocraties que l'on ne peut remettre en cause arbitrairement.</p> <p class="spip">90. Il est important de rappeler que le concept d'évolution a eu un effet profond sur les sciences en général, la philosophie, la religion, et sur beaucoup d'autres aspects de la société humaine (l'agriculture par exemple). L'évolution a également fait son entrée en psychologie. La psychologie évolutionniste est un courant dont l'objectif est d'expliquer les mécanismes de la pensée humaine à partir de la théorie de l'évolution biologique. Elle repose sur l'hypothèse fondamentale que le cerveau, tout comme les autres organes, est le produit de l'évolution et constitue donc une adaptation à des contraintes environnementales précises auxquelles ont du faire face les ancêtres des hominidés.</p> <p class="spip">91. Aujourd'hui, avec le créationnisme, nous sommes en présence d'une montée en puissance de modes de pensée qui, pour mieux imposer certains dogmes religieux, s'attaquent au cœur même des connaissances que nous avons patiemment accumulées sur la nature, l'évolution, nos origines, notre place dans l'univers. Cela constitue incontestablement une grave atteinte aux droits de l'Homme.</p> <p class="spip">92. Le risque est grand que ne s'introduise dans l'esprit de nos enfants une grave confusion entre le registre des convictions, des croyances, des idéaux et le plan de la Science au profit d'un « tout se vaut », d'apparence peut être sympathique et tolérant, mais funeste en réalité [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb22" name="nh22" id="nh22" class="spip_note" title='[22] Pascal Picq, op. cit., p. 10-12.' >22</a>].</p> <p class="spip">93. Le créationnisme présente de multiples facettes contradictoires. L'Intelligent Design, dernière version plus nuancée du créationnisme, ne nie pas totalement la théorie de l'évolution. Cependant, au moulin de la science, le courant de l'Intelligence Design n'a jusqu'à présent guère apporté d'eau [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb23" name="nh23" id="nh23" class="spip_note" title='[23] Jacques Arnoult, op. cit., p. 256.' >23</a>]. Présenté de façon plus subtile, l'Intelligent Design n'en est pas moins dangereux.</p> <p class="spip">94. L'enseignement de l'évolution en tant que théorie scientifique fondamentale est essentiel pour l'avenir de nos sociétés et de nos démocraties. A ce titre, l'évolution doit figurer de façon centrale dans les programmes généraux d'enseignement, et notamment au cœur des programmes scientifiques. Si nous empêchons nos étudiants d'accéder à la connaissance scientifique, nous courons le risque qu'ils ne puissent pas rivaliser efficacement face à d'autres étudiants évoluant dans des Etats où la Science occupe une place privilégiée.</p> <p class="spip">95. L'évolution ne se réduit pas à la seule évolution de l'homme et des populations. Sa négation pourrait avoir de graves conséquences pour le développement de nos sociétés. En effet, comment faire progresser la recherche médicale en vue de parvenir à lutter efficacement contre le développement de maladies infectieuses si l'on nie tout principe d'évolution ? Comment avoir pleinement conscience des risques qu'implique le recul significatif de la biodiversité et le changement climatique si l'on ne comprend pas les mécanismes de l'évolution ? Du médecin qui, par l'abus de prescription d'antibiotiques, favorise l'apparition de bactéries résistantes, à l'agriculteur qui utilise inconsidérément des pesticides entraînant ainsi la mutation d'insectes sur lesquels les produits utilisés n'ont plus d'effet, l'évolution est partout présente.</p> <p class="spip">96. Notre modernité se construit sur une longue histoire qui passe notamment par le développement des sciences et des techniques. Cependant, la démarche scientifique reste encore mal comprise ce qui risque de profiter au développement de toutes formes d'intégrismes et d'extrémismes, c'est à dire aux atteintes les plus virulentes menées contre les droits de l'Homme. Le refus de toute science constitue certainement l'une des menaces les plus redoutables qui planent au dessus des droits de l'homme et du citoyen.</p> <p class="spip">97. L'enseignement de théories alternatives ne peut être envisageable que si celles-ci présentent suffisamment de garanties quant à la scientificité et à la véracité des thèses avancées.</p> <p class="spip">98. A l'heure actuelle, les thèses alternatives présentées par les créationnistes ne peuvent pas prétendre bénéficier de ces garanties. C'est pourquoi, il n'est pas concevable d'en permettre l'enseignement au sein des disciplines scientifiques, aux côtés ou en lieu et place de la théorie de l'évolution.</p> <p class="spip">99. Les thèses créationnistes pourraient cependant être présentées dans un cadre éducatif autre que celui des disciplines scientifiques. L'importance de l'enseignement du fait culturel et religieux a déjà été soulevée par le Conseil de l'Europe. Les thèses créationnistes, comme toutes approches théologiques, pourraient, dans le respect de la liberté d'expression et des croyances de chacun, être exposées dans le cadre d'un apprentissage renforcé du fait culturel et religieux.</p> <p class="spip">100. Par ailleurs, il est nécessaire de s'interroger sur les causes d'une telle remise en cause de la théorie de l'évolution. En effet, si la théorie de l'évolution se prête à de multiples agressions, cela peut, peut-être, s'expliquer par la faiblesse de son enseignement, notamment du point de vue épistémologique.</p> <p class="spip">101. Cette réflexion nous amène à conclure qu'un meilleur enseignement ou un enseignement plus adapté des sciences et notamment de l'évolution pourrait permettre de lutter efficacement contre la diffusion de pseudo-théories alternatives telles que les thèses créationnistes. Dans le rapport sur la désaffection des étudiants pour les études scientifiques, cette importance d'un enseignement scientifique de qualité et mieux adapté aux réalités quotidienne de la vie avait été mis en évidence.</p> <p class="spip">102. La Science est une irremplaçable école de rigueur, elle est sans doute le dernier rempart contre la montée des intégrismes. Elle ne prétend pas au « pourquoi des choses » mais cherche à comprendre le « comment ».</p> <p class="spip">103. Jacques Arnoult [<a href="http://librepensee62.free.fr/#nb24" name="nh24" id="nh24" class="spip_note" title='[24] Jacques Arnoult, op. cit, p. 272-273.' >24</a>], chercheur scientifique mais aussi moine dominicain écrivait : « Je réserve l'attitude croyante à la religion, aux relations humaines, voire à l'intelligence, mais pas à la Science. La Science est affaire de raison, d'observation et d'hypothèse, de théorie et de test ; elle a ses règles et ses domaines d'application ».</p> <p class="spip">104. L'étude approfondie de l'influence grandissante des créationnistes montre que les discussions entre créationnisme et évolutionnisme vont bien au-delà de querelles d'intellectuels. Si nous n'y prenons garde, les valeurs qui sont l'essence même du Conseil de l'Europe, risquent d'être directement menacées par les intégristes du créationnisme. Il est du rôle des parlementaires du Conseil de réagir avant qu'il ne soit trop tard.</p> <p class="spip">105. Afin de réaliser ce rapport, j'ai principalement consulté les différents travaux : de Jacques Arnoult, Chercheur au CNES Centre National d'Etudes Spatiales- France ; Hervé Le Guyader, Professeur de Biologie Evolutive à l'Université Paris VI - Pierre et Marie Curie ; Pascal Picq, Paléoanthropologue au Collège de France ; auteurs avec lesquels j'ai eu de très enrichissants entretiens ; et Guillaume Lecointre, Professeur au Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Je me suis également référé à l'ouvrage collectif intitulé <i class="spip">Découvrir la biologie,</i> de Michael Cain, Hans Damman, Robert Lue et Carol Kaesuk Yoon, paru aux éditions DeBoeck. <i class="spip">Schöpfung und Evolution</i> aux éditions Sankt Ulrich Verlag qui est un compte rendu d'un colloque qui s'est tenu en septembre 2006 à Castel Gandolfo sous la présidence du Pape Benoit XVI. Sur le créationnisme vu par ses partisans, en plus du livre de Harun Yayha déjà signalé, de nombreux articles trouvés sur l'Internet.</p> <p class="spip">* * *</p> <h2>Commission chargée du rapport : Commission de la culture, de la science et de l'éducation</h2> <p class="spip">Renvoi en commission : <a href="http://assembly.coe.int/MainF.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc06/FDOC11065.htm" class="spip_out">Doc. 11065</a>, Renvoi n° 3287 du 22 janvier 2007, renvoi à la commission par l'Assemblée le 25 juin 2007</p> <p class="spip">Projet de résolution adopté à l'unanimité par la commission le 14 septembre 2007</p> <p class="spip"><strong class="spip">Membres de la Commission :</strong> M. Jacques <strong class="spip">Legendre</strong> (Président), Baronne Hooper, (Remplaçant : <strong class="spip">Lord Russell-Johnston</strong>), M. Wolfgang Wodarg, Mme Anne <strong class="spip">Brasseur</strong>, (Vice-Présidents), M. Hans Ager, M. Kornél Almássy, mme Donka Banović, M. Lars Barfoed, M. Rony Bargetze, M. Lars Bartos, Mme Marie-Louise Bemelmans-Videc, M. Radu Mircea Berceanu, M. Levan Berdzenishvili, Mme Oksana Bilozir, Mme Guofinna Bjarnadóttir, Mme Maria Luisia Boccia, Mme Margherita Boniver, M. Ioannis Bougas, M. Osman Coşkunoğlu, M. Vlad Cubreacov, M. Ivica <strong class="spip">Dačić</strong>, Mme Maria Damanaki, M. Joseph Debono Grech, M. Stepan Demirchyan, M. Ferdinand Devinski, Mme Åse Gunhild Woie <strong class="spip">Duesund</strong>, M. Detlef Dzembritzki, Mme Anke Eymer, M. Relu Fenechiu, Mme Blanca Fernández-Capel, Mme Maria Emelina Fernández-Soriano, M. Axel Fischer, M. José Freire Antunes, (Remplaçant : M. José Luis Arnaut), M. Eamon Gilmore, M. Stefan Glǎvan, M. Luc Goutry, M. Vladimir Grachev, M. Andreas Gross, M. Jean-Pol Henry, M. Rafael Huseynov, M. Fazail Ibrahimli, Mme Halide İncekara, Mme Evguenia Jivkova, M. Morgan <strong class="spip">Johansson,</strong> M. Ali Rashid Khalil, M. József Kozma, M. Jean-Pierre Kucheida, (Remplaçant : M. Jean-Marie <strong class="spip">Geveaux</strong>), M. Markku Laukkanen, M. Guy <strong class="spip">Lengagne</strong>, Mme Jagoda Majska-Martinčević, Mme Milica Marković, M. Tomasz Markowski, M. Andrew <strong class="spip">McIntosh,</strong> M. Ivan Melnikov, Mme Maria Manuela <strong class="spip">Melo,</strong> Mme Assunta Meloni, M. Paskal Milo, Mme Christine Muttonen, Mme Miroslava Nĕmcová, M. Edward <strong class="spip">O'Hara,</strong> M. Kent Olsson, M. Andrey Pantev, Mme Antigoni Pericleous Papadopoulos, M. Azis <strong class="spip">Pollozhani</strong>, Mme Majda Potrata, M. Lluis Maria <strong class="spip">de Puig</strong>, M. Zbigniew Rau, Mme Anta Rugāte, M. Indrek Saar, M. André <strong class="spip">Schneider,</strong> M. Urs Schweitzer, M. Vitaliy Shybko, Mme Geraldine Smith, Mme Albertina Soliani, M. Yury Solonin, M. Christophe Spiliotis-Saquet (Remplaçant : M. Bernard Marquet), M. Valeriy Sudarenkov, M. Petro Symonenko, M. Mehmet Tekelioğlu, M. Ed van Thijn, M. Piotr Wach, M. Emanuelis Zingeris</p> <p class="spip">N.B : Les noms des membres qui ont pris part à la réunion sont imprimés en caractères gras</p> <p class="spip">Chef du Secrétariat : M. Grayson</p> <p class="spip">Secrétaires de la commission : M. Ary, M. Dossow</p>